Sur­réa­lisme trum­pien

DSI - - VEILLES STRATÉGIQUES -

L’an­nonce d’un ac­cord entre Pyon­gyang et Wa­shing­ton au­tour de la dé­nu­cléa­ri­sa­tion de la Co­rée du Nord au­ra certes per­mis un temps à D. Trump d’exul­ter di­plo­ma­ti­que­ment, mais il n’en de­meure pas moins que rares étaient les ob­ser­va­teurs op­ti­mistes. Si la Co­rée du Nord a ef­fec­ti­ve­ment dé­man­te­lé quelques ins­tal­la­tions, le seul fait que l’on ne connaisse pas leur nombre et leur lo­ca­li­sa­tion pré­cise per­met­tait de lais­ser s’ins­tal­ler le doute quant à ses in­ten­tions. En fait, l’ac­cord amé­ri­ca­no­nord-co­réen ne pré­cise pas quand ni com­ment la dé­nu­cléa­ri­sa­tion de­vra s’ef­fec­tuer. Et la com­mu­nau­té amé­ri­caine du ren­sei­gne­ment, dé­jà mal­me­née dans ses re­la­tions avec l’ac­tuelle ad­mi­nis­tra­tion, no­tam­ment sur la ques­tion des in­ter­fé­rences russes dans le pro­ces­sus élec­to­ral, n’a pas tar­dé à si­gna­ler la pour­suite des tra­vaux de Pyon­gyang dans le do­maine ba­lis­tique et en par­ti­cu­lier ce­lui des ICBM. Si les ins­tal­la­tions nord-co­réennes ne s’étendent pas, la pour­suite des tra­vaux dé­jà lan­cés est en re­vanche avé­rée. Fin juillet, Mike Pom­peo, le se­cré­taire d’état amé­ri­cain, in­di­quait éga­le­ment que la pro­duc­tion de com­bus­tible nu­cléaire mi­li­taire se pour­sui­vait.

En fait, les avan­cées ne sont pas tant le fait de Wa­shing­ton que ce­lui de Séoul. En l’oc­cur­rence, la Co­rée du Sud a in­di­qué avoir sus­pen­du – et non an­nu­lé – son exer­cice an­nuel « Ul­chi » en rai­son de l’évo­lu­tion po­si­tive de la si­tua­tion sé­cu­ri­taire dans la pé­nin­sule. L’exer­cice est sym­bo­lique dès lors qu’il concerne l’en­semble de l’état sud-co­réen – il a pu concer­ner jus­qu’à 480 000 fonc­tion­naires – et pas uni­que­ment les forces ar­mées ; sa­chant qu’il était jusque-là com­bi­né avec un exer­cice bi­la­té­ral avec les États-unis (« Free­dom Guar­dian ») et un exer­cice mi­li­taire pro­pre­ment na­tio­nal plu­tôt cen­tré sur la ré­ponse aux ca­tas­trophes, « Tae­geuk ». Ce der­nier se­ra main­te­nu, mais n’au­ra lieu qu’en oc­tobre. Le pa­ra­doxe est que Do­nald Trump lui-même a in­ter­fé­ré avec Séoul, en dé­non­çant le coût pour les États-unis de « Free­dom Guar­dian » (soit en­vi­ron 14 mil­lions de dol­lars), qui est sus­pen­du in­dé­fi­ni­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.