O

Golf Magazine - - GOLF ÉCO -

rga­ni­sé sur le golf Blue Green de Plé­neuf-val An­dré de­puis 2007, l’open Blue Green Côtes d’ar­mor-bre­tagne s’ap­pel­le­ra dé­sor­mais le Cor­don Golf Open. Du 3 au 6 sep­tembre, ce tour­noi du Chal­lenge Tour réuni­ra 150 pros ve­nus de toute l’eu­rope et of­fri­ra une do­ta­tion de 200000 €. So­cié­té spé­cia­li­sée dans la main­te­nance des ter­mi­naux de té­lé­com­mu­ni­ca­tion, Cor­don Elec­tro­nics de­vient ain­si le spon­sor ma­jeur de cette épreuve. Cette en­tre­prise bre­tonne spon­so­rise aus­si, de­puis 2013, le Cor­don Golf Team, un groupe de cinq joueurs pro­fes­sion­nels com­po­sé de Mi­chaël Lo­ren­zo-ve­ra, Sé­bas­tien Gros, Da­mien Per­rier, Ch­ris­tophe Bra­zillier et Xa­vier Pon­ce­let.

An­cien pro­fes­seur de golf au Club Med puis à Étiolles, St-au­bin, St-quen­tin-en-yve­lines et Ste-maxime, Mathieu Ha­zet a lan­cé le site et l’ap­pli­ca­tion My­golf­mar­ket, pro­po­sant des green-fees de « der­nière mi­nute ».

Quand avez-vous lan­cé My­golf­mar­ket et qu’y a-t-il der­rière cette ap­pel­la­tion?

My­golf­mar­ket est une so­cié­té qui existe de­puis juin 2014 et qui se dé­cline sous la forme d’un site (My­golf­mar­ket.com), où il faut s’ins­crire, et d’une ap­pli­ca­tion gra­tuite que l’on per­fec­tionne sans cesse avec cinq dé­ve­lop­peurs dé­diés à ce projet. My­golf­mar­ket tra­vaille au­près d’une tren­taine de golfs avec les­quels nous avons noué des par­te­na­riats et qui nous per­mettent de pro­po­ser des green-fees « der­nière mi­nute » à des ta­rifs avan­ta­geux. L’ap­pli­ca­tion est in­té­res­sante car elle per­met de re­ce­voir des « push » d’après votre géo­lo­ca­li­sa­tion. Les offres sont donc pro­po­sées à la fois près de votre do­mi­cile, mais aus­si de votre lieu de va­cances.

Tra­vaillez-vous sur l’en­semble du ter­ri­toire ?

Oui. Comme la so­cié­té est ba­sée à Sainte-maxime (Var), nous avons, pour le mo­ment, une offre plus large sur la ré­gion PA­CA, où nous sommes les lea­ders de ce marché. Par cette proxi­mi­té géo­gra­phique, nous avons plus de fa­ci­li­tés à al­ler voir les golfs et à les convaincre de la per­ti­nence d’un par­te­na­riat avec nous sa­chant que nous ne tra­vaillons qu’avec des golfs qui ont les mêmes lo­gi­ciels par­te­naires que nous.

Les golfs sont-ils ré­cep­tifs à cette nu­mé­ri­sa­tion de leur « pro­duit »?

C’est dif­fi­cile car, en France, il y a tou­jours le sen­ti­ment de croire que l’offre est tirée par le bas dès lors que vous abais­sez votre ta­rif. Ce qui est faux. Nous pro­po­sons sur­tout de mieux ren­ta­bi­li­ser les cré­neaux les plus faibles, à des ho­raires où les golfs ont une ac­ti­vi­té moindre. Avec l’ap­pli­ca­tion et les « push », le client peut être aus­si­tôt in­for­mé d’une op­por­tu­ni­té in­té­res­sante et d’une bonne af­faire.

Vous ne pro­po­sez que des green­fees ?

Non. En pro­po­sant des ap­pli­ca­tions dé­diées à des clubs en par­ti­cu­lier, nous per­met­tons une meilleure in­ter­ac­tion entre le club et ses membres. Un orage dans la nuit? Avec l’ap­pli­ca­tion, les membres sont aus­si­tôt in­for­més du re­tard de l’ou­ver­ture du club ce ma­tin-là. Nous met­tons aus­si en place des offres des­ti­nées à des pros qui font connaître leurs dis­po­ni­bi­li­tés pour des le­çons avec, là aus­si, des offres pro­mo­tion­nelles. Nous tra­vaillons enfin avec des hô­tels si­tués au­tour des golfs qui peuvent éga­le­ment faire connaître leurs pro­po­si­tions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.