LA GUA­DE­LOUPE

UN SA­CRÉ TEM­PÉ­RA­MENT

Detours en France Hors-série - - Outre-Mer - TEXTE DE CLIO BAYLE Co­mi­té de tou­risme des îles de Gua­de­loupe : www. le­si­les­de­gua­de­loupe.com – An­tenne Mé­tro­pole : 8-10 rue Buf­fault, 75009 Pa­ris. 01 40 62 99 07.

Fu­me­rolles, dé­ga­ge­ments de va­peur, sources chaudes… Le long de ses flancs luxu­riants et sur son dôme ro­cheux, qua­si lu­naire, la Sou­frière sème quan­ti­té d’in­dices de son ac­ti­vi­té vol­ca­nique. Un rap­pel que, sous la sur­face, coule du mag­ma is­su des pro­fon­deurs de la Terre et que l’arc in­su­laire des pe­tites An­tilles ré­sulte tout en­tier du plon­ge­ment d’une plaque tec­to­nique sous une autre.

UN SYM­BOLE NA­TU­REL FORT

Comme nombre de ses sem­blables vol­ca­niques, la « Vieille Dame de la Gua­de­loupe » ap­pa­raît, non pas comme une me­nace, mais comme une source d’éner­gie et une res­source sym­bo­lique vi­tale aux ha­bi­tants de l’île. De fait, le mas­sif de la Sou­frière leur prodigue nombre de bien­faits, à com­men­cer par une vé­gé­ta­tion équa­to­riale, ex­cep­tion­nel­le­ment riche, que fa­vo­risent sa terre fer­tile et son abon­dante plu­vio­mé­trie. En outre, les eaux sou­frées tièdes des Bains Jaunes – un bas­sin na­tu­rel amé­na­gé, où la bai­gnade est au­to­ri­sée – au­raient des ver­tus contre les dou­leurs mus­cu­laires, l’ar­thrite ou en­core l’asthme. C’est au lieu-dit des Bains Jaunes que com­mence la ran­don­née vers le som­met. Cette pre­mière por­tion de l’as­cen­sion, la Trace du Pas-du-roy, conduit au par­king de la Sa­vanne-à-mu­lets, in­ac­ces­sible de­puis l’ef­fon­dre­ment d’une par­tie du pi­ton Ta­rade, en 2004. Deux iti­né­raires vers le som­met sont alors pos­sibles, dont le Che­min des Dames : il dis­pense, quand le temps le per­met, des pa­no­ra­mas su­blimes sur l’ar­chi­pel gua­de­lou­péen, no­tam­ment sur les pe­tites îles des Saintes. À me­sure que l’on s’ap­proche du dôme, l’at­mo­sphère change ra­di­ca­le­ment. Des bouches érup­tives et des gouffres pro­fonds en­taillent le pay­sage. Il en émane une forte odeur de soufre et, par­fois, des gron­de­ments sourds, lais­sant de­vi­ner toute la puis­sance qui se trouve alors sous nos pieds. Du som­met, ap­pe­lé La Dé­cou­verte, une vue à 360° s’offre au re­gard. Au pre­mier plan, les autres édi­fices du com­plexe vol­ca­nique dont fait par­tie la Sou­frière. À l’est, Grande-terre et, tout au­tour, l’en­semble des îles en­cer­clant la Gua­de­loupe : Les Saintes, Ma­rie-galante, Pe­ti­teTerre, La Dé­si­rade, Mont­ser­rat… ∫

Du haut de ses 1 467 mètres d’al­ti­tude, la tête sou­vent dans les nuages, la Sou­frière semble veiller pai­si­ble­ment sur l’ar­chi­pel gua­de­lou­péen. Mais les ap­pa­rences peuvent être

trom­peuses… Celle que l’on sur­nomme « la Vielle Dame de Gua­de­loupe » ne dort pas. C’est, au contraire, un jeune vol­can à l’ac­ti­vi­té dé­bor­dante. LE MAS­SIF DE LA SOU­FRIÈRE PRODIGUE NOMBRE DE BIEN­FAITS, À COM­MEN­CER PAR UNE VÉ­GÉ­TA­TION EX­CEP­TION­NEL­LE­MENT RICHE.

Au som­met de la Sou­frière, sur la com­mune de Saint- Claude. Fu­me­rolle, odeur de soufre, cha­leur… : pas de doute, vous êtes sur une zone d’ac­ti­vi­té vol­ca­nique in­tense ! La der­nière érup­tion date du 27 avril ; c’est la deuxième de­puis le dé­but de l’an­née...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.