Au­dio­val­ley veut faire coup double dans l'au­dio di­gi­tal

L'an­née 2019 com­men­ce­ra pour Au­dio­val­ley sous le signe de la double co­ta­tion, à Bruxelles et à Pa­ris. Ob­jec­tifs : le­ver plus de fonds afin de pour­suivre son dé­ve­lop­pe­ment in­ter­na­tio­nal et dou­bler son chiffre d'af­faires d'ici 2020, tout en s'af­fran­chis­sant

Edition Multimé[email protected] - - La Une - Charles de Lau­bier

« L’au­dio di­gi­tal, par­tout, tout le temps » . Tel est le slo­gan de la so­cié­té bruxel­loise Au­dio­val­ley, fon­dée en 2003 par Alexandre Sa­bound­jian ( pho­to), son ac­tuel ad­mi­nis­tra­teur dé­lé­gué. Connu en France sous le nom de Ra­dio­no­my, pla­te­forme de we­bra­dios créée en 2007 et so­cié­té ra­che­tée en 2015 par Vi­ven­di à hau­teur de 64,4 % du ca­pi­tal ( 1), Au­dio­val­ley en a re­pris le contrôle en 2017 pour un to­tal de 30,3 mil­lions d’eu­ros – dont 16,3 mil­lions de créances dé­te­nues par Vi­ven­di.

