L’Eu­rope compte in­ves­tir 20 mil­liards d’eu­ros dans l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle

L’Eu­rope dis­pose d’en­tre­prises de pre­mier plan dans les sec­teurs du trans­port, des soins de san­té et de la fa­bri­ca­tion, qui de­vraient mi­ser sur l’IA pour res­ter com­pé­ti­tives.

Electronique S - - Sommaire - JACQUES MA­ROUA­NI

La Com­mis­sion eu­ro­péenne vient de pré­sen­ter une sé­rie de me­sures vi­sant à mettre l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle (IA) au ser­vice des ci­toyens eu­ro­péens et à sti­mu­ler la com­pé­ti­ti­vi­té de l’Eu­rope dans ce do­maine. La Com­mis­sion pro­pose une approche en trois vo­lets pour ac­croître les in­ves­tis­se­ments pu­blics et pri­vés dans l’IA, se pré­pa­rer aux chan­ge­ments so­cio- éco­no­miques et éta­blir un cadre éthique et ju­ri­dique ap­pro­prié. « Nous de­vons in­ves­tir au moins 20 mil­liards d’eu­ros d’ici à la fin de l’an­née 2020. Nous en­ten­dons don­ner une im­pul­sion d’une part, aux cher­cheurs, pour leur per­mettre de dé­ve­lop­per la pro­chaine gé­né­ra­tion de tech­no­lo­gies et d’ap­pli­ca­tions de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle, et d’autre part, aux en­tre­prises », a ex­pli­qué le vice-pré­sident An­drus An­sip. L’Eu­rope peut comp­ter dans le do­maine de l’IA sur des cher­cheurs, des la­bo­ra­toires et des start-up de très haut ni­veau. L’Union eu­ro­péenne fi­gure éga­le­ment en très bonne place dans le do­maine de la ro­bo­tique et dis­pose d’en­tre­prises de pre­mier plan au ni­veau mon­dial dans les sec­teurs du trans­port, des soins de san­té et de la fa­bri­ca­tion, qui de­vraient mi­ser sur l’IA pour res­ter com­pé­ti­tives.

L’IA dans le pro­gramme Ho­ri­zon 2020

Tou­te­fois, la forte concur­rence in­ter­na­tio­nale exige une ac­tion co­or­don­née de la part de l’Eu­rope si celle-ci sou­haite être en pre­mière ligne dans le dé­ve­lop­pe­ment de l’IA. Pour sou­te­nir ces ef­forts, la Com­mis­sion a dé­ci­dé de por­ter ses in­ves­tis­se­ments à 1,5 mil­liard d’eu­ros pour la pé­riode 2018-2020, dans le cadre du pro­gramme de re­cherche et d’in­no­va­tion Ho­ri­zon 2020. Cet in­ves­tis­se­ment de­vrait mo­bi­li­ser 2,5 mil­liards d’eu­ros sup­plé­men­taires pro­ve­nant des par­te­na­riats pu­blic-pri­vé exis­tants, par exemple dans les mé­ga­don­nées et la ro­bo­tique. Il sou­tien­dra le dé­ve­lop­pe­ment de l’IA dans des sec­teurs clés, des trans­ports à la san­té, per­met­tra de connec­ter et de ren­for­cer les centres de re­cherche en IA dans l’en­semble de l’Eu­rope, et en­cou­ra­ge­ra les es­sais et l’ex­pé­ri­men­ta­tion. En outre, le Fonds eu­ro­péen pour les in­ves­tis­se­ments stra­té­giques se­ra mo­bi­li­sé afin d’ai­der les en­tre­prises et les start-up, grâce à un sou­tien sup­plé­men­taire, à in­ves­tir dans l’IA. Ce fonds vise à mo­bi­li­ser plus de 500 Me d’in­ves­tis­se­ments au to­tal d’ici à 2020 dans une pa­lette de sec­teurs clés. L’émer­gence de l’IA va don­ner lieu à la créa­tion de nom­breux em­plois, mais va en faire dis­pa­raître d’autres. En tout état de cause, la plu­part se­ront trans­for­més, se­lon la Com­mis­sion, qui en­cou­rage l es États membres à mo­der­ni­ser leurs sys­tèmes d’édu­ca­tion et de for­ma­tion. L’IA n’est pas de la scien­ce­fic­tion : elle fait d’ores et dé­jà par­tie de la vie quo­ti­dienne. En plus de consti­tuer une aide, les sys­tèmes in­tel­li­gents ap­portent des so­lu­tions aux grandes pro­blé­ma­tiques mon­diales : le trai­te­ment des ma­la­dies chro­niques, la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique et l’an­ti­ci­pa­tion des me­naces qui pèsent sur la cy­ber­sé­cu­ri­té.

< L’Eu­rope peut comp­ter dans le do­maine de l’IA sur des cher­cheurs, des la­bo­ra­toires et des start- up de très haut ni­veau.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.