500 TOURS DE PLUS

ET UN FRAN­ÇAIS EN MOINS...

GP Racing - - Edito - Alain Le­corre Di­rec­teur des ré­dac­tions

Eh oui, on y a cru. Parce que Mi­sa­no est un cir­cuit court, sans grande ligne droite où la puis­sance de la Hon­da Fac­to­ry, gé­né­ra­le­ment dé­vas­ta­trice, n’a pas eu le loi­sir de faire la dif­fé­rence. Parce que Fa­bio a rou­lé fa­çon mis­sile tout le week- end, en­chaî­nant les meilleurs tours tout au long des mul­tiples séances qua­lif. Parce que pour une fois, par­ti de­vant, ca­lé dans la roue du po­le­man Ma­ve­rick Viñales, il a fait preuve de pa­tience avant de dé­po­ser l’of­fi ciel Ya­ma­ha et de s’en­vo­ler. Parce qu’il n’a com­mis au­cune er­reur 24 tours du­rant, pen­dant les­quels seul Marc Mar­quez a été en me­sure de suivre son rythme. 24 tours de tra­jec­toires ten­dues, de frei­nages ap­puyés, de glisses contrô­lées à l’ac­cé­lé­ra­tion. 24 tours de concen­tra­tion to­tale, ali­gnant des chro­nos hy­per ré­gu­liers sans ja­mais se re­tour­ner une seule fois pour voir si l’ogre re­ve­nait... 24 tours pen­dant les­quels la Ya­ma­ha « sa­tel­lite » a te­nu la dra­gée haute à la Hon­da usine du sep­tuple cham­pion du monde. Et même si l’at­taque était une évi­dence, Mar­quez ne sem­blait pas en avoir tant que ça sous la pé­dale. Lui, si prompt d’ha­bi­tude à se je­ter sur sa proie, sem­blait à court de so­lu­tion de­vant le rythme stra­to­sphé­rique du jeune Fran­çais. Il faut dire que dans le clan Hon­da, ils n’étaient pas nom­breux à faire des étin­celles sur le tra­cé Mar­co Si­mon­cel­li. Crut­chlow au ta­pis, Lo­ren­zo en per­di­tion, il n’y avait, une fois en­core, que Mar­quez pour te­nir la ba­raque et domp­ter la RCV Fac­to­ry. Dans l’ul­time tour du GP de Saint- Ma­rin, une de­mi- dou­zaine de vi­rages avant le dra­peau à damier, ce qui de­vait ar­ri­ver ar­ri­va. Mar­quez trou­va la faille à l’in­té­rieur. Fa­bio lui ren­dit la po­li­tesse illi­co avant de cé­der une nou­velle fois. L’ul­time ten­ta­tive du Fran­çais dans le vi­rage 14 se sol­dant par un échec, l’of­fi ciel Hon­da s’en al­la si­gner son 7e suc­cès de la sai­son. Un peu à l’ar­rache cette fois. Cô­té tri­co­lore, ja­mais un pi­lote ne fut si près de l’ex­ploit et de la vic­toire en ca­té­go­rie MotoGP. Don­nez 500 tours de plus à Fa­bio et l’his­toire se­ra en­core plus belle, c’est écrit. Ce qui est éga­le­ment écrit, c’est le li­cen­cie­ment bru­tal de Jo­hann Zarco qui ap­pre­nait mar­di 17 sep­tembre qu’il était rem­pla­cé par Mi­ka Kal­lio sur la KTM of­fi cielle dès le GP d’Ara­gon... Vi­ré « ma­nu mi­li­ta­ri » pour avoir trop sou­vent cri­ti­qué la mo­to au­tri­chienne. Un énorme coup de mas­sue pour le pi­lote qui pen­sait ter­mi­ner la sai­son au gui­don de la RC16 et trou­ver une so­lu­tion pour 2020. On es­père bien sûr que nos deux re­pré­sen­tants en MotoGP pour­ront bé­né­fi cier de ma­tos d’usine dans les plus brefs dé­lais.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.