D’UNE BEA UTÉ MONSTRE

Glamour (France) - - La Une - Par So­nia Des­prez

SANS ÊTRE AUTOBIOGRAPHIQUE, CETTE BD, QUI LORGNE DU CÔ­TÉ DE L’EXPRESSIONNISME, S’INS­PIRE DU PAS­SÉ D’EMIL FER­RIS POUR DÉ­LI­VRER UN JOUR­NAL IN­TIME EN FORME D’ODE À LA DIF­FÉ­RENCE.

Gé­nie du ro­man gra­phique, Art Spie­gel­man – l’au­teur de Maus – a dit de l’amé­ri­caine Emil Fer­ris qu’elle était « l’une des plus grandes au­teures de BD de notre temps ». C’est dire ! Voi­ci donc le jour­nal in­time fic­tion­nel de Ka­ren Reyes, pe­tite fille de la lo­wer class de Chi­ca­go, qui, dans les an­nées 1960, dé­cide d’élu­ci­der le mys­té­rieux « sui­cide » de sa très gla­mou­reuse voi­sine d’im­meuble. En­tiè­re­ment des­si­née au sty­lo à bille, l’his­toire s’ins­pire de l’en­fance d’emil Fer­ris à Chi­ca­go, dans une fa­mille ai­mante vi­vant dans un quar­tier violent. Ha­bi­tuée à fré­quen­ter le mu­sée avec son père, elle s’est mise à des­si­ner par plai­sir jus­qu’à ce qu’à 40 ans, une ma­la­die la prive de l’usage de ses mains. C’est en re­trou­vant ses fa­cul­tés à force de vo­lon­té qu’elle a dé­ci­dé de des­si­ner ce ré­cit puis­sant, tendre et drôle, entre po­lar et ré­cit d’en­fance. Un chef-d’oeuvre est né. Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, d’emil Fer­ris, éd. Mon­sieur Tous­saint Lou­ver­ture, 416 p., 34,90 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.