TTI : pre­mier distributeur en France pour les pas­sifs et la connec­tique

Electronique S - - Sommaire - DI­DIER GIRAULT

TTI France s’ap­puie sur 95 per­sonnes et con­ti­nue à ren­for­cer ses équipes de sou­tien tech­nique. Au plan lo­gis­tique, le distributeur va bé­né­fi­cier, à par­tir de sep­tembre pro­chain, de l’ajout d’une deuxième aire eu­ro­péenne de sto­ckage à Mai­sach en Haute-Ba­vière.

TTI est le pre­mier distributeur en France de com­po­sants pas­sifs, avec une part de mar­ché égale à 22 %, ain­si que de connec­tique, avec une part de mar­ché de 21% », an­nonce Fa­brice Le­cor­dier, vice-pré­sident régional de TTI et di­rec­teur gé­né­ral de TTI France. La connec­tique re­pré­sente quelque 45 % du chiffre d’af­faires de la fi­liale fran­çaise (96 mil­lions d’eu­ros au to­tal, en 2017, pour un chiffre d’af­faires de 700 Me en Eu­rope et de 2,5 mil­liards d’eu­ros dans le monde). Pro­prié­té du fonds d’in­ves­tis­se­ment Berk­shire Ha­tha­way (pla­cé sous la hou­lette de War­ren Buf­fet) de­puis 2007, TTI a bé­né­fi­cié, dans l’Hexa­gone, de l’ac­qui­si­tion de Ma­te­le­co en oc­tobre 2008 : c’est cette opé­ra­tion qui lui a per­mis de de­ve­nir nu­mé­ro 1 en France pour la connec­tique. « Il y a eu ajout de marques en connec­tique au por­te­feuille fran­çais de TTI ain­si que, pour cer­taines, au por­te­feuille eu­ro­péen du groupe », in­dique M. Le­cor­dier. En outre, « l’ac­qui­si­tion de Ma­te­le­co a per­mis à la fi­liale fran­çaise d’élar­gir sa base de clients. En ef­fet, alors que TTI France ser­vait sur­tout les fa­bri­cants de cartes élec­tro­niques, Ma­te­le­co, pour sa part, se concen­trait sur les clients “hors cartes”, no­tam­ment les in­té­gra­teurs de ma­té­riels élec­tro­niques et élec­tro­tech­niques », ex­plique le di­rec­teur gé­né­ral. En ce qui concerne les pro­fils d’en­tre­prises, TTI France com­mer­çait prin­ci­pa­le­ment avec des grands in­dus­triels et des grands sous-trai­tants alors que Ma­te­le­co pri­vi­lé­giait les pe­tites et moyennes en­tre­prises. Ac­tuel­le­ment, le distributeur de com- po­sants pas­sifs, de connec­tique, et élec­tro­mé­ca­niques, s’ap­puie, dans l’Hexa­gone, sur 95 per­sonnes. « C’est l’équipe la plus im­por­tante sur le ter­ri­toire pour le do­maine consi­dé­ré [pas­sifs, connec­tique et élec­tro­mé­ca­niques, ndlr] », es­time Fa­brice Le­cor­dier.

Un fort sou­tien tech­nique et lo­gis­tique

« Nous ren­for­çons sans cesse nos équipes, no­tam­ment en cap­teurs… Nos in­gé­nieurs tech­niques in­ter­viennent en sou­tien des com­mer­ciaux et nous four­nis­sons une aide au de­si­gn à nos clients », re­marque M. Le­cor­dier. De sur­croît, TTI France pro­pose des ser­vices d’as­sem­blage, sous dé­lais courts, de pe­tites et moyennes sé­ries de connec­teurs pour le mi­li­taire et l’aé­ro­spa­tial, via un ate­lier ba­sé à Mu­nich. Pre­nant en charge les connec­teurs cir­cu­laires d’Am­phe­nol, de Deutsch et de Sou­riau, cet ate­lier eu­ro­péen s’ap­puie au­jourd’hui sur 15 per­sonnes. Au plan lo­gis­tique, TTI France va bé­né­fi­cier, dès sep­tembre pro­chain, d’une deuxième aire de sto­ckage – forte de 3 étages et de 18 000 m2 de sur­face au sol – à Mai­sach en Hau­teBa­vière (Al­le­magne). Elle com­plé­te­ra un pre­mier ma­ga­sin de sur­face au sol de 17 000 m2. « Ce nou­veau centre de sto­ckage pour l’Eu­rope se­ra opé­ra­tion­nel en sep­tembre 2018 », pré­cise le di­rec­teur gé­né­ral de TTI France. Au to­tal, TTI Eu­rope bé­né­fi­cie­ra alors d’un sto­ckage de sur­face au sol de 35 000 m2. Cette opé­ra­tion fait par­tie d’une stra­té­gie mon­diale d’ex­ten­sion des ma­ga­sins chez TTI. Ain­si, aux ÉtatsU­nis, le distributeur a mis sur pied un nou­veau han­gar de 75000m2. En­fin, pour ai­der ses clients à mieux suivre leurs com­mandes et les stocks, TTI a ou­vert, en août 2017, un nou­veau site web pour l’Eu­rope; il est op­ti­mi­sé pour une consul­ta­tion via toutes sortes de ter­mi­naux (PC, ta­blettes et smart­phones). Au plan des mar­chés, c’est la sous-trai­tance qui re­pré­sente le plus gros chiffre d’af­faires de TTI France (35 % du CA to­tal) de­vant l’in­dus­triel (22%) – qui in­clut la ges­tion de l’éner­gie et la do­mo­tique–, l’aé­ro­nau­tique et dé­fense (15%) et le « tran­spor­ta­tion » (15%), un do­maine qui re­couvre l’au­to­mo­bile, le fer­ro­viaire et les trans­ports. Au sein de « tran­spor­ta­tion », le vé­hi­cule élec­trique (vé­hi­cule en l ui- même, bornes de re­charge et in­fra­struc­tures) s’avère un grand consom­ma­teur de connec­teurs, de câbles de charge, de com­po­sants pour la ges­tion de l’éner­gie… Comme tous les ac­teurs de la sup­ply chain de l’élec­tro­nique, TTI France est confron­té à la pénurie de com­po­sants qui sé­vit dans le monde de­puis le pre­mier tri­mestre 2017. « C’est une si­tua­tion in­édite car cette pénurie dure : on en par­lait dé­jà à Elec­tro­ni­ca 2016, on en par­le­ra à Elec­tro­ni­ca 2018 et en 2019 » , re­marque Fa­brice Le­cor­dier. Cette pénurie est aus­si aty­pique car elle ne concerne pas qu’une ou deux ca­té­go­ries de pro­duits, comme

