RÉ­SI­DENCE AL­TER­NÉE

POUR UN MAIN­TIEN DE LA PER­MA­NENCE FA­MI­LIALE AU­TOUR DE L'EN­FANT

Esprit Bébé - - Abracadabra -

Le 30 no­vembre pro­chain l'As­sem­blée na­tio­nale exa­mi­ne­ra en séance pu­blique la pro­po­si­tion de loi de M. Phi­lippe La­tombe re­la­tive au prin­cipe de garde al­ter­née des en­fants. L'édu­ca­tion d'un en­fant im­plique ses deux pa­rents. Pour Fa­milles de France, le main­tien des re­la­tions ré­gu­lières avec ses deux pa­rents après une sé­pa­ra­tion est es­sen­tiel pour l'en­fant. L'éga­li­té père - mère et la co­hé­rence pa­ren­tale dans l'édu­ca­tion d'un en­fant est un ob­jec­tif lé­gi­time. Mais pou­vons-nous dire que les pa­rents co-ha­bi­tants sous le même toit, par­tagent à éga­li­té les charges fa­mi­liales ? L'un ou l'autre des pa­rents est très sou­vent plus im­pli­qué sui­vant di­vers fac­teurs. La ré­si­dence al­ter­née fait sou­vent dé­bat car cette dé­no­mi­na­tion sous-en­tend un temps éga­li­taire pour chaque parent (50-50), alors que ce n'est pas tou­jours le cas, ni la so­lu­tion la plus adap­tée pour l'en­fant. Fa­milles de France re­proche au texte du projet de loi de s'orien­ter sur l'éga­li­té pa­ren­tale et non sur une vé­ri­table équi­té sou­hai­table pour tous. Fa­milles de France, ré­af­firme que lors d'une sé­pa­ra­tion ou d'un di­vorce, toute dé­ci­sion re­la­tive à la ré­si­dence de l'en­fant doit être prise dans l'in­té­rêt su­pé­rieur de l'en­fant. C'est, ce prin­cipe, qui doit dic­ter les termes de la pro­po­si­tion de loi de M. La­tombe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.