« Cré­dit- ven­deur » rem­bour­sable à Vi­ven­di

L’en­tre­prise belge doit en­core payer la qua­si- to­ta­li­té de cette somme au groupe de Vincent Bol­lo­ré. Aus­si, pour à la fois rem­bour­ser Vi­ven­di de la somme prê­tée et pour­suivre son dé­ploie­ment in­ter­na­tio­nal, le groupe Au­dio­val­ley a pré­vu de dé­po­ser en jan­vier 2019 une de­mande de double co­ta­tion à Pa­ris et à Bruxelles via l’eu­ro­next Growth, l’ex- Al­ter­next dé­dié aux PME sou­hai­tant être co­tées en Bourse de ma­nière sim­pli­fiée. Dé­jà co­tée de­puis fin juillet sur l’eu­ro­next Growth Bruxelles où elle a le­vé 9,5 mil­lions d’eu­ros lors de l’in­tro­duc­tion et où elle est au­jourd’hui va­lo­ri­sée 41 mil­lions d’eu­ros, l’en­tre­prise d’alexandre Sa­bound­jian vise la co­ta­tion à Pa­ris au cours de la deuxième quin­zaine du mois de fé­vrier 2019. « Si nous rayon­nons au­jourd’hui in­ter­na­tio­na­le­ment avec des im­plan­ta­tions di­rectes dans neuf pays à tra­vers le monde [ Bel­gique, France, Luxem­bourg, Es­pagne, Al­le­magne, Pays- Bas, Suisse, Etats- Unis et Chine, ndlr], nous en­tre­te­nons tou­jours une re­la­tion pri­vi­lé­giée avec la Bel­gique où notre his­toire a com­men­cé. Notre pro­jet de double co­ta­tion trouve ain­si tout son sens dans ce pays où nous bé­né­fi­cions d’une re­con­nais­sance forte et qui va nous rap­pro­cher d’un bas­sin na­tu­rel d’in­ves­tis­seurs » , a jus­ti­fié Alexandre Sa­bound­jian. Ac­tuel­le­ment, il dé­tient 67,7 % du ca­pi­tal de l’en­tre­prise ( 3,8 % di­rec­te­ment du ca­pi­tal et 63,9% in­di­rec­te­ment à tra­vers Maxxi­mum, sa hol­ding per­son­nelle contrô­lée à 100 %), le flot­tant en Bourse étant de 24,4 %. Si la deuxième co­ta­tion ne don­ne­ra pas lieu à l’émis­sion de nou­velles ac­tions, elle de­vrait per­mettre à Au­dio­val­ley d’ac­croître sa vi­si­bi­li­té et son at­trac­ti­vi­té in­ter­na­tio­nales, sans pour au­tant en­vi­sa­ger des ac­qui­si­tions, tout en ren­for­çant « la li­qui­di­té du titre » . Pour les in­ves­tis­seurs pri­vées ou ins­ti­tu­tion­nels, se­lon le jar­gon bour­sier, « Au­dio­val­ley bé­né­fi­cie­ra d’un car­net d’ordres unique tou­jours ac­ces­sible avec les codes ISIN BE0974334667 et mné­mo­niques ALAVY » . Cette double co­ta­tion de­vrait en outre per­mettre au groupe belge de rem­bour­ser le fran­çais Vi­ven­di des sommes prê­tées lors du ra­chat de Ra­dio­no­my. Sur les 9,5 mil­lions d’eu­ros le­vés en juillet der­nier, alors que Au­dio­val­ley en es­pé­rait 13 mil­lions, 5,1 mil­lions ont dé­jà été af­fec­tés au rem­bour­se­ment du « cré­dit- ven­deur » ac­cor­dé par Vi­ven­di et le reste « pour faire face à ses be­soins de tré­so­re­rie au cours des 12 pro­chains mois » . Mais il reste en­vi­ron 25 mil­lions d’eu­ros à ré­gler par an­nui­tés du 31 dé­cembre 2019 au 31 dé­cembre 2025, confor­mé­ment au ré­amé­na­ge­ment en juillet de l’échéan­cier de paie­ment des sommes dues à Vi­ven­di. Au­dio­val­ley a vou­lu re­prendre le contrôle de Ra­dio­no­my pour deux rai­sons : l’in­té­gra­tion de cette en­ti­té dans le groupe Vi­ven­di ne s’est pas faite dans les temps, mal­gré la crois­sance de l’ac­ti­vi­té, et « cette si­tua­tion a stop­pé la dy­na­mique en­clen­chée entre les trois pôles d’ac­ti­vi­té du groupe » , est- il pré­ci­sé dans le pros­pec­tus bour­sier d’au­dio­val­ley da­té de juillet der­nier. Dé­sor­mais réunis, ces trois pôles sont : Ra­dio­no­my ( 53,4 % du chiffre d’af­faires de 2017) spé­cia­li­sé dans l’au­dio di­gi­tal ( agré­ga­tion de we­bra­dios, lo­gi­ciel de strea­ming Shout­cast, player au­dio Wi­namp, et ré­gie pu­bli­ci­taire Tar­gets­pot) ; Sto­re­ver ( 33,2 % du chiffre d’af­faires) spé­cia­li­sé dans les so­lu­tions « in- store » au­dio et/ ou vi­déo pour les points de vente ( 13.000 ma­ga­sins de 170 en­seignes ré­par­tis à tra­vers le monde) ; Ja­men­do ( 13,4 % du chiffre d’af­faires) spé­cia­li­sé dans les droits mu­si­caux sous li­cences « Crea­tive Com­mons » au­près des pro­fes­sion­nels ( ca­ta­logue de près de 40.000 ar­tistes pro­po­sant plus de 500.000 mor­ceaux mu­si­caux dont 270.000 sous le mo­dèle de li­cen­sing).

Au­dio­val­ley veut dou­bler son CA d’ici 2020

Le poids de la dette- créance en­vers Vi­ven­di pré­sente un risque pour Au­dio­val­ley, qui a réa­li­sé en 2017 un chiffre d’af­faires de 20 mil­lions d’eu­ros ( conso­li­dé pro­for­ma) pour un ré­sul­tat opé­ra­tion­nel né­ga­tif de 5,9 mil­lions d’eu­ros ( « compte te­nu no­tam­ment d’une do­ta­tion aux amor­tis­se­ments de 4 mil­lions » ) . Mais Alexandre Sa­bound­jian pré­voyait en­core l’an der­nier un dou­ble­ment de son chiffre d’af­faires entre 2018 ( a prio­ri su­pé­rieur à 25 mil­lions d’eu­ros) et 2020 ( 50 mil­lions). Il compte sur la crois­sance de la mo­né­ti­sa­tion des we­bra­dios et de l’au­dio di­gi­tal pour conti­nuer à conqué­rir le monde et s’af­fran­chir de Vi­ven­di. @

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.