Team Ya­ma­ha

En­core éclip­sée l’an der­nier par Hon­da et Du­ca­ti, l’équipe Ya­ma­ha a dé­ci­dé de pas­ser la vi­tesse su­pé­rieure cette sai­son. En fai­sant évo­luer sa M1, mais aus­si en pré­pa­rant l’ave­nir.

GP Racing - - Sommaire - Par Mi­chel Tur­co.

Où l’on an­nonce Quar­ta­ra­ro of­fi ciel en 2021.

Il était temps qu’on se ré­veille. »

Fleg­ma­tique de na­ture en bon An­glais qu’il est, Lin Jar­vis a dé­ci­dé de chan­ger de cos­tume cet hiver. Il faut dire que le pa­tron de l’équipe Ya­ma­ha n’a pas trop eu le choix. Ma­ve­rick Viñales ayant dé­ci­dé de s’adres­ser di­rec­te­ment à Ta­ka­hi­ro Su­mi alors qu’il était en congés, dé­but jan­vier, le Bri­tan­nique a été prié par les Ja­po­nais de bou­cler ra­pi­de­ment le dos­sier du pi­lote es­pa­gnol qui me­na­çait de si­gner chez Du­ca­ti. Dans la fou­lée, Jar­vis a éga­le­ment ré­glé le cas Quar­ta­ra­ro. « Cet hiver, il n’y a pas eu de trêve, ex­pli­quait- il lors de la pré­sen­ta­tion Ya­ma­ha or­ga­ni­sée à la veille des tests de Se­pang. Au Ja­pon, nos in­gé­nieurs ont beau­coup tra­vaillé pour pré­pa­rer notre M1 2020. Les tests du mois de no­vembre ayant per­mis de dé­fi nir le choix du mo­teur, nos pi­lotes étant tom­bés d’ac­cord sur le su­jet, tout le monde a pu bien avan­cer sur le dé­ve­lop­pe­ment des dif­fé­rents com­po­sants.

« LES CHOSES BOUGENT CHEZ YA­MA­HA »

En Eu­rope aus­si, nous n’avons pas chô­mé. Va­len­ti­no ayant be­soin d’un peu de temps pour dé­ci­der de son ave­nir, nous ne pou­vions pas nous per­mettre de lais­ser par­tir nos jeunes ta­lents à la concur­rence. Voi­là pour­quoi nous avons pro­lon­gé le contrat de Ma­ve­rick et en­ga­gé Fabio dans le team of­fi ciel pour les sai­sons 2021/ 2022. » À ce­la s’est par ailleurs ajou­té le re­cru­te­ment de Jorge Lo­ren­zo en tant que pi­lote de tests. Il y a bien long­temps que Ya­ma­ha ne s’était pas mon­tré aus­si agres­sif dans sa po­li­tique spor­tive. L’am­bi­tion du construc­teur ja­po­nais est claire. « Nous vou­lons re­de­ve­nir cham­pions du monde » , as­sure Jar­vis. De son cô­té, Ma­ve­rick Viñales semble, lui, convain­cu d’avoir les moyens, dès cette an­née, de jouer avec Mar­quez. « De­puis l’été der­nier, les choses bougent chez Ya­ma­ha, note l’Es­pa­gnol. Je sens du sou­tien et de l’en­ga­ge­ment. » Ce qui lui a per­mis de fi nir la sai­son sur une sé­rie de bons ré­sul­tats. « Je sais que je dois amé­lio­rer mes pre­miers tours de course, ana­lyse Viñales. Je pense que les nou­veaux Mi­che­lin qui ont plus de grip vont pou­voir m’ai­der. À moi, quoi qu’il en soit, d’être plus per­for­mant car la Ya­ma­ha n’est pas la mo­to avec la­quelle il est le plus fa­cile de dou­bler. » Les in­gé­nieurs Ya­ma­ha ont tout de même bien bos­sé cet hiver pour es­sayer de com­bler cet han­di­cap de vi­tesse de pointe qui met les pi­lotes en dif­fi culté sur les phases de frei­nage. Si, à cô­té de Viñales, Va­len­ti­no Ros­si es­père pou­voir se battre le plus sou­vent pos­sible pour mon­ter sur le po­dium, Fabio Quar­ta­ra­ro es­saie­ra, de son cô­té, d’al­ler cher­cher sa pre­mière vic­toire en Mo­toGP. Pour ce­la, ce­lui qui suc­cé­de­ra l’an pro­chain au no­nuple cham­pion du monde dans l’équipe of­fi cielle pour­ra comp­ter sur une M1 of­fi cielle. Le Fran­çais de l’équipe Pe­tro­nas a en ef­fet ob­te­nu la ga­ran­tie d’être trai­té dès cette sai­son à éga­li­té par les deux pi­lotes du team Fac­to­ry. « Je ne vais pas dire que je vise le titre au­jourd’hui, mais je veux res­ter sur

la lan­cée de l’an der­nier » , ex­plique- t- il.

« NOUS VOU­LONS RE­DE­VE­NIR CHAM­PIONS DU MONDE » LIN JAR­VIS

Pho­tos Jean-Ai­gnan Mu­seau et Gold and Goose.

1 Chez Ya­ma­ha, Viñales se rêve en pa­tron. 2 Cette an­née, chez Pe­tro­nas, c’est Fabio Quar­ta­ra­ro qui se­ra le mieux ar­mé. Le Fran­çais dis­po­se­ra de la même M1 que Ros­si et Viñales alors que Mor­bi­del­li conti­nue­ra avec des specs A.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.