Les os­cil­lo­scopes en en­trée de gamme se re­nou­vellent

Rohde & Sch­warz vient d’in­tro­duire les mo­dèles RTC1000, RTM3000 et RTA4000 dans sa gamme Va­lue Ins­tru­ments. Leurs atouts res­pec­tifs: le prix, leurs per­for­mances et la qua­li­té de si­gnal.

Electronique S - - Sommaire - (*) Le groupe al­le­mand dis­po­sait dé­jà d’une offre d’os­cil­lo­scopes nu­mé­riques de­puis 2014, via le ra­chat de son com­pa­triote Ha­meg en 2005.

Les os­cil­lo­scopes nu­mé­riques des­ti­nés aux ap­pli­ca­tions i ndus­trielles d’usage gé­né­ral ou à l’en­sei­gne­ment ont beau être d’en­trée gamme, il n’en de­meure pas moins que ces uti­li­sa­teurs veulent aus­si dis­po­ser de fonc­tion­na­li­tés leur per­met­tant de ré­pondre à leurs exi­gences en termes de per­for­mances, d’ana­lyse, d’er­go­no­mie. Fort de ce constat, l’al­le­mand Rohde & Sch­warz, qui a fait ses dé­buts « of­fi­ciels » dans l’os­cil­los­co

(*) pie il y a seule­ment deux ans avec l’in­tro­duc­tion des FPH Scope Ri­der ( voir Elec­tro­niques n° 66), vient de re­nou­ve­ler si­gni­fi­ca­ti­ve­ment son offre Va­lue Ins­tru­ments, en lan­çant sur le mar­ché trois nou­veaux mo­dèles. Les os­cil­lo­scopes RTC1000, RTM3000 et RTA4000, qui rem­placent ain­si res­pec­ti­ve­ment les HMO1002/1202, HMO3000 et RTM2000, com­plètent dé­sor­mais la sé­rie RTB2000, lan­cée il y a moins d’un an ( voir Elec­tro­niques n° 81). Au-de­là de la dis­pa­ri­tion des der­niers os­cil­lo­scopes is­sus de Ha­meg – il existe en­core deux ponts RLC et une gamme d’ali­men­ta­tions de la­bo­ra­toire « Ha­meg » –, le dé­ve­lop­pe­ment de ces nou­veaux os­cil­lo­scopes s’ins­crit dans la stra­té­gie du fa­bri­cant mu­ni­chois, ré­su­mée par Frank Ma­ckel, vice-pré­sident Sales, Ser­vices & Mar­ke­ting pour l’Eu­rope de l’ouest de Rohde & Sch­warz: « notre am­bi­tion est d’être lea­der sur tous les sec­teurs où Rohde & Sch­warz se po­si­tionne, grâce à une crois­sance d’une ma­nière conso­li­dée. Il faut pour ce­la no­tam­ment étendre notre port­fo­lio Va­lue Ins­tru­ments ». Re­ve­nons aux trois os­cil­los- copes qui viennent d’être lan­cés sur le mar­ché. Le RTC1000 est d’abord le pre­mier os­cil­lo­scope de Rohde & Sch­warz com­mer­cia­li­sé à moins de 1 000 eu­ros (à par­tir de 835 € exac­te­ment). « Pour ce prix, vous avez quand même une bande pas­sante de 50 à 300 MHz, 2 voies échan­tillon­nées à une fré­quence de 1 Géch./s par voie, une pro­fon­deur mé­moire de 1 Méch. par voie, et la pré­sence de six ins­tru­ments en un, en­tiè­re­ment évo­lu­tifs via des clés lo­gi­ciels (8 voies lo­giques, gé­né­ra­teur de fonc­tions 50kHz, gé­né­ra­teur de pat­terns, volt­mètre, tes­teur de com­po­sants et test de marques) », in­dique Ar­naud Combe, Bu­si­ness De­ve­lop­ment Ma­na­ger Os­cil­lo­scopes chez Rohde & Sch­warz France.

Usage gé­né­ral et in­té­gri­té du si­gnal

« Le RTC100 se­ra le cou­teau suisse de tout élec­tro­ni­cien qui se res­pecte : le test de com­po­sants est ap­pré­cié par les en­sei­gnants et cer­tains in­dus­triels ; le ser­veur web, lui, per­met de tra­vailler à dis- tance, via un ré­seau Ether­net, sans l’obli­ga­tion d’ins­tal­ler un logiciel par­ti­cu­lier », ajoute Sté­phane Cro­che­teau, Bu­si­ness De­ve­lop­ment Ma­na­ger Os­cil­lo­scopes chez Rohde & Sch­warz France. Les RTM3000 et RTA4000, eux, sont ba­sés sur la même pla­te­forme ma­té­rielle que celle des RTB2000 (« Po­wer of Ten » ; ré­so­lu­tion de 10 bits et ex­ten­sible à 16 bits, écran cou­leur tac­tile 10,1 pouces, 10 fonc­tions de me­sure et d’ana­lyse dif­fé­rentes, temps de dé­mar­rage in­fé­rieur à 10 s). Ce­la se voit d’ailleurs au ni­veau du boî­tier, à quelques pe­tites dif­fé­rences près, comme la po­si­tion des voies lo­giques ou de la sor­tie du gé­né­ra­teur de fonc­tions. Mais les nou­veaux mo­dèles se po­si­tionnent au­des­sus des RTB2000, en termes de spé­ci­fi­ca­tions. Pour les ap­pli­ca­tions d’ana­lyse de puis­sance et d’usage gé­né­ral, l’os­cil­lo­scope 2 ou 4 voies RTM3000 dis­pose d’une bande pas­sante com­prise entre 100 MHz et 1 GHz, d’une fré­quence d’échan­tillon­nage de 2,5 Géch./s par voie et d’une pro­fon­deur mé­moire de 40Méch. par voie. Quant au mo­dèle 4 voies RTA4000, il dis­pose d’une bande pas­sante com­prise entre 200 MHz et 1 GHz, d’une fré­quence d’échan­tillon­nage de 2,5 Géch./ s, d’un ca­libre 500 mV/div quelle que soit la bande pas­sante, d’une pro­fon­deur mé­moire de 100Méch. par voie, d’un mode His­to­rique en stan­dard (et non en op­tion comme dans les RTM3000). « De par la qua­li­té du CAN, de la pro­fon­deur mé­moire et du ni­veau de bruit de 0,4 % de la pleine échelle ( 1 mV/ div, 200 MHz et 50 Ω) des en­trées, les RTA4000 sont no­tam­ment orien­tés vers les ap­pli­ca­tions d’in­té­gri­té de si­gnal », pré­cise Ar­naud Combe. À no­ter que les uti­li­sa­teurs pour­ront bé­né­fi­cier d’une qua­ran­taine de sondes pas­sives, ac­tives et dé­diées (champ proche en CEM, hautes ten­sions, lo­giques, etc.).

CÉ­DRIC LARDIÈRE

< Les nou­veaux os­cil­lo­scopes d’en­trée de gamme RTM3000 et RTA4000 de Rohde & Sch­warz sont res­pec­ti­ve­ment des­ti­nés aux ap­pli­ca­tions d’usage gé­né­ral ( ana­lyse de puis­sance, par exemple) et aux ap­pli­ca­tions d’in­té­gri­té de si­gnal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.