N’EST PAS LA­VANDE QUI VEUT

Detours en France - - Le Goût Du Terroir -

C’est l’al­ti­tude de pousse, com­prise entre 600 et 1 800 mètres, ain­si que des touffes plus pe­tites et un épi flo­ral, qui dis­tinguent la la­vande du la­van­din. Is­su du croi­se­ment de la la­vande fine et de la la­vande as­pic (une va­riante sau­vage), le la­van­din est plus vi­gou­reux mais moins par­fu­mé. Plan­té entre 200 et 1000 mètres, il des­sine des vagues bleues à perte de vue, en par­ti­cu­lier sur le pla­teau de Va­len­sole. Pour va­lo­ri­ser la la­vande vraie, il existe, de­puis 1981, une ap­pel­la­tion d’ori­gine pro­té­geant l’huile es­sen­tielle de la­vande de Haute-pro­vence. Elle concerne les plantes culti­vées au-des­sus de 800 mètres. À cette al­ti­tude, la flo­rai­son in­ter­vient entre fin juin et mi-août.

So­leil triom­phant et mon­tagne vic­to­rieuse : la la­vande a conquis les terres pro­ven­çalesau Moyen Âge. D’abord cueillie par les ber­gers, elle est cul­ti­véede­puis le xxe siècle pourré­pondre à la de­mande crois­sante des par­fu­meurs de Grasse.

« L’or bleu » de la Pro­vence. La la­vande est l’un des em­blèmes de la ré­gion et sa cou­leur de pré­di­lec­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.