GUIDE GUIDE PRA­TIQUE

Detours en France - - À Partir De Tarbes -

LA TÊTE DANS LES ÉTOILES Après une re­mise à ni­veau au pla­né­ta­rium, le pe­tit groupe a ren­dez­vous avec un ani­ma­teur dans une cou­pole pour ob­ser­ver les étoiles au té­les­cope. Ju­pi­ter est la pre­mière à mon­trer le bout de son nez. Puis viennent la constel­la­tion de la Grande Ourse, Vé­nus, Cas­sio­pée. Voi­ci Sa­turne et ses an­neaux. Dans la cou­pole, cha­cun chu­chote ins­tinc­ti­ve­ment, comme par peur de dé­ran­ger les étoiles. La lune, qui brille comme un so­leil, ré­duit lé­gè­re­ment la visibilité. « Le mieux est de ve­nir pour la nou­velle lune, quand la lu­mière de la lune ne pa­ra­site pas le ciel », conseille l’ani­ma­teur. La fas­ci­na­tion main­tient

SE REN­SEI­GNER

Ré­gie du pic du Mi­di Rue Pierre-la­my-de-la-cha­pelle, 65200 La Mon­gie. 05 62 56 70 00. pic­du­mi­di.com

SE LO­GER – SE RES­TAU­RER

Les Nuits au som­met 05 62 56 70 00, pic­du­mi­di.com On peut pas­ser la soi­rée sur le Pic: spec­tacle du pla­né­ta­rium, cou­cher de so­leil et dî­ner au res­tau­rant. For­fait : 99 € par per­sonne. On peut aus­si dî­ner, dor­mir sur le groupe éveillé, mais pas­sé mi­nuit, le froid pé­né­trant chasse les par­ti­ci­pants un à un. Les plus cou­ra­geux res­te­ront en com­pa­gnie de l’ani­ma­teur une bonne par­tie de la nuit. Après un court som­meil, le ré­veil sonne. C’est l’heure d’as­sis­ter au le­ver du so­leil. À 6 h 30, la boule orange émerge ti­mi­de­ment au-des­sus des nuages. Les Py­ré­nées forment une éten­due mauve et bleue au-des­sus d’un ciel en­core pâle. À me­sure que la lu­mière se fait plus crue, le pa­no­ra­ma vire au su­blime. Un vau­tour per­ché sur un roc en contre­bas scrute le jeu des nuages sur le lac d’on­cet et la my­riade de lacs d’al­ti­tude. Notre contem­pla­tion est in­ter­rom­pue par la vi­site du té­les­cope place et ob­ser­ver la voûte cé­leste toute la nuit. Le nombre de places pour les Nuits au som­met est li­mi­té à 27 per­sonnes par nuit. L’hô­tel abrite 12 chambres doubles et 3 chambres in­di­vi­duelles. For­fait chambre double: à par­tir de 399 € (449 € du 1er juillet au 15 sep­tembre).

À LIRE

de Jean-ch­ris­tophe San­chez. Cairn Édi­tions, 120 pages, 9,50 €. Ber­nard Lyot, dont la construc­tion a de­man­dé dix ans de tra­vaux. Avec son mi­roir pri­maire de 2 m de dia­mètre, qui fut po­li à la main en France pen­dant un an, c’est à ce jour le plus grand té­les­cope op­tique en France mé­tro­po­li­taine. On étu­die ici la spec­tro­po­la­ri­mé­trie stel­laire, soit la me­sure des champs ma­gné­tiques des étoiles. Une ving­taine de tech­ni­ciens règlent les ins­tru­ments de ce type pour les as­tro­nomes qui, eux, in­ter­prètent les don­nées bien au chaud, en plaine… En mi­lieu de ma­ti­née, les pre­miers tou­ristes font leur ar­ri­vée en té­lé­ca­bine. Le pic du Mi­di aban­donne pour quelques heures sa so­li­tude. Ne nous en plai­gnons pas: « S’il veut per­du­rer, le pic doit ac­cep­ter les tou­ristes tout en conser­vant son ac­ti­vi­té scien­ti­fique, conclut Ni­co­las Bour­geois. Sans les as­tro­nomes, il per­drait son âme. Et ces der­niers sont vis­cé­ra­le­ment at­ta­chés à ce lieu car c’est un té­moin unique de l’his­toire de leur mé­tier. » Quant aux tou­ristes, ils sont gâ­tés. Un nou­veau res­tau­rant et un es­pace mu­séo­gra­phique re­pen­sé doivent bien­tôt voir le jour et de­puis cet hi­ver, un bel­vé­dère en porte-à-faux, le « pon­ton dans le ciel », donne l’illu­sion de mar­cher dans le vide sur une di­zaine de mètres. Su­jets au ver­tige, s’abs­te­nir… ‡

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.