France Football

10 choses à savoir Erling Haaland sur...

À 20 ans, l’attaquant norvégien du Borussia Dortmund est déjà une star qui cache de drôles de petits secrets.

- Texte Alexis Menuge

1

Des graines et du canard

Erling Haaland veille à ne jamais commettre d’excès dans sa vie quotidienn­e. Ainsi, sur le plan de la nutrition, il raffole d’avocats, de noix et de graines. « Je ne mets jamais les pieds dans les fast-foods, sinon je ne risque pas d’être performant », a-t-il expliqué. À Bryne, en Norvège, où il a grandi (il est né à Leeds le 21 juillet 2000, en Angleterre, car son père Alf-inge était à l’époque joueur du club local), ila ses habitudes au restaurant chinois Wen Hua House. « Lorsqu’il vient rendre visite à sa famille et à ses amis, Erling passe nous voir, se félicite Hui-zhu Wang, la patronne de l’établissem­ent. Il vient chez nous depuis son enfance. Son plat préféré ? Du canard ou du poulet sucré-salé, accompagné de riz et de légumes. À chacune de ses venues, il nous rappelle avec insistance à bien veiller à ce qu’il n’y ait pas de sauce ni de gras. »

2

Toujours dans l’annuaire

À Bryne, dans cette petite ville de douze mille habitants, Haaland est toujours dans l’annuaire. On y trouve son adresse et son numéro. Sauf que si vous cherchez à lui passer un coup de fil, le téléphone sonnera dans le vide. Le numéro correspond en effet à une ligne fixe de son appartemen­t où il ne se rend qu’une à deux fois par an. « C’est drôle que son nom soit encore inscrit dans les pages blanches, sourit Andreas Vollsund, le maire de la cité norvégienn­e. Il reçoit un courrier incroyable, sa boîte aux lettres déborde, mais le concierge s’en charge. »

3

Des lunettes anti-gyrophare Lorsqu’il est devant la télévision ou sur son téléphone portable, il porte des lunettes anti-gyrophare pour ne pas abîmer ses yeux. Son but : passer de bonnes nuits, lui qui dort en moyenne entre huit et neuf heures. « Elles sont devenues indispensa­bles, estime l’attaquant du Borussia Dortmund. Elles me permettent d’être encore plus équilibré dans mon quotidien. Je veux me donner tous les moyens pour réussir une grande carrière et, pour cela, il faut être irréprocha­ble jusque dans le moindre détail. » Résultat : grâce à ses lunettes, il anticipera­it mieux les actions en match et resterait constammen­t en éveil.

4

Une aversion pour les interviews

Les rendez-vous avec les médias ne constituen­t pas son occupation favorite. Lors de ses premières semaines au Red Bull Salzbourg en janvier 2019, puis au Borussia Dortmund l’année suivante, ses réponses ont souvent été plus courtes que les questions. Néanmoins, elles ont montré qu’à 20 ans, il faisait déjà preuve d’une étonnante maturité, de dérision et parfois d’humour. « À la mi-temps, j’ai pris une boisson énergétiqu­e et, ensuite, j’ai volé sur le terrain », avait-il soufflé après son quadruplé face au Hertha Berlin réalisé en seconde période, le 21 novembre 2020 (5-2). Dans la Ruhr, la pression médiatique l’a même parfois étouffé à ses débuts. « Ce n’est effectivem­ent pas ce que je préfère dans ce métier, a-t-il glissé. Non seulement je ne suis pas un bon client, mais les questions des journalist­es sont presque toujours répétitive­s et ennuyeuses. » Un futur Prix citron ?

5

Une biographie déjà publiée Alors qu’il n’a pas encore remporté le moindre trophée depuis ses débuts en pro, Haaland a appris qu’une biographie retraçant son parcours était sortie juste avant Noël. Sur pas moins de 196 pages, son ancien coach Alf Ingve Berntsen, du Bryne FK, raconte tout un tas d’anecdotes sur l’ascension fulgurante de l’internatio­nal norvégien. « Dans ce club, lors de nos séances d’entraîneme­nt, nous avions la

particular­ité d’avoir 39 jeunes garçons et une jeune fille qui se sont côtoyés pendant dix années sans interrupti­on. Résultat : un environnem­ent sain, un groupe uni et plusieurs d’entre eux qui sont devenus internatio­naux, à l’image d’erling et de Tord Salte (aujourd’hui à Sandnes Ulf ). Le plus beau, c’est que Herling est encore en contact avec ses anciens partenaire­s et qu’il n’oublie jamais d’où il vient. »

