La force aé­rienne sous pres­sion

DSI - - VEILLES STRATÉGIQUES -

La si­tua­tion sé­cu­ri­taire reste ten­due avec la Sy­rie. Le 23 juillet, un Su-24 sy­rien a ain­si été abat­tu alors qu’il avait pé­né­tré sur moins de 2 km dans l’es­pace aé­rien is­raé­lien, avant de s’écra­ser dans la par­tie sy­rienne du pla­teau du Go­lan. L’ap­pa­reil avait été sui­vi de­puis son dé­col­lage de la base sy­rienne T4. L’ac­tion de Tsa­hal est in­ter­ve­nue alors que les opé­ra­tions du Hez­bol­lah en sou­tien à la Sy­rie se pour­suivent, y com­pris à proxi­mi­té du Go­lan. Dans le même temps, Is­raël in­di­quait éga­le­ment avoir lan­cé deux mis­siles Fronde de Da­vid contre deux SS-21 ti­rés par Da­mas. En tout état de cause, la Sy­rie s’est abs­te­nue de ri­pos­ter aux frappes aé­riennes conduites par Is­raël de­puis le mois de mai (voir DSI no 136). La si­tua­tion sé­cu­ri­taire is­raé­lienne est d’au­tant plus com­plexe que les ten­sions avec les Pa­les­ti­niens res­tent im­por­tantes, dans un contexte éga­le­ment mar­qué par une frag­men­ta­tion or­ga­nique. La loi dite de « l’état-na­tion juif », sou­te­nue par Be­nya­min Ne­ta­nya­hou, cause ain­si des re­mous chez les of­fi­ciers druzes ou arabes is­raé­liens, qui se sentent dé­pré­ciés. D’autres ques­tions de fond se posent aus­si, en par­ti­cu­lier à l’égard de l’iran.

S’ajoute une pro­blé­ma­tique ca­pa­ci­taire. Si le sou­tien amé­ri­cain est im­por­tant – le nou­vel Au­tho­ri­za­tion Act en­vi­sa­geant une aide an­nuelle de 3,3 mil­liards de dol­lars, du­rant 10 ans –, la mo­der­ni­sa­tion des forces de­vient une af­faire dé­li­cate. C’est en par­ti­cu­lier le cas pour la force aé­rienne, puis­sante, mais dont l’es­sen­tiel des in­ves­tis­se­ments a concer­né, ces der­nières an­nées, les ar­me­ments, drones et sys­tèmes ISR et de guerre élec­tro­nique. Mais le rem­pla­ce­ment des plates-formes, qui de­vait ini­tia­le­ment pas­ser par l’achat de 100 F-35, est re­mis en ques­tion. Le coût du Light­ning II ain­si que son adap­ta­bi­li­té son consi­dé­rés comme pro­blé­ma­tiques. À telle en­seigne qu’is­raël semble en­vi­sa­ger un aban­don du pro­gramme, au pro­fit de l’achat… de nou­veaux F-15, dits « IA » (Is­rael Ad­van­ced). Un pro­gramme glo­bal de 11 mil­liards de dol­lars concer­ne­rait les ap­pa­reils de com­bat, mais aus­si des hé­li­co­ptères et des ra­vi­tailleurs en vol. L’hy­po­thèse de l’achat de nou­veaux F-15 cir­cu­lait de­puis le dé­but de l’an­née.

On note, au pas­sage que la vie opé­ra­tion­nelle du F-15 est loin d’être ter­mi­née. En plus des ap­pa­reils neufs en cours de construc­tion pour le Qa­tar ou l’ara­bie saou­dite, Boeing évo­quait ain­si fin juillet un «F-15X» à des­ti­na­tion de L’US Air Force. L’ap­pa­reil se­rait un mo­no­place dont la pa­lette de mu­ni­tions se­rait consi­dé­ra­ble­ment élar­gie, pour in­clure des mu­ni­tions air-sol et an­ti­na­vires. L’avio­nique et les sys­tèmes de contrôle de vol se­raient dé­ri­vés des F-15QA qa­ta­ris et SG sin­ga­pou­riens et sa mo­to­ri­sa­tion se­rait plus puis­sante. Sur­tout, il se­rait moins coû­teux que le F-35, à l’achat comme à l’heure de vol. Reste que la nou­velle pro­po­si­tion ren­voie au rem­pla­ce­ment des F-15C/D amé­ri­cains et ne semble pas pour l’ins­tant pré­sen­tée comme une al­ter­na­tive au F-35 pour L’US Air Force, qui conti­nue de tra­vailler à son F-X (EX-PCA).

Re­pré­sen­ta­tion in­for­ma­tique d’un F-15X. Le fu­tur ap­pa­reil is­raé­lien ? (© Boeing)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.