Pres­ta­tion com­pen­sa­toire et ré­duc­tion d’im­pôt

Dossier Familial - - DOSSIER -

Le di­vorce de M. et Mme Dupont a été pro­non­cé le 30 oc­tobre 2018. L’ex-ma­ri est te­nu de ver­ser une pres­ta­tion com­pen­sa­toire de 36 000 eu­ros à son ex-épouse en 12 men­sua­li­tés de 3 000 eu­ros.

- En no­vembre 2018, l’ex-ma­ri com­mence ses ver­se­ments. Ces der­niers s’éta­bli­ront donc à 6 000 eu­ros en 2018. Le pla­fond de la ré­duc­tion d’im­pôt ap­pli­cable pour 2018 s’éta­blit à 5 083 eu­ros :

(30 500 × 6 000 ÷ 36 000).

- Pour 2018, la ré­duc­tion d’im­pôt s’élè­ve­ra à 1271 € (5083 € × 25 %) et lui se­ra ver­sée en to­ta­li­té en sep­tembre 2019 s’il n’a per­çu que des re­ve­nus cou­rants en 2018 lors de la ré­gu­la­ri­sa­tion du solde de l’im­pôt dû. S’il a re­çu des re­ve­nus ex­cep­tion­nels im­po­sables en 2018 (ou des re­ve­nus fi­nan­ciers pour les­quels il a op­té pour le ba­rème pro­gres­sif de l’im­pôt), son mon­tant vien­dra en dé­duc­tion de l’im­pôt à payer en sep­tembre 2019.

- En 2019, il ver­se­ra 30 000 eu­ros au to­tal (36 000 € − 6 000 €). Son pla­fond de ré­duc­tion se­ra de 25 417 eu­ros

(30 500 × 30 000 ÷ 36 000) et sa ré­duc­tion s’élè­ve­ra à 6 354 eu­ros. Elle vien­dra en dé­duc­tion du solde de l’im­pôt sur les re­ve­nus de 2019 à payer en sep­tembre 2020.

- Au to­tal, il au­ra pro­fi­té en deux ans d’une ré­duc­tion d’im­pôt égale à

7 625 eu­ros (1 271 € + 6 354 €). Le conjoint bé­né­fi­ciaire de la pres­ta­tion com­pen­sa­toire, lui, n’a pas d’im­pôt à payer sur le ca­pi­tal re­çu.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.