La­croix Elec­tro­nics étu­die la fai­sa­bi­li­té d’une nou­velle usine en France

Cette usine du fu­tur se­rait si­tuée près de l’usine ac­tuelle qu’elle se­rait des­ti­née à rem­pla­cer. Sa construc­tion pour­rait dé­mar­rer en sep­tembre 2019 pour s’ache­ver en 2021. Le nou­veau site per­met­trait de dou­bler le chiffre d’af­faires an­nuel du centre de p

Electronique S - - Sommaire - DI­DIER GIRAULT

Vincent Be­douin, le Pdg de La­croix Group (La­croix So­frel, La­croix Ci­ty et La­croix Elec­tro­nics), est convain­cu de l’es­sor à ve­nir du mar­ché de l’In­ter­net des ob­jets, dont les élé­ments dif­fusent dans tous les do­maines du quo­ti­dien ( au­to­mo­bile, do­mo- tique…). Or les dis­po­si­tifs de l’In­ter­net des ob­jets sont sou­vent créés par des start-up. Ces jeunes pousses in­no­vantes pro­posent des nou­veau­tés dont une par­tie seule­ment connaî­tra le suc­cès. D’où l’im­por­tance, au­jourd’hui plus qu’hier, d’une fa­bri­ca­tion élec­tro­nique agile, ré­ac­tive et flexible – adap­tée à la prise en charge de quan­ti­tés très di­verses al­lant de la pe­tite sé­rie au grand vo­lume. Les sous- trai­tants fran­çais de l’élec­tro­nique doivent ain­si se do­ter d’usines in­té­gra­le­ment au­to­ma­ti­sées et ro­bo­ti­sées, uti­li­sant l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle – pour, par exemple, la ges­tion des stocks –, se­lon Vincent Be­douin qui, le 9 no­vembre der­nier, a pré­sen­té, dans les lo­caux de Bpi­france Pa­ris, le pro­jet Sym­biose pour la créa-

VINCENT BE­DOUIN, Pdg de La­croix Group “

L’usine du fu­tur de La­croix Elec­tro­nics re­lè­ve­ra trois dé­fis: as­su­rer une rup­ture tech­no­lo­gique et nu­mé­rique; de­van­cer les contraintes en­vi­ron­ne­men­tales; et être un centre d’in­no­va­tion so­ciale.”

tion d’une nou­velle usine La­croix Elec­tro­nics en France. Ce pro­jet a pour ob­jec­tif de sta­tuer quant à la per­ti­nence de la créa­tion d’un nou­veau site La­croix Elec­tro­nics des­ti­né à rem­pla­cer l’usine ac­tuelle si­tuée à Saint-Pierre-de-Mont­li­mart (49) dont les bâ­ti­ments datent de 1910. « Il faut des bâ­ti­ments adap­tés à l’usine du fu­tur », re­marque à ce su­jet M. Be­douin. Ce constat vaut pour la qua­si- to­ta­li­té des usines de la sous-trai­tance en élec­tro­nique de l’Hexa­gone, « ces usines ayant vu le jour dans les an­nées 90 ».

Trois dé­fis à re­le­ver

L’usine du fu­tur que compte construire La­croix Elec­tro­nics de­vra re­le­ver trois dé­fis : as­su­rer une rup­ture tech­no­lo­gique et nu­mé­rique ; de­van­cer les contraintes en­vi­ron­ne­men­tales ; et être un centre d’in­no­va­tion so­ciale – via la mise en place de col­la­bo­ra­tions avec l’ex­té­rieur, ain­si que de for­ma- tions en in­terne… La rup­ture tech­no­lo­gique et nu­mé­rique per­met­tra la mise en place d’une fa­bri­ca­tion flexible, ré­ac­tive et agile via une nu­mé­ri­sa­tion to­tale ain­si qu’une au­to­ma­ti­sa­tion et une ro­bo­ti­sa­tion in­té­grales de l’ate­lier. Ce der­nier s’ap­puie­ra no­tam­ment sur des co­bots (ro­bots col­la­bo­ra­tifs), des en­gins au­to­gui­dés ain­si que de nou­veaux équi­pe­ments au­to­ma­ti­sant des tâches au­jourd’hui ma­nuelles comme la pose de composants tra­ver-

sants et l’in­té­gra­tion de sys­tèmes. « De telles ma­chines font leur ap­pa­ri­tion sur le mar

ché », an­nonce M. Be­douin. Pour avoir plus de poids au­près des four­nis­seurs – pour, par exemple, des de­mandes d’adap­ta­tions –, le Pdg de La­croix Group, qui est aus­si vice-pré­sident du co­mi­té stra­té­gique de la Fi­lière fran­çaise dé­diée à l’in­dus­trie élec­tro­nique, plaide pour la mu­tua­li­sa­tion des be­soins et des ex­pé­riences de la part des dif­fé­rents ac­teurs de la sous-trai­tance en élec­tro­nique. L’in­for­ma­ti­sa­tion et l’au­to­ma­ti­sa­tion ne concer­ne­ront pas que l’ate­lier : elles de­vraient do­per l’ac­ti­vi­té des bu­reaux d’études, l’in­dus­tria­li­sa­tion et les achats. L’uti­li­sa­tion de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle ré­vo­lu­tion­ne­ra la ges­tion des stocks – ce qui per­met­tra de mi­ni­mi­ser ces der­niers et donc de ré­duire l’im­mo­bi­li­sa­tion de tré­so­re­rie que ces stocks re­pré­sentent– ain­si que l’éta­blis­se­ment des de­vis qui de­vrait ain­si pas­ser de quelques se­maines à une jour­née, pré­voit le pa­tron de La­croix Group. Les ou­tils lo­gi­ciels per­met­tront aus­si d’amé­lio­rer la co-concep­tion et l’in­dus­tria­li­sa­tion via, par exemple, l’uti­li­sa­tion de briques tech­no­lo­giques.

