ÉLISE PARIA AU BOU­LOT

Glamour (France) - - La Une -

« Un jour, on m’a pro­po­sé un job dans une boîte très bran­chée. Quand j’ai com­men­cé, je re­ve­nais de congé ma­ter­ni­té, j’avais pris du poids et je tour­nais avec trois tee-shirts H&M in­formes, ce qui m’a va­lu d’of­fice cette ré­flexion « Mais toi, t’es tou­jours en tee-shirt ? » d’un mec de cette boîte dont j’ad­mi­rais le style. J’avais du mal à quit­ter mon bé­bé le ma­tin. C’était tous des CSP+ et moi, qui ai gran­di dans la classe moyenne en ban­lieue pa­ri­sienne, je ne pos­sé­dais pas leurs codes. C’est un truc très sub­til, très fran­çais : là-bas, ils se pré­nom­maient Édouard, sur­tout pas Ke­vin, et ils fai­saient tous du ski de­puis qu’ils étaient en­fants. Le foot, c’était pour les beaufs. As­sez vite, on m’a re­pro­ché d’être trop sé­rieuse, bien- pen­sante, on me di­sait que mes idées n’étaient pas as­sez « ban­dantes », qu’il fal­lait plus de « fun ». Je n’ai pas été re­con­duite et j’ai com­pris que je m’étais ac­cro­chée bê­te­ment alors que je n’avais rien à faire là. Par la suite, j’ai fait un tra­vail sur moi-même, per­du du poids. Je tra­vaille au­jourd’hui en in­dé­pen­dante et quand mes amis me parlent de leur en­tre­prise, j’ai l’im­pres­sion de ga­gner chaque jour des points de vie ! »

« C’était tous des CSP+ et moi, qui ai gran­di dans la classe moyenne en ban­lieue pa­ri­sienne, je ne pos­sé­dais pas leurs codes. » Élise, 28 ans

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.