10 CHOSES À SA­VOIR SUR FRED­DIE SPEN­CER

GP Racing - - Mémo -

1 Le Su­diste Fre­de­rick Bur­dette Spen­cer, de son vrai nom, est ori­gi­naire de Loui­siane, le plus fran­çais des États amé­ri­cains. Il est né à Sh­re­ve­port le 20 dé­cembre 1961 et y a gran­di. Il a 57 ans. 2 Les dé­buts

Fred­die a com­men­cé à sla­lo­mer entre les arbres de la pro­prié­té fa­mi­liale à trois ans, sur une pe­tite moto de TT pré­pa­rée par son père, pi­lote ama­teur en dirt- track. L’an­née d’après, à quatre ans, il at­ta­quait la com­pète en dirt. Il n’a pas per­du de temps, l’ani­mal... 3 La dé­cou­verte de la vi­tesse

« J’avais onze ans. J’ai en­ten­du qu’il y avait une course de vi­tesse à Green Val­ley, un cir­cuit de kar­ting. Je vou­lais y par­ti­ci­per. Chez le conces­sion­naire, la seule moto à ma taille était une RD 100 de route. Et en­core, je tou­chais tout juste les re­pose- pieds, et mon père de­vait te­nir la moto à l’ar­rêt. J’avais l’ha­bi­tude de ce type de dé­part. On ar­rive dans le hall des ins­crip­tions, les or­ga­ni­sa­teurs re­gardent mon père et lui disent : “Pas de pro­blème”, et lui de ré­tor­quer : “Ce n’est pas pour moi, c’est pour mon fi ls.” Ils en sont res­tés bouche bée ( rires). J’ai fi ni bon der­nier. »

4 Les dé­buts en GP

Après avoir tout ga­gné en dirt puis en vi­tesse aux USA, Fred­die Spen­cer débarque di­rec­te­ment en GP 500 à 20 ans. Il monte sur le po­dium dès son pre­mier GP, et gagne la 5e épreuve à Spa. 5 Le plus jeune vain­queur de GP 500 Cette vic­toire à Spa sur son trois- cy­lindres 2- temps NS 500 fait de Fred­die le plus jeune vain­queur de l’His­toire en ca­té­go­rie reine, à 20 ans et 96 jours. Jus­qu’à ce que Marc Mar­quez ne batte ce re­cord à Aus­tin en 2013, à 20 ans et 63 jours. 6 L’ex­tra­ter­restre Vi­vant la nuit en Eu­rope et sies­tant le jour pour échap­per au dé­ca­lage ho­raire, Fred­die aba­sour­dit les Eu­ro­péens avec son style spec­ta­cu­laire, ce qui fe­ra dire au pi­lote fran­çais Ba­dy Has­saine : « Un gus en glisse de l’avant les yeux fer­més, il vient d’une autre pla­nète ! » Fred­die ex­plique qu’il rou­lait avec des len­tilles de contact, ce qui le fai­sait beau­coup cli­gner des yeux.

7

Le double titre 250 et 500 en 85 Après dé­cro­cher avoir son bat­tu pre­mier Ken­ny titre Ro­berts mon­dial pour 500 en 83, Fred­die se lance le dé­fi ul­time : ga­gner les cham­pion­nats 250 et 500 la même an­née. Après avoir pas­sé l’hi­ver à dé­ve­lop­per une toute nou­velle 250 d’usine, il réus­sit l’im­pen­sable : 7 vic­toires dans chaque ca­té­go­rie et les deux cham­pion­nats. « Je n’avais même pas le temps de me chan­ger entre les deux courses : à la 8 des­cente du po­dium 250, je sau­tais sur la 500 ! » La bles­sure qui l’a stop­pé net

« À l’ou­ver­ture de la sai­son 1986, mon poi­gnet a ces­sé de fonc­tion­ner alors que j’étais lar­ge­ment en tête du GP 500 de Ja­ra­ma. Je suis alors ren­tré aux stands, et la pre­mière ques­tion qu’un jour­na­liste m’a po­sée est : “Hon­da ne vous paie pas as­sez ?!” Je n’y ai pas cru... » Fred­die avait trop ti­ré sur la corde, le conte de fée s’est ar­rê­té là, après 27 vic­toires et trois titres mon­diaux en quatre ans. 9 Les stages de pi­lo­tage

Après avoir dé­fi ni­ti­ve­ment rac­cro­ché en 1993, « Fast » Fred­die lance d’abord une école de pi­lo­tage à Las Ve­gas. Puis plus ré­cem­ment, vient ani­mer quelques stages de pi­lo­tage avec les frères Gar­cia au Cas­tel­let. GP Ra­cing y dé­couvre alors ses ex­tra­or­di­naires ta­lents de pé­da­gogue. Hé­las, faute de titre de sé­jour, il est contraint de s’exi­ler à Londres, où il vit au­jourd’hui. 10 Le re­tour en MotoGP En 2019, Spen­cer va de­ve­nir chef ste­ward de la FIM – les juges qui ar­bitrent les in­frac­tions com­mises aux es­sais et en course par les pi­lotes. Et ce, afi n de dé­char­ger le di­rec­teur de course, Mike Webb, de ce type de res­pon­sa­bi­li­té. « L’équi­té et le fair­play ont tou­jours été au centre de mes prio­ri­tés de pi­lote. Je suis heu­reux et fi er de contri­buer à la pro­pa­ga­tion de ces va­leurs au sein du MotoGP » , s’ex­clame Fred­die. Ren­dez- vous au Qa­tar pour le re­tour en scène de Judge Spen­cer !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.