Un lit­to­ral en beau­té

Detours en France - - À Partir De Biarritz - Du­rée : Cartes :

1/2 à 1 jour­née IGN 1/75000 Pays basque; IGN 1/25000 Hen­daye-saint-jean-de-luz Côte d’ar­gent Il est sur­puis­sant mais on ne le compte ja­mais par­mi les fleuves majeurs de France. Avec ses 309 km de cours de­puis la Bi­gorre, l’adour n’est qu’au hui­tième rang na­tio­nal en termes de lon­gueur. Pour­tant, le creux qu’il creu­sa au­tre­fois, le Gouf de Cap­bre­ton – au­jourd’hui ca­ché sous le ni­veau de la mer – prouve une sa­crée per­son­na­li­té. Pour domp­ter ce cours d’eau ca­pri­cieux, les hommes mo­di­fièrent son tra­cé, le dé­ca­lant de Cap­bre­ton vers Bayonne. Le mé­rite en re­vient à Louis de Foix, que l’on fit re­ve­nir spé­cia­le­ment de sa mis­sion en Es­pagne, où il ai­dait à bâ­tir le Pa­lais royal ma­dri­lène pour Phi­lippe II.

UNE CRUE MÉ­MO­RABLE Après sept an­nées de tra­vaux achar­nés et grâce à une crue pro­vi­den­tielle de la Nive, l’adour s’en­gouf­fra en­fin dans son nou­veau lit. On au­rait rê­vé en être, en ce mé­mo­rable 25 oc­tobre 1578! Au­jourd’hui, l’adour est na­vi­gable sur 66 km, jus­qu’à Dax, et dé­roule une jo­lie pa­lette de pay­sages. Le fleuve est clas­sé « Site Na­tu­ra 2000 » pour la ri­chesse de sa faune, no­tam­ment les poissons mi­gra­teurs comme le sau­mon, l’alose ou la lam­proie. Il trace une fron­tière na­tu­relle: en de­çà, la Gas­cogne; au-de­là, le Pays basque !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.