À QUI VA PRO­FI­TER L’AN­NÉE BLANCHE?

Dossier Familial - - DOSSIER -

Les ga­gnants

en a Ceux 2019. qui Ils pren­dront ne paie­ront leur pas re­traite l’im­pôt sur leur re­ve­nu d’ac­ti­vi­té de 2018, plus éle­vé que leurs re­traites de 2019. Lire p.52 a Les jeunes en­trés sur le mar­ché du tra­vail en 2018. Ils ne paie­ront pas l’im­pôt sur les re­ve­nus en­cais­sés pen­dant cette an­née blanche. Lire p.40 a Ceux qui ont mieux ga­gné leur vie

en 2018 qu’en 2017 ou 2019, dès lors que ces re­ve­nus sup­plé­men­taires ne sont pas ex­cep­tion­nels. C’est le cas de ceux qui ont per­çu des primes sur sa­laires sub­stan­tielles, des aug­men­ta­tions, etc. Lire p.41

Les per­dants

a Tous ceux dont les re­ve­nus ont bais­sé en

2018 et sont re­mon­tés en 2019. Les re­ve­nus de 2018 n’étant pas im­po­sés, leur im­pôt n’a pas di­mi­nué. Et ils paie­ront en 2019 sur la base des re­ve­nus en­cais­sés en 2019. Par exemple, sont concer­nés ceux qui ont pris un congé pa­ren­tal ou une an­née sab­ba­tique en 2018, ont connu une pé­riode de chô­mage, n’ont pas tou­ché de prime cette an­née-là, sont pas­sés à temps par­tiel… Si le gou­ver­ne­ment a pré­vu des me­sures pour les re­ve­nus ex­cep­tion­nels, il n’a rien mis en place pour les baisses de re­ve­nus ex­cep­tion­nelles. a Les jeunes en­trés sur le mar­ché du tra­vail en 2019. Ils com­men­ce­ront tout de suite à payer des im­pôts, et non avec un dif­fé­ré de paie­ment d’un an comme au­pa­ra­vant. Lire p.40 a Ceux qui ont l’ha­bi­tude de ver­ser de l’argent sur un plan d’épargne re­traite po­pu­laire (Perp) en dé­dui­sant les ver­se­ments de leur re­ve­nu im­po­sable. Un mé­ca­nisme leur im­pose de pour­suivre leurs ver­se­ments sans pour­tant qu’ils pro­fitent de l’avan­tage fis­cal pour les re­ve­nus 2018.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.