Esprit Yoga

Faire un pas, toute une his­toire

-

Le ta­lon est le pre­mier à en­trer en contact avec le sol, il nous oriente et nous dit où nous sommes. La voûte plan­taire as­sure l'élas­ti­ci­té et l'adap­ta­bi­li­té du pied. Afin de sou­te­nir le poids du corps, la voûte ne se pose jamais en­tiè­re­ment sur le sol. Les arcs plan­taires ont pour fonc­tion de trans­for­mer les pous­sées ver­ti­cales en pous­sées la­té­rales, de ma­nière à mieux dis­tri­buer le poids du corps sur toute la su­per­fi­cie d'ap­pui.

La par­tie an­té­rieure, c'est-à-dire les cous­si­nets qui se trouvent sous les or­teils sont un point de force du pied. La pous­sée des or­teils sur le sol com­plète l'ac­tion de la hanche, du ge­noux et de la che­ville pour pro­pul­ser le corps en avant. Une mau­vaise ar­ti­cu­la­tion de cette zone em­pêche au poids du corps de se dé­pla­cer flui­de­ment du ta­lon à la pointe du pied, li­mi­tant ain­si la ca­pa­ci­té à amor­tir les chocs, ce qui en­traîne une sur-sol­li­ci­ta­tion des muscles des hanches et des cuisses. Si la pointe du pied n'est pas en­ga­gée dans le pas, le mou­ve­ment se­ra com­pen­sé par le ge­nou.

Le re­vê­te­ment fluide des ar­ti­cu­la­tions qui re­lient les os de la voûte plan­taire per­met à ces os de glis­ser les uns sur les autres en s'adap­tant ain­si aux chan­ge­ments. Si cette zone est trop mo­bile ou trop ri­gide, elle ne peut ser­vir d'amor­tis­seur conve­nable. Ce tra­vail d'amor­tis­se­ment est alors dé­pla­cé vers les che­villes. Sou­vent, c'est la ri­gi­di­té de la voûte plan­taire qui est res­pon­sable des fou­lures aux che­villes.

Newspapers in French

Newspapers from France