Pose de CMS : l’Atom fait un ta­bac

Avec l’Atom 3 d’Eu­ro­pla­cer, Sy­se­lec, sous-trai­tant tou­lou­sain en élec­tro­nique, an­nonce 15 % d’aug­men­ta­tion de ca­dence de pose de CMS par rap­port à un en­semble Eu­ro­pla­cer consti­tué d’une XPii2 et d’une ii­neo2.

Electronique S - - Sommaire - DI­DIER GI­RAULT

Ex­po­sée pour la pre­mière fois à Pro­duc­tro­ni­ca 2017 ( Mu­nich, du 14 au 17 no­vembre 2017), la ma­chine de pose de com­po­sants pour mon­tage en sur­face (CMS) Atom d’Eu­ro­pla­cer est ca­rac­té­ri­sée par sa ra­pi­di­té (pose de 65 000 com­po­sants par heure pour l’Atom 3 et de 104 000 cph pour l’Atom 4) ain­si que par sa « ver­sa­ti­li­té ». Eu­ro­pla­cer dé­fi­nit celle-ci comme étant l’ap­ti­tude à prendre en charge aus­si bien de grandes sé­ries de cartes élec­tro­niques que de pe­tites sé­ries à grande com­plexi­té. « Les Atom ont conser­vé la flexi­bi­li­té des mo­dèles Eu­ro­pla­cer tra­di­tion­nels, qui ont fait la ré­pu­ta­tion de la marque, tout en af­fi­chant une ca­dence de pose double (dans le cas de l’Atom 3) ou triple (cas de l’Atom 4) », nous avait alors in­di­qué Sté­phane Huet, di­rec­teur du site d’Eu­ro­pla­cer en France. Se do­ter d’ une ma­chine Atom consti­tue ain­si une al­ter­na­tive ga­gnante à l’ac­qui­si­tion d’une deuxième ligne de pro­duc­tion. C’est ce qu’a ex­pé­ri­men­té le sous-trai­tant tou­lou­sain en élec­tro­nique Sy­se­lec (une ving­taine de per­sonnes, 7,5 M de CA 2015 – don­nées So­cié­té.com) qui est, ain­si que l’in­dique Eu­ro­pla­cer, le pre­mier client du fa­bri­cant pour l’Atom. À no­ter qu’à Mi­dest-Glo­bal In­dus­trie (Pa­ris Ville­pinte, du 27 au 30 mars 2018), Mi­cro­nique ex­po­sait sur son stand un équi­pe­ment Atom 3.

Plus ra­pide

Ayant be­soin d’aug­men­ter ses ca­pa­ci­tés d’as­sem­blage de cartes élec­tro­niques, Sy­se­lec a com­man­dé une Atom 3 du­rant l’été 2017. Elle lui a été li­vrée à la fin du 2e tri­mestre 2018. Pour per­mettre à cette en­tre­prise d’ho­no­rer des com­mandes en pro­gres­sion, Eu­ro­pla­cer a, en at­ten­dant la li­vrai­son de l’Atom, ajou­té une ma­chine XPii2 (vi­tesse maxi­male de 30 000 cph) au sys­tème ii­neo 2 (30 000 cph) dé­jà en place sur le site. L’en­semble « XPii2-ii­neo2 » to­ta­li­sait quatre têtes à ba­rillet sup­por­tant un to­tal de 40 buses et, pour une carte élec­tro­nique choi­sie comme ré­fé­rence, af­fi­chait un temps de cycle de 84 se­condes. L’ins­tal­la­tion de l’Atom 3 (Atom à trois têtes et à vi­tesse maxi­male de pose de 65 000 cph) a per­mis de des­cendre à 72 s avec la même carte élec­tro­nique. Ce qui re­pré­sente une aug­men­ta­tion de 15 % de la ca­dence de pose. « La pla­te­forme Atom 3 avec seule­ment trois têtes sur­passe les quatre têtes de l’en­semble “XPii2-ii­neo2”, et tout ce­la avec une sur­face au sol net­te­ment plus pe­tite. Nous sommes ra­vis des ré­sul­tats consta­tés. La mise en oeuvre ra­pide de l’Atom, par­fai­te­ment com­pa­tible avec l’en­semble de nos ac­ces­soires et de nos char­geurs, prouve que c’était une bonne dé­ci­sion stra­té­gique ; et ce­la a même dé­pas­sé nos at­tentes », a dé­cla­ré Fa­brice Castes, di­rec­teur gé­né­ral de Sy­se­lec. L’Atom 3 est équi­pée de deux têtes li­néaires « Pul­sar » de 16 buses cha­cune ain­si que d’une tête à ba­rillet à 8 buses. Mise au point par Eu­ro­pla­cer, la Pul­sar per­met la prise de quatre com­po­sants en même temps. D’où l’aug­men­ta­tion de la ca­dence de pose de l’Atom 3. En outre, la Pul­sar est plus lé­gère que la tête à ba­rillet, et les Atom sont do­tées de deux mo­teurs li­néaires pour les dé­pla­ce­ments en X et en Y – contre un seul pour les autres mo­dèles Eu­ro­pla­cer. Tout ce­la per­met de plus grandes ac­cé­lé­ra­tions se­lon les trois axes et en­core da­van­tage pour les dé­pla­ce­ments se­lon les axes X et Y. Ain­si, dans les Atom, les ac­cé­lé­ra­tions at­teignent 2 G contre 1,2 G dans les mo­dèles Eu­ro­pla­cer an­té­cé­dents. L’Atom 4, quant à elle, est équi­pée de quatre têtes Pul­sar.

L'Atom est « ver­sa­tile »

En conclu­sion, l’in­té­rêt de l ’ Atom, c’est de pou­voir ré­pondre à la de­mande crois­sante des fa­bri­cants de cartes élec­tro­niques pour la pro­duc­tion de sé­ries plus consé­quentes. « C’est pri­mor­dial car, de plus en plus, les fa­bri­cants de cartes élec­tro­niques à forte va­leur ajou­tée font face à des com­mandes de moyens vo­lumes », re­mar­quait ain­si Sté­phane Huet (Eu­ro­pla­cer). De fa­çon à ré­pondre le mieux pos­sible à une di­ver­si­té crois­sante de com­mandes, Sy­se­lec uti­lise trois lignes de pro­duc­tion : une ligne cen­trée sur l’Atom 3 pour les hautes ca­dences ; une ligne moyenne ca­dence équi­pée d’ une ma­chine ii­neo2 (30 000 cph) ; et une ligne dé­dié eaux pro­to types( mac hi neii­coà vi­tesse maxi­male de 9 100 cph).

FA­BRICE CASTES, di­rec­teur gé­né­ral du site Sy­se­lec “

L’Atom est par­fai­te­ment com­pa­tible avec l’en­semble des ac­ces­soires et des char­geurs uti­li­sés par ” l’ii­neo.

Équi­pée de 4 têtes Pul­sar, cha­cune per­met­tant la prise de 4 com­po­sants en une fois, l’Atom 4 af­fiche une vi­tesse maxi­male de pose de 104 000 com­po­sants par heure.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.