La start-up du mois: CAILabs dé­cuple la ca­pa­ci­té de trans­mis­sion des fibres op­tiques

La start-up ren­naise a dé­ve­lop­pé une tech­no­lo­gie ori­gi­nale de trai­te­ment des fais­ceaux lu­mi­neux et une gamme de pro­duits as­so­ciés, per­met­tant de boos­ter les dé­bits des ré­seaux sur fibre optique.

Electronique S - - Sommaire -

Is­sue d’un es­sai­mage du La­bo­ra­toire Kast­ler Bros­sel ( LKB), une uni­té de re­cherche spé­cia­li­sée dans le do­maine de la phy­sique quan­tique et de ses ap­pli­ca­tions, la jeune pousse CAILabs a vu le jour en juin 2013. Son cre­do : ex­ploi­ter plei­ne­ment le po­ten­tiel des fibres op­tiques afin de boos­ter les dé­bits des don­nées trans­mises et, de la sorte, ré­pondre à la bou­li­mie de bande pas­sante sus­ci­tée par de nou­veaux usages ou be­soins: vi­déo très haute dé­fi­ni­tion, réa­li­té vir­tuelle, jeu dans le nuage, In­ter­net des ob­jets, etc. Pour y par­ve­nir, CAILabs a dé­ve­lop­pé une gamme de com­po­sants de mise en forme de la lu­mière qui s’ap­puient sur un prin­cipe de mul­ti­plexage spa­tial dit MPLC ( Mul­ti-Plane Light Conversion, conversion mul­ti-plan de la lu­mière). Mise au point au sein du LKB par les fu­turs co­fon­da­teurs de CAILabs, MPLC re­pose sur la suc­ces­sion de pro­fils de phase trans­verse, si­mi­laires à des len­tilles très com­plexes, sé­pa­rés par une dis­tance de pro­pa­ga­tion spé­ci­fique. La na­ture optique de MPLC per­met de com­bi­ner et mettre en forme de mul­tiples fais­ceaux lu­mi­neux avec de faibles pertes.

Mul­ti­plexer spa­tia­le­ment les flux lu­mi­neux

Lors de la ma­ni­fes­ta­tion OFC (The Op­ti­cal Net­wor­king and Com­mu­ni­ca­tion Con­fe­rence), qui s’est te­nue en mars 2018 à San Die­go, CAILabs a pré­sen­té un mul­ti­plexeur spa­tial (SDM, Space Di­vi­sion Mul­ti­plexing) apte à adres­ser l’en­semble des 45 modes d’une fibre optique. Cette prouesse tech­no­lo­gique, qui s’ap­puie sur un socle de 13 fa­milles de bre­vets, ouvre au mul­ti­plexage spa­tial de nou­veaux dé­bou­chés, no­tam­ment dans les do­maines des ré­seaux lo­caux d’en­tre­prise ou de col­lec­ti­vi­tés et de l’aé­ro­nau­tique. « En ayant dé­mon­tré que le nombre de modes n’était plus un obs­tacle, CAILabs se concentre main­te­nant sur l’in­dus­tria­li­sa­tion de cette tech­no­lo­gie, qui trouve place dans de nom­breux do­maines », e x pl i que J e a n- Fr a nçois Mo­ri­zur, co­fon­da­teur et Pdg de CAILabs. Ce n’était pas là le pre­mier fait d’armes re­ven­di­qué par la jeune so­cié­té. Ain­si, l’an der­nier, l’opé­ra­teur ja­po­nais KDDI avait éta­bli en la­bo­ra­toire un nou­veau re­cord de dé­bit (10 Pbit/s, soit 107 Gbit/s) pour une trans­mis­sion sur une fibre mul­ti­mode. Une per­for­mance ren­due pos­sible grâce aux mul­ti­plexeurs Pro­teus de CAILabs. « 10 Pbit/s, ce­la cor­res­pond à 500 mil­lions d’Eu­ro­péens qui re­gardent Net­flix en 4K en même temps », pré­ci­sait alors Jean-Fran­çois Mo­ri­zur. Quant aux dif­fé­rentes so­lu­tions Aroo­na pro­po­sées par la so­cié­té, leur ob­jet est de don- ner une nou­velle jeu­nesse à des ré­seaux LAN exis­tants (en­tre­prise, opé­ra­teur té­lé­com, cam­pus uni­ver­si­taire, centre hos­pi­ta­lier…), ex­ploi­tant des fibres op­tiques mul­ti­modes dont la bande pas­sante est li­mi­tée. De ce fait, les res­pon­sables ré­seau ne sont plus contraints de dé­ployer de nou­velles fibres pour ré­pondre à une aug­men­ta­tion de la charge. Le gain ob­te­nu en ca­pa­ci­té de trans­mis­sion peut être d’un fac­teur 400 sur une liai­son mul­ti­mode point à point, d’un fac­teur 100 pour chaque liai­son d’un ré­seau en étoile.

Des le­vées de fonds suc­ces­sives

Après un ap­port cu­mu­lé de 3,6 mil­lions d’eu­ros, ob­te­nu lors de pré­cé­dents tours de table (2,6 Me en no­vembre 2013 et 1 Me en juillet 2016), CAILabs a pro­cé­dé mi-2017 à une nou­velle le­vée de fonds, d’une hau­teur de 5Me, afin de ren­for­cer son dé­ve­lop­pe­ment in­dus­triel et com­mer­cial. Dans l’opé­ra­tion s’est en­ga­gé Sa­fran Cor­po­rate Ven­tures, avec la par­ti­ci­pa­tion des deux in­ves­tis­seurs his­to­riques de CAILabs que sont I nno­va­com et Star­quest Ca­pi­tal. Dans le cadre de sa stra­té­gie d’in­ter­na­tio­na­li­sa­tion, CAILabs en­tend in­ten­si­fier son dé­ve­lop­pe­ment en Amé­rique du Nord. Ré­cem­ment, la so­cié­té a ef­fec­tué le pre­mier dé­ploie­ment de son pro­duit Aroo­na-Star sur le ter­ri­toire amé­ri­cain. En l’oc­cur­rence, il s’agis­sait d’aug­men­ter la ca­pa­ci­té du ré­seau d’un cam­pus uni­ver­si­taire, et ce sans in­ter­rup­tion de ser­vice. « Les so­lu­tions de CAILabs sont ven­dues aux États-Unis de­puis 2015 aux la­bo­ra­toires, aux in­dus­triels et aux grands comptes. Mais ce dé­ploie­ment marque l’ou­ver­ture du mar­ché im­por­tant des ré­seaux lo­caux et la confir­ma­tion de notre stra­té­gie bien en­ga­gée en Eu­rope et au Ca­na­da », s’est fé­li­ci­té Jean-Fran­çois Mo­ri­zur. Au­jourd’hui forte d’une qua­ran­taine de sa­la­riés, CAILabs a en­re­gis­tré une hausse de 60 % de son chiffre d’af­faires entre 2016 et 2017

PHI­LIPPE CORVISIER

JEAN- FRAN­ÇOIS MO­RI­ZUR, co­fon­da­teur et CEO de CAILabsCAILabs peut ta­bler sur une forte crois­sance du fait de la pro­fon­deur de sa tech­no­lo­gie, va­li­dée au tra­vers de plu­sieurs preuves de concept dans dif­fé­rents sec­teurs.”

< De na­ture optique, la tech­no­lo­gie MPLC de CAILabs com­bine et met en forme de mul­tiples fais­ceaux lu­mi­neux avec de faibles pertes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.