Un ac­cent mis sur l’in­no­va­tion so­ciale

Le deuxième dé­fi que se pro­pose de re­le­ver le pro­jet Sym­biose est ce­lui de la construc­tion d’une usine écor es­pon­sable ( bâ­ti­ments du­rables, fa­ciles à en­tre­te­nir, in­té­gra­tion dans le smart­grid lo­cal…). Le troi­sième point clé de ce pro­jet est l’in­no­va­tion so­ciale. « La qua­li­té de l’es­pace de tra­vail de­vra de­ve­nir un cri­tère dif­fé­ren­ciant pour at­ti­rer les ta­lents », in­dique ain­si le

com­mu­ni­qué de presse de la so­cié­té. Exemple d’in­no­va­tion so­ciale : « les sa­la­riés par­ti­cipent au pro­jet… ils doivent

s’y sen­tir bien », an­nonce Vincent Be­douin. Dans la pra­tique, la nou­velle usine in­clu­ra des es­paces de col­la­bo­ra­tion des­ti­nés tant aux em­ployés qu’aux ex­perts en pro­ve­nance de so­cié­tés ex­ternes (four­nis­seurs…), puisque co­opé­ra­tion et mu­tua­li­sa­tion font par­tie des maître-mots ser­vant de sou­bas­se­ments au pro­jet. La formation tien­dra aus­si une grande place du fait de la né­ces­saire évo­lu­tion des mé­tiers dans l’en­tre­prise. Évi­dem­ment, pour pou­voir être concré­ti­sé, ce pro­jet, qui né­ces­si­te­ra un in­ves­tis­se­ment de plu­sieurs di­zaines de mil­lions d’eu­ros, de­vra être ren­table. La­croix Elec­tro­nics lie la ques­tion de la ren­ta­bi­li­té de ce nou­veau site à celle de l’aug­men­ta­tion de sa ca­pa­ci­té de pro­duc­tion par rap­port à l’usine ac­tuelle. « Le re­tour sur in­ves­tis­se­ment im­pose un centre de pro­duc­tion plus im­por­tant », r emarque ain­si Vincent Be­douin. Dans la pra­tique, la nou­velle usine de­vrait per­mettre de dou­bler le chiffre d’af­faires du site exis­tant ( 50 mil­lions d’eu­ros). Par contre, du fait de l’au­to­ma­ti­sa­tion, de l’in­for­ma­ti­sa­tion, de la nu­mé­ri­sa­tion…, l’usine du fu­tur de La­croix Elec­tro­nics de­vrait réa­li­ser ces 100 mil­lions d’eu­ros par an avec seule­ment en­vi­ron 500 per­sonnes contre 450 pour le site ac­tuel.

Un dé­mar­rage de la construc­tion en sep­tembre 2019?

Plu­sieurs étapes doivent être fran­chies avec suc­cès avant qu’un feu vert soit don­né pour la construc­tion de la nou­velle usine La­croix Elec­tro­nics. Une étude de fai­sa­bi­li­té vient de dé­bu­ter ce mois de no­vembre. Elle per­met­tra de juger de la ren­ta­bi­li­té brute (hors sub­ven­tions) du nou­veau site, d’af­fi­ner l’ob­jec­tif de chiffre d’af­faires an­nuel et de faire le point sur les sub­ven­tions pu­bliques à at­tendre. Dans ce do­maine, La­croix Elec­to­nics peut dé­jà comp­ter sur l’ap­pui des ré­gions Pays-deLoire et Bre­tagne (le bu­reau d’études est à Rennes), ain­si que sur ce­lui de Bpi­france qui sup­porte, par exemple, le pro­jet Tech­no Cam­pus –pro­jet de la ré­gion Pays-de-Loire pour la mu­tua­li­sa­tion des nou­veaux équi­pe­ments de pro­duc­tion élec­tro­nique, fi­nan­cé dans le cadre du Plan d’In­ves­tis­se­ment d’Ave­nir (PIA). En jan­vier 2019, cette pre­mière étude de fai­sa­bi­li­té abou­ti­ra à une prise de dé­ci­sion: soit re­non­cer au pro­jet, soit le conti­nuer. Dans l’af­fir­ma­tive, une deuxième étape de fai­sa­bi­li­té, plus dé­taillée, per­met­tra d’af­fi­ner le diag­nos­tic. Si cette deuxième étape abou­tit, elle aus­si, à une ré­ponse fa­vo­rable, la construc­tion de la nou­velle usine dé­bu­te­ra en sep­tembre 2019 pour s’ache­ver en 2021. Même en cas de re­non­ce­ment, l’étude me­née n’au­ra pas été in­utile : « nous au­rons ap­pris quelque chose et ce­la pour­rait, par exemple, ser­vir à la construc­tion d’une nou­velle usine ailleurs qu’en France », re­marque Vincent Be­douin.

≥ La nou­velle usine de La­croix Elec­tro­nics de­vrait réa­li­ser 100 mil­lions d’eu­ros de chiffre d’af­faires an­nuel avec quelque 500 per­sonnes contre 50 mil­lions d’eu­ros avec 450 sa­la­riés pour le site ac­tuel. Les ac­ti­vi­tés de ce der­nier se­ront trans­fé­rées dans les nou­veaux lo­caux.

< La­croix Elec­tro­nics met l’ac­cent sur l’im­por­tance à ve­nir de la mu­tua­li­sa­tion et du par­tage au sein de la sous- trai­tance fran­çaise de l’élec­tro­nique, ain­si que sur la convi­via­li­té des es­paces de tra­vail et la formation.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.