Les mys­tères du slope

Golf Magazine - - COURRIER -

> Gol­feur de­puis moins d’un an, je me suis aper­çu sur votre guide des golfs que les slopes d’un par­cours avaient des va­leurs dif­fé­rentes se­lon les dé­parts uti­li­sés mais pou­vaient aus­si va­rier consi­dé­ra­ble­ment d’un par­cours à un autre! Pour­riez-vous m’ex­pli­quer pour­quoi? Jean-pierre De­bar­dier, cour­riel. Ré­ponse: l Il existe deux in­di­ca­teurs de dif­fi­cul­té re­la­tive d’un par­cours de golf : le SSS et le slope. - Le SSS (Scratch Score Stan­dard) me­sure la dif­fi­cul­té du par­cours pour un joueur «scratch», c’est-à-dire un joueur qui joue le par. Il s’ex­prime sous forme d’un chiffre à une dé­ci­male va­riant au­tour de la va­leur du par, par exemple 72,4. - Le slope, lui, me­sure la dif­fi­cul­té d’un par­cours pour un joueur scratch et pour un joueur «bo­gey» (c’est-à-dire dont l’in­dex est com­pris entre 18 et 22). La va­leur neutre de dif­fi­cul­té (par­cours pour le­quel il est aus­si dif­fi­cile pour un joueur «scratch» de jouer son in­dex que pour un joueur «bo­gey» de jouer le sien) est de 113. C’est cette va­leur qui est pro­vi­soi­re­ment ap­pli­quée à un par­cours non éta­lon­né. L’éta­lon­nage d’un par­cours est en­suite ef­fec­tué par des spé­cia­listes de la Ff­golf qui prennent en compte toutes les dif­fi­cul­tés re­grou­pées en onze ca­té­go­ries (lon­gueur et to­po­gra­phie du trou, lar­geur du fair­way, hau­teur du rough, obs­tacles d’eau, arbres, bun­kers, sur­face du green et même im­pact psy­cho­lo­gique du trou).

Une fois tous les trous éva­lués, le par­cours se voit at­tri­buer un slope (et un SSS) pour cha­cun de ses re­pères of­fi­ciels. Bien évi­dem­ment ces in­dices sont dif­fé­rents en fonc­tion du re­père joué et du sexe. Sur un par­cours pos­sé­dant un slope de 113, un joueur avec un in­dex com­pris entre 17.5 et 18.4 au­ra un «han­di­cap de jeu» de 18. Au-des­sus de 113, le par­cours étant consi­dé­ré comme re­la­ti­ve­ment «dif­fi­cile» pour un joueur «bo­gey», ce même joueur se ver­ra at­tri­buer un «han­di­cap de jeu» su­pé­rieur à son in­dex, par exemple 21. En des­sous de 113, en­fin, le par­cours étant consi­dé­ré comme re­la­ti­ve­ment «fa­cile», le joueur se ver­ra at­tri­buer un han­di­cap de jeu in­fé­rieur à son in­dex, par exemple 16. Der­nier point, les slopes les plus éle­vés des par­cours fran­çais peuvent dé­pas­ser 150. C’est le cas du par­cours de l’al­ba­tros du Golf Na­tio­nal, dont le slope des re­pères blancs s’élève à 155, alors que ce­lui du fa­meux par­cours pri­vé des Bordes, dans le Loir-etC­her, grimpe, lui, à 159 !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.