Point de si­tua­tion

DSI - - VEILLES STRATÉGIQUES -

Si les forces amé­ri­caines peuvent comp­ter sur une aug­men­ta­tion de leurs bud­gets, leur si­tua­tion ins­ti­tu­tion­nelle se ré­vèle tou­te­fois dé­li­cate. James Mat­tis, se­cré­taire à la Dé­fense consi­dé­ré comme un fac­teur de tem­po­ri­sa­tion dans l’ad­mi­nis­tra­tion Trump, y semble ain­si de plus en plus iso­lé. Pour l’heure, on ne parle pas en­core de dé­mis­sion, mais la po­si­tion est dif­fi­ci­le­ment te­nable dans un contexte où Do­nald Trump peut lui-même prendre des dé­ci­sions dé­li­cates à gé­rer pour le Dé­par­te­ment de la Dé­fense. C’est certes le cas sur la ques­tion de la fu­ture force spa­tiale, mais ce l’est éga­le­ment au re­gard des co­opé­ra­tions avec l’étran­ger. Ain­si, une ren­contre bi­la­té­rale entre le pré­sident amé­ri­cain et son confrère po­lo­nais, An­dr­zej Du­da, a dé­bou­ché sur la de­mande faite par ce der­nier d’ins­tal­ler de ma­nière per­ma­nente des forces amé­ri­caines en Po­logne.

Pour Var­so­vie, il s’agit de sanc­tua­ri­ser son ter­ri­toire face à la Rus­sie en payant le cas échéant le prix fort. Tou­te­fois, si le pré­sident amé­ri­cain juge l’op­tion in­té­res­sante, il n’est pas du tout ac­quis que ce soit aus­si le cas du DOD. Au-de­là de ce qui s’ap­pa­ren­te­ra à une pro­vo­ca­tion pour la Rus­sie, la ques­tion de la confi­gu­ra­tion du dis­po­si­tif amé­ri­cain en Eu­rope se po­se­ra im­man­qua­ble­ment. En ef­fet, quelles forces af­fec­ter en Po­logne dans un contexte qui reste mar­qué par le pi­vo­te­ment vers l’asie, mais aus­si con­si­dé­rant que le main­tien des forces sur son ter­ri­toire est une ga­ran­tie don­née à l’al­le­magne alors que les ten­sions entre les deux pays se sont ac­crues ces der­niers mois ? Même si la Po­logne met en place les ins­tal­la­tions né­ces­saires, rien n’in­dique donc que le Pen­ta­gone don­ne­ra son feu vert à cette op­tion.

Les forces amé­ri­caines bé­né­fi­cient ce­pen­dant de l’ef­fet Trump. La R&D, et no­tam­ment celle sur l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle, est consi­dé­rée là comme ailleurs comme une prio­ri­té stra­té­gique. C’est en par­ti­cu­lier le cas pour la DARPA, qui a an­non­cé un in­ves­tis­se­ment de deux mil­liards de dol­lars pour les pro­chaines an­nées sur l’ini­tia­tive « AI Next », par­tant du prin­cipe qu’en tra­vaillant sur l’in­for­ma­tique et l’au­to­ma­ti­sa­tion de­puis les an­nées 1960, elle s’est dé­jà lar­ge­ment en­ga­gée dans les sys­tèmes in­tel­li­gents. Se­lon les mots de son di­rec­teur, il s’agit de « trans­for­mer les or­di­na­teurs d’ou­tils spé­cia­li­sés en par­te­naires dans la ré­so­lu­tion de pro­blèmes […] nous vou­lons ex­plo­rer com­ment les ma­chines peuvent ac­qué­rir des ca­pa­ci­tés de rai­son­ne­ment et de com­mu­ni­ca­tion sem­blables à celles des hu­mains ». Ac­tuel­le­ment, plus de 20 pro­grammes sont dé­jà en­ga­gés et 60 autres font ap­pel à un titre ou un autre à L’IA. On est ce­pen­dant en­core loin des ro­bots tueurs.

Dans un pre­mier temps, les prio­ri­tés sont l’op­ti­mi­sa­tion des pro­ces­sus d’achat au sein du Pen­ta­gone ; les ac­cré­di­ta­tions de sé­cu­ri­té ; la va­li­da­tion de pro­grammes in­for­ma­tiques avant leur en­ga­ge­ment en opé­ra­tion ; la dé­tec­tion des failles de cy­ber­sé­cu­ri­té et leur ré­so­lu­tion ; ou en­core la ré­duc­tion des in­ef­fi­ciences en ma­tière de puis­sance et de consom­ma­tion éner­gé­tique des or­di­na­teurs. D’autres pro­grammes, comme le fa­meux pro­jet Ma­ven, at­tri­bué à Google et do­té de 93 mil­lions de dol­lars, cherchent à per­mettre l’ex­trac­tion d’in­for­ma­tions mi­li­tai­re­ment per­ti­nentes de­puis des sources images. Il s’agit aus­si de fi­nan­cer des pro­grammes pion­niers dans l’ac­qui­si­tion d’un sens com­mun par les IA dans une lo­gique d’in­ves­tis­se­ment à haut risque à tra­vers le pro­gramme Ar­ti­fi­cial In­tel­li­gence Ex­plo­ra­tion, dont la mise en place a été an­non­cée en juillet. Par ailleurs, les États-unis ne se concentrent pas uni­que­ment sur la DARPA. L’ad­mi­nis­tra­tion Trump de­vrait pro­chai­ne­ment mettre sur pied un Joint Ar­ti­fi­cial In­tel­li­gence Cen­ter des­ti­né à co­or­don­ner les ef­forts en ma­tière D’IA au sein du DOD.

Le ro­bot At­las, fi­nan­cé par la DARPA, en 2015. Les cher­cheurs sont en­core très pru­dents sur la concré­ti­sa­tion d’une in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle.(© DARPA)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.