Ste­pha­nie Eriks­son et Ca­role Be­na­roya Entre

les créa­trices de Ku­j­ten, l’en­seigne pa­ri­sienne 100 % ca­che­mire, il y a une ami­tié tis­sée au fil du temps entre deux per­son­na­li­tés op­po­sées. En six ans, Ca­role, la brune prag­ma­tique, et Ste­pha­nie, la blonde créa­tive, se sont fait de la maille en en ven­dan

Glamour (France) - - La Une - Par Cé­line Per­ruche

Où vous êtes-vous ren­con­trées ?

Ca­role La cou­sine de Ste­pha­nie est ma meilleure amie. On se voyait aux an­ni­ver­saires, aux boums… On a fi­ni par de­ve­nir amies.

Votre sé­pa­ra­tion la plus longue ?

Ste­pha­nie Après le bac, j’ai fait une école de ma­na­ge­ment et mar­ke­ting à Pa­ris. Ca­role, elle, est par­tie vivre à Londres pour tra­vailler dans la fi­nance. Pen­dant ces cinq an­nées, nous conti­nuions à nous voir mais plus ra­re­ment.

Qu’est-ce que vous ne pou­vez pas faire l’une sans l’autre ?

Ste­pha­nie Nos col­lec­tions ! Ca­role s’oc­cupe des fi­nances et moi de la créa­tion, mais nous pre­nons toutes les grosses dé­ci­sions en­semble : l’ou­ver­ture de bou­tiques, la com’, le choix des man­ne­quins pour les cam­pagnes.

Ca­role Toutes les choses pé­nibles comme les ren­dez-vous à la banque ou les ren­dez-vous avec notre web­mas­ter parce qu’on n’y com­prend rien !

Qu’est-ce que vous ne pou­vez pas faire si l’autre est là ?

Ca­role En­gueu­ler mon ma­ri parce qu’ils sont très amis avec Ste­pha­nie et elle prend tou­jours sa dé­fense.

Qui fait quoi mieux que l’autre ?

Ste­pha­nie Moi, la danse et la cui­sine. En re­vanche, Ca­role est la

« Comme un vieux couple, on s’en­gueule et on passe à autre chose la se­conde d’après. »

reine de l’or­ga­ni­sa­tion, elle est par­faite pour par­tir en va­cances.

Quel duo cé­lèbre pour­riez-vous être ?

Ca­role Mi­ran­da et Car­rie Brad­shaw dans Sex and the City. Ste­pha­nie dé­pense l’ar­gent. Moi, j’or­ga­nise.

Qu’écou­tez-vous en­semble ?

Ste­pha­nie De la va­rié­té fran­çaise, France Gall, John­ny, Ju­liette Ar­ma­net… Mais la plu­part du temps, on met cha­cune un casque parce qu’on est une dou­zaine au bu­reau et que ça ja­casse beau­coup.

Quels sont vos pe­tits trucs pour vous ré­con­for­ter l’une l’autre en cas de coup de mou ?

Ca­role On sort du bu­reau, on va boire des verres, des cho­co­lats chauds, on parle des en­fants…

Jouez-vous par­fois double jeu ?

Ste­pha­nie Ja­mais ! On est plu­tôt fron­tales et di­rectes. On n’a pas peur de ne pas être d’ac­cord.

On dit que les vieux couples fi­nissent tou­jours par ver­ser un peu dans la ca­ri­ca­ture. Et vous ?

Ca­role Je suis dé­jà une ca­ri­ca­ture de la fi­nan­cière. Je ne prends pas de gants.

Ste­pha­nie Mais, comme un vieux couple, on s’en­gueule et on passe à autre chose la se­conde d’après. Après toutes ces an­nées, on ne fait même plus l’ef­fort de mettre les formes.

Dans quel genre de cir­cons­tances vous ar­rive-t-il de dire à l’autre : « Toi d’abord » ?

Ste­pha­nie Quand il faut par­ler aux gens pour leur dire des choses désa­gréables. Je pré­fère que ce soit Ca­role qui aille au front.

Vous préférez l’ex­pres­sion « Mieux vaut être seul que mal ac­com­pa­gné » ou « À deux, c’est mieux » ?

Ste­pha­nie et Ca­role « À deux c’est mieux », évi­dem­ment !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.