LE VIA­DUC DE MILLAU

Tu­toyant le ciel avey­ron­nais, ce pont rou­tier à hau­bans, le plus haut du monde, est l’un des plus beaux ouvrages d’art du dé­but du xxie siècle. Construit en trois an­nées à peine, le via­duc de Millau per­met de re­lier Cler­mont-fer­rand à Bé­ziers par l’au­to­ro

Detours en France Hors-série - - Sommaire - TEXTE DE PHI­LIPPE BOUR­GET

C’est en 1987 qu’est évo­qué pour la pre­mière fois le pro­jet de faire par­cou­rir l’a75 entre le causse Rouge, au nord, et le Lar­zac, au sud. Tou­te­fois, un obs­tacle de taille se dresse : la val­lée du Tarn. En 1994, après des an­nées d’études, la dé­ci­sion est prise : un pont, en aval de Millau, fran­chi­ra cette val­lée. Par­mi les pro­jets pro­po­sés, un ou­vrage d’art hau­ba­né em­porte le choix de l’état, pour son es­thé­tique aé­rienne et gra­cieuse qui lui as­sure une belle in­té­gra­tion dans le pay­sage. Aux com­mandes, l’in­gé­nieur Mi­chel Vir­lo­geux, dé­jà concep­teur du pont de l’île de Ré et du pont de Nor­man­die, ain­si que Nor­man Fos­ter, ar­chi­tecte an­glais connu pour la ré­no­va­tion du pa­lais du Reichs­tag à Ber­lin. Un pro­jet à la pointe de la tech­no­lo­gie, ma­riant bé­ton et acier.

EN AVANCE SUR LES PRÉVISIONS

Les pre­mières piles de bé­ton, fon­da­tions du via­duc, sont po­sées au prin­temps 2002. Il y en au­ra sept au to­tal, qui re­posent sur la val­lée. Puis, de chaque cô­té, les tron­çons de ta­blier sont peu à peu « dé­rou­lés » sur chaque cu­lée de pile, jus­qu’à 270 mètres au-des­sus de la val­lée. La jonc­tion entre les tron­çons nord et sud des ta­bliers est ef­fec­tuée, au mil­li­mètre près, en mai 2004. Le même mois a lieu l’ins­tal­la­tion des py­lônes et la pose des 154 câ­ble­shau­bans qui as­surent le main­tien du ta­blier. Ne reste plus que l’en­ro­bage, avant l’inau­gu­ra­tion en grande pompe, en dé­cembre 2004. Avec un mois d’avance sur les prévisions.

CONTRE VENTS ET SÉISMES Le via­duc de Millau donne l’illu­sion de sur­vo

ler lit­té­ra­le­ment le Tarn. Les chiffres en disent long sur ce chan­tier re­cord : 2 460 mètres de lon­gueur pour un ta­blier large de 32 mètres ; 206 000 tonnes de bé­ton ; un ta­blier pe­sant 36 000 tonnes et conçu pour ré­sis­ter à des vents de plus de 200 km/h et à un séisme de ma­gni­tude 5 sur l’échelle de Rich­ter… Pour éva­luer l’am­pleur de l’ou­vrage, il faut sa­voir que la tour Eif­fel ne tou­che­rait pas son som­met : en ef­fet, tout en haut de la pile dé­nom­mée P2, coif­fée de son py­lône, la hau­teur at­teint 343 mètres ! Fi­nan­cé et réa­li­sé par le groupe Eif­fage, ce pro­jet, au­quel plu­sieurs cen­taines de per­sonnes ont par­ti­ci­pé, a coû­té 400 mil­lions d’eu­ros. Au plus fort des tra­vaux, près de 600 com­pa­gnons tra­vaillaient sur le chan­tier. De­puis son inau­gu­ra­tion, des mil­lions de vé­hi­cules ont em­prun­té le pont, dont l’évo­lu­tion est sur­veillée mi­nu­tieu­se­ment. Mais l’ou­vrage s’ap­pré­cie en­core mieux de loin. Un bon moyen de s’en rendre compte ? De­puis le village ru­pestre de Peyre, à trois ki­lo­mètres de là en aval, la vue est ma­gique. Et le con­traste tout à fait sai­sis­sant entre pas­sé et mo­der­ni­té.

Es­pace tou­risme de l’aire du via­duc de Millau : Bro­cué­jouls, 12100 Millau. 05 65 75 40 12. www. tou­ris­mea­vey­ron.com ; www.le­via­duc de­mil­lau.com Avec ses 206 000 tonnes de bé­ton et son ta­blier d’acier de 36000 tonnes, soit cinq fois plus que la struc­ture mé­tal­lique de la tour Eif­fel, cet édi­fice sur­plombe la val­lée du Tarn.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.