Détente Jardin

Ne ja­mais lais­ser la gly­cine en­ser­rer un pi­lier ou un po­teau !

- Japan · China · Colonel Sanders' Kentucky Fried Chicken

Au so­leil. La gly­cine aime les si­tua­tions orien­tées sud ou sud-ouest, qui pro­fitent d’un maxi­mum d’en­so­leille­ment. Il lui faut au moins

6 à 8 heures de plein so­leil par jour. Il est pré­fé­rable éga­le­ment qu’elle soit abri­tée des vents du nord.

Ré­cu­pé­rez les longs ra­meaux taillés, en été. Et tant qu’ils sont en­core souples, faites-en des cou­ronnes, ou même, des pe­tits pa­niers tres­sés, comme on le fait avec les tiges d’osier.

La taille doit être pré­cise. C’est le se­cret d’une gly­cine fleu­rie ! Le prin­cipe est exac­te­ment le même que pour les arbres frui­tiers. L’ob­jec­tif est d’évi­ter la mul­ti­pli­ca­tion de pousses se­con­daires pour que la plante se concentre sur la créa­tion de bou­tons flo­raux à sa base.

Le plus im­por­tant est de tailler votre gly­cine fin jan­vier (s’il ne gèle pas) : cou­pez les ra­meaux de l’an­née pré­cé­dente en conser­vant les bou­tons à fleurs si­tués sur les 20 ou 30 cm de la base (plus gros et plus ronds que les bour­geons à feuilles), ils vont alors pro­fi­ter de la sève. Une taille à la fin de la flo­rai­son per­met de contrô­ler l’ex­pan­sion de la gly­cine. En août, sup­pri­mez la moi­tié ou les deux tiers des ra­meaux de l’an­née, en­core verts, sans tou­cher aux char­pen­tières.

Lui don­ner un coup de jeune ! Pra­ti­quez ce que l’on ap­pelle une taille de ra­jeu­nis­se­ment. Cou­pez l’un des troncs au ras du sol. L’an­née sui­vante, vous fe­rez de même pour les autres troncs. La gly­cine re­don­ne­ra de nou­velles pousses et sa base se re­gar­ni­ra.

Tous les sols, sauf les sols cal­caires, avec une pré­fé­rence pour les sols sa­bleux, lé­gè­re­ment acides. Aus­si étrange que ce­la puisse pa­raître, elle fleu­rit plus et mieux lors­qu’elle est « stres­sée ». Pour ce­la, ré­sis­tez à l’en­vie de l’ar­ro­ser et ne lui ap­por­tez pas d’en­grais. Mieux vaut que le sol ne soit pas trop riche. Si­non, elle va faire beau­coup de tiges et de feuillage.

Oui.

Les gly­cines n’ont pas toutes le même type de flo­rai­son, ni la même vi­gueur. Voi­ci nos pré­fé­rées.

La gly­cine du Ja­pon Wis­te­ria flo­ri­bun­da Flo­rai­son : avril-mai. Grappes : plus al­lon­gées, mais moins denses et moins par­fu­mées que celles de Chine (20 à 40 cm de long).

Hau­teur : 10 à 15 m. Très rus­tique. Pro­ba­ble­ment la plus spec­ta­cu­laire. La va­rié­té ‘Mul­ti­ju­ga’ (ex-‘Ma­cro­bo­trys’) porte des grappes qui peuvent dé­pas­ser 1 m de long. Ses tiges tournent spon­ta­né­ment dans le sens des ai­guilles d’une montre.

Gly­cine gra­cieuse Wis­te­ria bra­chy­bo­trys Flo­rai­son : en mai. Grappes : lâches, as­sez courtes, par­fu­mées, gra­cieuses ; cer­taines va­rié­tés sont d’un beau rose. Hau­teur : 6 m.

La gly­cine de Chine Wis­te­ria si­nen­sis Flo­rai­son : avril-mai. Grappes : longues grappes pen­dantes de 15 à 30 cm, par­fu­mées, es­pèce re­mon­tante en été. Hau­teur : 20 m. Es­pèce vi­gou­reuse, rus­tique jus­qu’à -15 °C. Ses tiges tournent spon­ta­né­ment dans le sens in­verse des ai­guilles d’une montre.

Wis­te­ria ma­cros­ta­chya

La gly­cine du Ken­tu­cky Flo­rai­son : juin-juillet.

Grappes : 15 à 30 cm de long, non par­fu­mées. Flo­rai­son à par­tir de l’âge de 2 ans.

Hau­teur : 8 m.

 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France