6

La tentation du handball Haaland a longtemps hésité entre le foot et le handball, une discipline sportive dans laquelle son sens du but et sa puissance athlétique faisaient des ravages. À l’image de son papa qui, lui aussi, a failli embrasser une carrière sur les parquets, Erling a été sollicité à plusieurs reprises par la Fédération norvégienn­e de handball, enthousias­mée par son profil. Finalement, son père Alf-inge lui a conseillé de plutôt choisir le foot. « Je ne l’ai pas regretté une seule seconde », a lancé le buteur du BVB.

7

Du rap en claquettes

Durant son temps libre, il écoute du rap pendant des heures. Avec deux amis d’enfance, il a même formé il y a quelques années un groupe appelé

Flow Kingz. Sur Youtube, plusieurs morceaux ont été concoctés par les trois copains où Haaland chante dans sa langue natale, notamment sur un toboggan en claquettes et chaussette­s blanches, une vidéo tournée en août 2016 et dans laquelle il effectue quelques pas de danse. Lorsqu’il se promène sur les bords du lac Phoenix à Dortmund, il écoute du rap en boucle. « C’est un genre musical qui me permet aussi de me motiver pour les matches et de les aborder avec le plein de confiance et d’adrénaline. »

8

Cristiano Ronaldo pour modèle

Si Haaland est aussi profession­nel, méticuleux et discipliné, c’est parce qu’il visionne des vidéos de Cristiano Ronaldo, dont il n’a encore jamais croisé la route dans sa jeune carrière. Que ce soit au RB Salzbourg ou au Borussia, tous ses coéquipier­s soulignent sa volonté de progresser, de perfection­ner son jeu et son souci du détail.

« En dehors des terrains, Erling est très rigoureux, précise son père. Il s’inspire de l’hygiène de vie de Ronaldo et aimerait être aussi fit et compétitif que le Portugais à 35 ans. C’est ce qui le pousse à ne jamais lâcher au quotidien. »

9

Recordman du monde

Erling Haaland détient un record original : celui du saut en longueur sans élan dans la catégorie des moins de 5 ans. Le 22 janvier 2006, alors qu’il avait 4 ans et 6 mois, il avait atteint 1,63 m. Quinze ans plus tard, il détient encore ce record du monde. « Erling a toujours eu une détente exceptionn­elle, note Alf-inge Haaland. Elle lui permet aujourd’hui d’être performant dans le jeu aérien. En tout cas, il est fier de ce record qu’il espère encore conserver quelque temps. »

10

Surnommé Babyface

À peine avait-il posé ses valises à Brackel, le centre d’entraîneme­nt de Dortmund en janvier 2020, que Haaland devait s’habituer à une vague médiatique rare pour un joueur aussi jeune. Au bout de quelques semaines dans la Ruhr, une chanson a été composée en son honneur par le groupe allemand Dennis & Jesko qui lui a donné le surnom « der Brecher mit dem Babyface » (le broyeur au visage de bébé). Le refrain résume bien le personnage : « Il porte un visage de bébé, il sourit beaucoup, tout en incarnant la force avec son gabarit. Il a un pied de biche et il apporte dans son jeu des éléments du rugby. »

 ??  ??
 ??  ?? Déterminat­ion.
L’attaquant norvégien s’astreint à une discipline de fer afin d’être le plus performant possible.
Déterminat­ion. L’attaquant norvégien s’astreint à une discipline de fer afin d’être le plus performant possible.
 ??  ?? Confirmati­on.
Le 18 février 2020, lors du huitième aller de C1 contre le PSG de Marco Verratti (2-1), Erling Haaland avait inscrit les deux buts de Dortmund et explosé à la face de l’europe.
Confirmati­on. Le 18 février 2020, lors du huitième aller de C1 contre le PSG de Marco Verratti (2-1), Erling Haaland avait inscrit les deux buts de Dortmund et explosé à la face de l’europe.

Newspapers in French

Newspapers from France