La guerre n’est pas fi­nie

DSI - - VEILLES STRATÉGIQUES -

La re­prise en main mi­li­taire de la Sy­rie par les loya­listes s’est pour­sui­vie, jus­qu’à per­mettre la re­prise de la ville d’id­lib, bas­tion his­to­rique de l’in­sur­rec­tion. Au­cun as­saut n’a ce­pen­dant été lan­cé, la Sy­rie concluant un ac­cord avec la Tur­quie, qui a dé­ployé pré­ven­ti­ve­ment des troupes afin d’ap­puyer les groupes de re­belles qu’elle sou­tient, mais aus­si afin d’évi­ter les flux de ré­fu­giés et de dji­ha­distes. La pro­vince et la ville abritent en ef­fet tout le spectre de groupes an­ti-loya­listes en­core ac­tifs en Sy­rie. Face à la pers­pec­tive d’opé­ra­tions entre les deux pays, un ac­cord tem­po­raire a été si­gné entre la Rus­sie et la Tur­quie le 17 sep­tembre, per­met­tant la créa­tion d’une zone dé­mi­li­ta­ri­sée. Mais la si­tua­tion reste com­plexe. Si l’état is­la­mique a été af­fai­bli, des cel­lules sont tou­jours ac­tives et cer­taines sem­blaient, fin août, être re­ve­nues à Ra­q­qa. Des at­ten­tats conti­nuent de se­couer la ré­gion nord de Bag­dad, en dé­pit de la perte par l’or­ga­ni­sa­tion de ses der­niers bas­tions en no­vembre 2017.

La re­prise en main de la Sy­rie n’est qu’un pro­blème par­mi d’autres. Au-de­là de la contre-in­sur­rec­tion sy­rienne et de la lutte contre L’EI et les groupes dji­ha­distes, la pré­sence de forces du Hez­bol­lah et des Gar­diens de la ré­vo­lu­tion ira­niens met Is­raël sous ten­sion. Le main­tien de ces der­niers une fois la contrein­sur­rec­tion ter­mi­née semble ac­quis : le mi­nistre ira­nien de la Dé­fense, en vi­site à Da­mas fin août, in­di­quait ain­si que ses forces as­su­re­raient des mis­sions de dé­mi­nage ou en­core ap­puie­raient la re­cons­truc­tion des forces et de l’in­dus­trie de dé­fense sy­rienne. Ce po­si­tion­ne­ment de­vrait nour­rir les ten­sions avec Is­raël. Ces der­niers mois, les raids aé­riens se sont mul­ti­pliés (voir DSI no 137). Le 4 sep­tembre, la Heyl Ha’avir an­non­çait qu’elle avait frap­pé 202 ob­jec­tifs de­puis 2017 en uti­li­sant plus de 800 bombes et mis­siles – et ne su­bis­sant que des pertes mar­gi­nales, soit au mo­ment où nous écri­vons ces lignes, un seul F-16, en fé­vrier 2018.

C’est au cours d’un de ces raids qu’un Il-20 a été abat­tu. Preuve de la com­plexi­té de la si­tua­tion sé­cu­ri­taire lo­cale, un IL-20M Coot de ren­sei­gne­ment élec­tro­nique russe a été abat­tu par un mis­sile SA-5 sy­rien le 18 sep­tembre, cau­sant la perte des 14 membres d’équi­page. Après avoir sous-en­ten­du un tir de mis­sile fran­çais, la Rus­sie a re­con­nu que la Sy­rie ne dis­po­sait pas des codes d’iden­ti­fi­ca­tion IFF qui au­raient per­mis d’évi­ter le tir. L’ap­pa­reil était en­ga­gé dans une mis­sion d’écoute à 35 km des côtes sy­riennes, sans doute face au groupe de bâ­ti­ments de L’OTAN dé­ployé au large de la Sy­rie – du­quel fai­sait par­tie l’au­vergne –, et se trou­vait dans les pa­rages d’un raid is­raé­lien de quatre F-16. Is­raël a ce­pen­dant pré­ci­sé qu’il existe bien un mé­ca­nisme de dé­con­flic­tion avec la Rus­sie, qui avait été ap­pli­qué ce jour-là, et que ses ap­pa­reils avaient dé­jà re­ga­gné l’es­pace aé­rien is­raé­lien au mo­ment de la des­truc­tion de l’il-20. Dans la fou­lée, la Rus­sie a in­di­qué qu’elle al­lait four­nir des S-300 à Da­mas.

Les nou­veaux mis­siles chan­gen­tils la donne? Une bat­te­rie do­tée de quatre lan­ceurs a ra­pi­de­ment été dé­ployée par voie aé­rienne, mais plu­sieurs ques­tions res­tent en sus­pens, qu’il s’agisse du type de mis­sile uti­li­sé ou de l’ori­gine des opé­ra­teurs. Tou­te­fois si ce fait a été lar­ge­ment com­men­té, il ne semble pas en me­sure de chan­ger la donne. Si la Rus­sie dis­pose ain­si sous dra­peau sy­rien d’un moyen de pres­sion sur Is­raël, elle avait dé­jà dé­ployé en Sy­rie deux bat­te­ries S-400, de même que des moyens d’ap­pui, comme les sys­tèmes de guerre élec­tro­nique Kra­su­kha. A prio­ri, ces sys­tèmes n’ont ja­mais été uti­li­sés contre les raids is­raé­liens. Et on peut se de­man­der si Mos­cou fe­ra preuve à l’égard de son al­lié d’une plus grande trans­pa­rence sur ses codes IFF : jus­qu’ici, les li­vrai­sons de sys­tèmes avan­cés, comme les Sa-22/pant­sir ou les SA-17, n’ont guère eu d’ef­fet sur les raids is­raé­liens… Reste aus­si à sa­voir si la Rus­sie, avec qui Is­raël a main­te­nu des contacts di­plo­ma­tiques, vou­dra abattre des ap­pa­reils is­raé­liens…

(© Crown Co­py­righ)

Un IL-20M russe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.