Jo­hann Zar­co

GP Racing - - Rétro/Thierry Espié -

Je me re­trouve un peu dans Zar­co : c’est un mec qui n’est pas jeune, par rap­port aux autres, et on ne lui a pas mis de bâ­tons dans les roues mais presque quand même... avant qu’il monte en Mo­toGP avec une bonne moto. Beau­coup de gens sont sur­pris qu’il aille vite en Mo­toGP mais bon, on n’est pas vice-cham­pion du monde 125 et double cham­pion du monde Mo­to2 par ha­sard. Moi, je ne suis pas sur­pris. Si t’as une bonne moto et que t’es pas de­vant en Mo­toGP, c’est que t’es mau­vais. Ça me conforte dans le fait que ce n’est pas parce que t’es pas jeune que t’es pas bon, quoi. Et je suis su­per content qu’on lui donne sa chance. Il le mé­rite. Ros­si a bien­tôt 40 ans et il est de­vant, alors pour­quoi un Zar­co qui dé­barque en Mo­toGP à 26-27 ans n’au­rait pas sa chance lui aus­si ? Si c’est un tout bon, c’est un tout bon... Je me re­trouve en lui dans sa fa­çon d’être et de pi­lo­ter – même si bien sûr, il a le ni­veau au-des­sus –, et je constate que son tra­vail paye.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.