CA­FOUILLAGE HIS­TO­RIQUE

GP Racing - - News Gp Racing -

Avec des di­zaines de mil­liers de spec­ta­teurs qui ont at­ten­du toute une jour­née dans le froid et sous la pluie de Sil­vers­tone pour ne fi­na­le­ment ja­mais voir au­cune course se lan­cer, le Grand Prix de Grande-Bre­tagne au­ra été l’un des plus grands ra­tés de l’his­toire des Grands Prix. Comment une mé­téo plu­vieuse, fré­quente dans cette ré­gion de l’An­gle­terre, a-t-elle pu to­ta­le­ment noyer la piste de Sil­vers­tone ? La pre­mière faute in­combe sans au­cun doute à la so­cié­té qui a réa­li­sé le re­sur­fa­çage de la piste cet hi­ver. Un tra­vail de bien mau­vaise qua­li­té puisque six mois plus tard, à la ve­nue des Mo­toGP, celle-ci était plus bos­se­lée que ja­mais et n’éva­cuait plus l’eau. Une si­tua­tion dan­ge­reuse qui a conduit à la bles­sure de Ti­to Ra­bat dès le sa­me­di après-mi­di et a fi­na­le­ment ame­né les pi­lotes à re­fu­ser de rou­ler dans ces condi­tions le di­manche. On peut éga­le­ment s’in­ter­ro­ger sur le sui­vi des tra­vaux par le cir­cuit de Sil­vers­tone, ain­si que de la part de Fran­co Un­ci­ni, le res­pon­sable des ho­mo­lo­ga­tions au­près de la FIM. Sans par­ler de la pos­si­bi­li­té de lan­cer la course avant l’ar­ri­vée de la pluie, ou en fin de jour­née lorsque celle-ci s’est sé­rieu­se­ment at­té­nuée. En­fin, pour­quoi ne pas avoir pro­fi­té du lun­di fé­rié en An­gle­terre pour re­pous­ser la course d’une jour­née ? Au­tant de ques­tions qui trottent en­core dans la tête des 90 000 fans...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.