William Leb­ghil

Dans Pre­mière an­née de Tho­mas Lil­ti, il est for­mi­dable dans le rôle d’un étu­diant en mé­de­cine, tour à tour dé­sin­volte et concer­né, bos­sant comme un dingue pour pas­ser en deuxième an­née. Aus­si à l’af­fiche de Voyez comme on danse, de Mi­chel Blanc, il nous r

Glamour (France) - - La Une - Par Erick Gri­sel

Est-ce que la sor­tie d’un film vous em­pêche de dor­mir ? Non, je dors tou­jours très bien, quoi qu’il ar­rive, même l’apo­ca­lypse. Ah si, il y a un truc qui peut m’em­pê­cher de dor­mir, c’est la lu­mière du jour. Il me faut le noir com­plet. Dans Pre­mière an­née, il y a une scène où, épui­sé, vous vous en­dor­mez à cô­té de Vincent Lacoste, au mi­lieu de vos livres… Mais je dors vrai­ment pen­dant cette scène ! Le temps que les tech­ni­ciens dis­posent tous les livres au­tour de nous et mettent en place la grue pour nous fil­mer en plon­gée, j’ai vrai­ment fait la sieste au mi­lieu de l’équipe. Et de­voir faire sem­blant de dor­mir, ça vous est dé­jà ar­ri­vé ? Oui, et ce n’est pas évident. Pour y par­ve­nir, je me concentre sur ma res­pi­ra­tion, j’ima­gine l’air en­trer dans mes pou­mons. Avez- vous un ri­tuel pour trou­ver le som­meil ? Au­cun. Si je veux être sûr de m’en­dor­mir vite, je prends un bon livre et c’est ra­di­cal. Un cau­che­mar qui vous ré­veille ? Tous les cau­che­mars me ré­veillent. Et par­fois, quand je me ren­dors, je les re­trouve au point où je les ai lais­sés. C’est comme si j’avais ap­puyé sur pause. Une mu­sique que vous ai­mez écou­ter la nuit ? Celle des Pink Floyd et aus­si de Joe Hi­sai­shi, le mu­si­cien qui com­pose les B.O. des films de Miya­za­ki. Vous le­vez-vous la nuit ? Gé­né­ra­le­ment, non. Mais j’avais une co­pine qui ado­rait cui­si­ner la nuit. Alors elle me ré­veillait pour man­ger. Et j’ai­mais beau­coup ça. Un film de­vant le­quel vous vous êtes en­dor­mi ré­cem­ment ?

Der­sou Ou­za­la, de Ku­ro­sa­wa. C’est un film gé­nial mais hyp­no­tique. Je l’ai vu en quatre fois. La der­nière per­sonne que vous avez vue dor­mir ? Les deux potes avec qui j’étais au Ja­pon, en va­cances, il y a quelques jours. On dor­mait sur des fu­tons dans une même chambre. Votre der­nière nuit blanche ? Au Ja­pon jus­te­ment. C’était du­rant la nuit de la de­mi-fi­nale France- Bel­gique, pen­dant la Coupe du monde. Avec le dé­ca­lage ho­raire, le match s’est ter­mi­né à cinq heures du mat. On est al­lé fê­ter la vic­toire avec de gros thons, au mar­ché aux pois­sons de To­kyo. La meilleure fa­çon de vous ré­veiller ? Des pe­tites pa­pouilles, c’est très agréable. Pre­mière an­née, de Tho­mas Lil­ti, sor­tie le 12 sep­tembre.

« J’avais une co­pine qui ado­rait cui­si­ner la nuit. Alors elle me ré­veillait pour man­ger. Et j’ai­mais beau­coup ça. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.