Ané­mique ? Voi­ci les ali­ments à pri­vi­lé­gier

Esprit Bébé - - Sommaire -

Au cours des deuxième et troi­sième tri­mestres de la grossesse, il n'est pas rare de souf­frir de fa­tigue, ir­ri­ta­bi­li­té, ver­tiges, maux de tête, etc. Ces symp­tômes sont ca­rac­té­ris­tiques d'une ané­mie. Un pro­blème fré­quent et fa­ci­le­ment pris en charge chez les femmes en­ceintes. Bé­bé vient en ef­fet pui­ser dans les ré­serves de fer de ma­man. Pour éviter la ca­rence en fer, il faut en trou­ver en quan­ti­té suf­fi­sante dans votre ali­men­ta­tion. Si vous souf­frez d’ané­mie, voi­ci nos conseils pour une grossesse se­reine.

ZOOM SUR L'ANÉ­MIE PEN­DANT LA GROSSESSE

L'ané­mie est la com­pli­ca­tion hé­ma­to­lo­gique la plus fré­quente chez la femme en­ceinte. Elle cor­res­pond à un manque de glo­bules rouges dans le sang, ou en­core à la baisse de leur te­neur en hé­mo­glo­bine (pro­téine qui trans­porte l’oxy­gène vers les or­ganes). Lors de la grossesse, votre bé­bé uti­lise votre sang pour ob­te­nir les nu­tri­ments dont il a be­soin et pour oxy­gé­ner ses or­ganes afin de pour­suivre sa crois­sance. Se­lon l’OMS, 6 à 8 % des femmes se­raient at­teintes d'ané­mie fer­ri­prive, c'est à dire de ca­rence en fer, gé­né­ra­le­ment cau­sée par d’im­por­tantes pertes de sang ou par une ali­men­ta­tion dés­équi­li­brée. Ain­si, votre or­ga­nisme doit pro­duire plus d’hé­mo­glo­bine afin de com­bler non seule­ment vos propres be­soins, mais éga­le­ment ceux du bé­bé à naître. En gé­né­ral, l'ané­mie est dé­tec­tée lors du contrôle pré­na­tal, à tra­vers l’une des deux ana­lyses de sang réa­li­sées au cours de la grossesse et qui in­cluent des contrôles d'hé­mo­glo­bine, d'hé­ma­to­crite et de fer­ri­tine (pro­téine de sto­ckage du fer).

LE FER, IN­DIS­PEN­SABLE PEN­DANT LA GROSSESSE

Le fer est un mi­né­ral né­ces­saire à l'or­ga­nisme, et plus que ja­mais pen­dant la grossesse. Un ap­port suf­fi­sant en fer est donc né­ces­saire car c’est es­sen­tiel à la for­ma­tion des glo­bules rouges dans le sang et au trans­port de l’oxy­gène. Comme le corps hu­main est in­ca­pable d'en fa­bri­quer lui-même (alors qu'il peut le sto­cker), la seule ma­nière d'en pos­sé­der suf­fi­sam­ment est de suivre un ré­gime ali­men­taire équilibré et va­rié avec des ali­ments qui ont une haute concen­tra­tion de cet élé­ment. Consé­quences de l’ané­mie non trai­tée Une ané­mie même bé­nigne ou mo­dé­rée peut être as­so­ciée à un ac­cou­che­ment pré­ma­tu­ré, un faible poids de nais­sance et même la mort foe­tale. Et chez la femme en­ceinte, l’ané­mie peut oc­ca­sion­ner dif­fé­rentes sen­sa­tions d’in­con­fort : ac­cé­lé­ra­tion du rythme car­diaque, fa­tigue in­tense, es­souf­fle­ments, pâ­leur du vi­sage.

