Qualcomm avale NXP/Freescale pour 47Md$

Le ra­chat de NXP doit per­mettre à Qualcomm, im­por­tant four­nis­seur de pro­ces­seurs pour les té­lé­phones mo­biles, de se ren­for­cer sur les mar­chés en forte crois­sance des com­po­sants pour l’au­to­mo­bile et les ob­jets connec­tés.

Electronique S - - Stratégie -

NXP, fleu­ron de l’in­dus­trie eu­ro­péenne des se­mi­con­duc­teurs, va pas­ser sous pa­villon amé­ri­cain. Qualcomm et NXP viennent, en ef­fet, d’an­non­cer qu’ils sont par­ve­nus à un ac­cord sur la base d’une va­leur d’en­tre­prise d’en­vi­ron 47 mil­liards de dol­lars (43,1 mil­liards d’eu­ros), une opé­ra­tion qui doit per­mettre à Qualcomm de di­ver­si­fier son offre et ses dé­bou­chés, des té­lé­com­mu­ni­ca­tions mo­biles vers l’au­to­mo­bile. NXP avait lui-même ac­quis Freescale en 2015 pour un mon­tant de 11,8 mil­liards de dol­lars (10,44 mil­liards d’eu­ros), le fa­bri­cant néer­lan­dais de se­mi­con­duc­teurs ayant entre-temps ac­cep­té de se sé­pa­rer de son ac­ti­vi­té de com­po­sants de puis­sance ra­dio­fré­quences. Qualcomm a pré­ci­sé qu’il of­fri­rait 110 dol­lars par ac­tion NXP, soit une prime de 11,5% sur le cours de clô­ture de sa cible mer­cre­di 26 oc­tobre. Qualcomm pré­cise qu’il pré­voit de fi­nan­cer l’opé­ra­tion avec ses li­qui­di­tés dis­po­nibles et de nou­veaux em­prunts – NXP ar­rive dans son es­car­celle avec une dette im­por­tante, de l’ordre d’une di­zaine de mil­liards de dol­lars.

Qualcomm de­vient gé­né­ra­liste

Le r achat de NXP doit per­mettre à Qualcomm, au­jourd’hui im­por­tant four­nis­seur de pro­ces­seurs et de com­po­sants pour smart­phones tour­nant sous An­droid et iOS, de se ren­for­cer sur le mar­ché en forte crois­sance des cir­cuits des­ti­nés à l’in­dus­trie au­to­mo­bile, point fort de NXP. Le nou­vel en­semble de­vrait réa­li­ser un chiffre d’af­faires de plus de 30 mil­liards de dol­lars, ont pré­ci­sé les deux groupes. La tran­sac­tion est sou­mise aux ap­pro­ba­tions ré­gle­men­taires et la fi­na­li­sa­tion de la tran­sac­tion ne de­vrait in­ter­ve­nir que vers la fin de l’an­née 2017. Qualcomm se clas­sait en 2015 au 3e rang mon­dial du mar­ché des se­mi­con­duc­teurs par le chiffre d’af­faires, et NXP au sep­tième rang, se­lon le ca­bi­net d’études spé­cia­li­sé IHS. Dans une lettre adres­sée à leurs « amis, par­te­naires et clients », Rick Clem­mer et Steve Owen, res­pec­ti­ve­ment Pdg et vice-pré­sident exé­cu­tif en charge des ventes et du mar­ke­ting de NXP, ont of­fi­ciel­le­ment confir­mé que le groupe néer­lan­dais de se­mi­con­duc­teurs avait ac­cep­té l’offre d’achat de Qualcomm. « La com­bi­nai­son de NXP et Qualcomm est ba­sée sur une lo­gique stra­té­gique qui réunit deux en­tre­prises com­plé­men­taires et va don­ner nais­sance à un lea­der de pre­mier plan en se­mi-conduc­teurs. Avec des po­si­tions très fortes dans les do­maines des tech­no­lo­gies sans fil, de la sé­cu­ri­té et du trai­te­ment de don­nées, l’en­tre­prise ré­sul­tante se­ra idéa­le­ment po­si­tion­née pour ré­pondre aux mar­chés émer­gents tels que les sys­tèmes avan­cés d’as­sis­tance à la conduite et les vé­hi­cules au­to­nomes, l’In­ter­net des ob­jets et la 5G », ex­pliquent les deux di­ri­geants. De fait, les deux fa­bri­cants s’avèrent re­la­ti­ve­ment com­plé­men­taires. Poids lourds des pro­ces­seurs, Qualcomm gagne dans la tran­sac­tion un des ca­ta­logues de mi­cro­con­trô­leurs les plus étof- fés de l’in­dus­trie com­pre­nant à la fois le por­te­feuille de NXP et ce­lui hé­ri­té de Freescale, une large fa­mille de cap­teurs et un sa­voir-faire consé­quent en cir­cuits ana­lo­giques et mixtes et en com­mu­ni­ca­tions ra­dio­fré­quences. L’en­semble consti­tue peut-être l’offre la plus va­riée de l’in­dus­trie des se­mi-conduc­teurs. Le ra­chat per­met­tra à Qualcomm d’être moins dé­pen­dant du mar­ché de la té­lé­pho­nie mo­bile, qui est en­tré dans une phase de ma­tu­ra­tion ré­dui­sant ses marges et sa pro­gres­sion de ma­nière si­gni­fi­ca­tive. Fa­bless de­puis sa créa­tion, Qualcomm hé­ri­te­ra éga­le­ment de plu­sieurs usines de pro­duc­tion de cir­cuits in­té­grés – leur ave­nir reste à dé­fi­nir. Ses ré­seaux de vente et de dis­tri­bu­tion se trou­ve­ront éga­le­ment dé­mul­ti­pliés par cette ac­qui­si­tion, qui rend Qualcomm moins dé­pen­dant du mar­ché chi­nois et lui per­met de po­ser un pied en Eu­rope.

FRÉ­DÉ­RIC RÉMOND ET JACQUES MAROUANI

< Ce ra­chat, le plus coû­teux de l’his­toire des se­mi- conduc­teurs, consti­tue un énorme chan­ge­ment cultu­rel pour Qualcomm.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.