c’est ha­bi­tuel­le­ment le cas, mais de nom­breuses fa­milles de com­po­sants: « sont no­tam­ment tou­chés les conden­sa­teurs cé­ra­mique, les résistances CMS, les in­duc­tances et l es com­po­sants dis­crets (diodes, tran­sis­tors…) », note le di­rec­teur gé­né­ral de TTI France. La prin­ci­pale rai­son à ces pro­blèmes est « un manque d’in­ves­tis­se­ments des fa­bri­cants en nou­velles lignes de pro­duc­tion du fait de marges trop faibles ». La pénurie de conden­sa­teurs cé­ra­mique a aus­si une autre cause: la très forte hausse de la de­mande de l’au­to­mo­bile pour de tels com­po­sants. « Il fal­lait 2000 conden­sa­teurs cé­ra­mique pour un vé­hi­cule, il y a 5 ans; il en faut 12000 au­jourd’hui! Même si le mar­ché de l’au­to­mo­bile ne pro­gresse que de 2 à 3% par an, cette mul­ti­pli­ca­tion par six a do­pé la de­mande », re­marque M. Le­cor­dier.

Des ou­tils pour contrer la pénurie

Dans les faits, « la si­tua­tion est l a plus cri­tique pour l es conden­sa­teurs cé­ra­mique en boî­tiers de di­men­sions su­pé­rieures au 0402 », an­nonce l’ex­pert. « En ef­fet, les fa­bri­cants ont axé leurs pro­duc­tions sur les pe­tites di­men­sions – soit 0402 et in­fé­rieures – des­ti­nées au smart­phone, à l’au­to­mo­bile et à l’in­for­ma­tique. Tou­jours en vi­gueur en Eu­rope, les plus gros boî­tiers se re­trouvent donc au­jourd’hui en si­tua­tion de pénurie », ex­pli que M. Le­cor­dier. Et de pour­suivre: « les Eu­ro­péens vont de­voir pro­cé­der à des adap­ta­tions tech­niques de fa­çon à uti­li­ser des boî­tiers 0402 et in­fé­rieurs en rem­pla­ce­ment des gros boî­tiers. C’est im­pé­ra­tif car la si­tua­tion va de­meu­rer très cri­tique ». Dans la pra­tique, TTI France aide ac­ti­ve­ment ses clients à pro­cé­der à de telles adap­ta­tions. En outre, au plan lo­gis­tique, TTI tra­vaille, en co­opé­ra­tion avec ses clients, à la mise en place d’ou­tils des­ti­nés à contrer la pénurie. « C’est d’au­tant plus im­por­tant que les com­po­sants concer­nés sont peu chers et, pour cette rai­son, consi­dé­rés à tort comme d’em­blée dis­po­nibles. Or ce n’est plus le cas… », sou­ligne Fa­brice Le­cor­dier. Et de conclure : « la mise en place de tels ou­tils per­met de pré­ve­nir la rup­ture de l’ap­pro­vi­sion­ne­ment au moins pour une par­tie des com­mandes

< À Mai­sach ( Al­le­magne), une deuxième aire eu­ro­péenne de sto­ckage – de sur­face au sol 18000m2 – com­plé­te­ra un pre­mier ma­ga­sin ( 17000m2). Elle se­ra opé­ra­tion­nelle en sep­tembre 2018.

FA­BRICE LE­COR­DIER, di­rec­teur gé­né­ral de la fi­liale fran­çaise de TTITTI France s’ap­puie sur 95 per­sonnes. C’est l’équipe la plus im­por­tante sur le ter­ri­toire pour le do­maine consi­dé­ré [pas­sifs, connec­tique et élec­tro­mé­ca­niques].”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.