ANÉ­MIE PEN­DANT LA GROSSESSE : ADOP­TEZ LA BONNE ALI­MEN­TA­TION

La meilleure fa­çon de pré­ve­nir l’ané­mie de grossesse est de suivre un ré­gime va­rié et riche en fer, en vitamine B12 et vitamine B9, c'est à dire en pri­vi­lé­giant les ali­ments qui en sont riches. Voi­ci une liste des ali­ments an­ti-ané­mie les plus ef­fi­caces. • Les abats : Les abats sont les ali­ments les plus riches en fer. Par­mi eux, le bou­din noir poê­lé ar­rive en pre­mière po­si­tion (avec 22,8mg de fer pour 100g). • Les viandes rouges et vo­lailles : Les viandes rouges et les vo­lailles sont une ex­cel­lente source de fer. Il est aus­si à no­ter que la vitamine B12 est pro­duite par des bac­té­ries que l'on ne trouve pra­ti­que­ment que dans les ali­ments d'ori­gine ani­male. Consom­mer de la viande et de la vo­laille est donc re­com­man­dé pour soi­gner une ané­mie. • Cer­tains pois­sons et fruits de mer : Les pois­sons contiennent du fer aus­si (avec 15mg/100g). Mi­sez sur le sau­mon, les an­chois, le bar, le ma­que­reau, ain­si que d'autres fruits de mer comme les moules et les huîtres qui sont riches en fer. Une por­tion de 100g de pa­lourdes ou 10 huîtres comble 10 à 50 fois notre be­soin en vitamine B12. Man­gez donc du pois­son au mi­ni­mum deux fois par se­maine. Le pois­son frais est tou­jours meilleur, le pois­son en conserve (thon ou sar­dines) peut conte­nir des conser­va­teurs no­cifs pour votre san­té. • Les lé­gumes verts : Les lé­gumes sont éga­le­ment une ex­cel­lente source de fer pen­dant la grossesse (en­vi­ron 2 mg de fer /100g). Ces ali­ments contiennent non seule­ment du fer, mais sont éga­le­ment char­gés d'autres vi­ta­mines et mi­né­raux qui sont es­sen­tiels pour le dé­ve­lop­pe­ment du foe­tus. Les épi­nards, le so­ja, le per­sil, pommes de terre, mo­rilles, ci­tron­nelle, feuilles de pois ai­lé, met­tez du vert dans votre as­siette ! • Le pain et les cé­réales à grains en­tiers : Ces ali­ments riches en fibres sont très in­té­res­sants pour lut­ter contre l'ané­mie. Leur ri­chesse en fer (jus­qu'à 10mg pour 100g de son) et en vi­ta­mines B9 est sou­vent ou­bliée. Riz ou blé com­plets, avoine, fa­rine de seigle ou de germe de blé ou en­core ama­rante, va­riez les fa­rines que vous uti­li­sez pour vos gâ­teaux ou vos piz­zas et op­tez tou­jours pour le pain com­plet quand vous pas­sez à la bou­lan­ge­rie.

AS­TUCES POUR UNE MEILLEURE AB­SORP­TION DU FER

Pour ab­sor­ber fa­ci­le­ment le fer, il ne faut pas non plus né­gli­ger la consom­ma­tion de fruits, no­tam­ment ceux qui sont riches en vitamine C, les agrumes (ci­trons, oranges, pam­ple­mousses), le ki­wi, ou en­core des lé­gumes comme le poi­vron. Le taux d’ab­sorp­tion du fer par l’or­ga­nisme, qui est de 10 % en moyenne, at­teint 20 % avec une source de vitamine C. Sa­chez aus­si que la ca­féine et la théine di­mi­nuent l’ab­sorp­tion du fer. Ces bois­sons sont donc à consom­mer à dis­tance des re­pas et de fa­çon mo­dé­rée. On conseille, en tout cas, à la femme en­ceinte de ne pas dé­pas­ser 3 tasses par jour. No­tez en­fin qu’un som­meil suf­fi­sant et une bonne hy­dra­ta­tion ai­de­ront la femme en­ceinte à at­té­nuer sa fa­tigue, en cas d’ané­mie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.