L’al­lure de... Alexandre Guir­kin­ger, tout de chaud vê­tu

Ce pho­to­graphe de 38 ans réa­lise por­traits, re­por­tages et sé­ries de mode. Tech­niques et élé­gantes, ses te­nues sont aus­si tein­tées de ré­mi­nis­cences street. Il les ra­conte.

GQ (France) - - STYLE - Par Gé­ral­dine Sar­ra­tia_ Pho­to­gra­phies Vincent De­sailly

COM­MENT DÉFINIRAIS-TU TON STYLE ?

Mon rap­port au style est in­ti­me­ment lié à mon mé­tier, que j’exerce sou­vent en ex­té­rieur et par­fois dans des condi­tions peu fa­vo­rables. Mes vê­te­ments doivent être à la fois fonc­tion­nels et élé­gants, me per­met­tant ain­si d’en­chaî­ner une séance pho­to et un ren­dez- vous plus urbain. J’ap­pré­cie beau­coup les vê­te­ments tech­niques, les manteaux ul­tra- chauds que j’em­porte dans les Îles Fé­roé l’hi­ver ou en mon­tagne. Je m’y rends sou­vent pour des pro­jets pho­to ou pour mar­cher. Ma mère et ma grand­mère m’ont tr ans­mis leur amour du vêt ement. Ma mère avait un vrai style et un goût pro­non­cé pour les en­sembles im­pri­més – je me sou­viens en­core d’un Saint Laurent gé­nial, aux mo­tifs vé­gé­taux. Ma grand- mère tri­co­tait très bien : c’est elle qui a fa­bri­qué le pull que je porte ; vingt ans plus tard, il est tou­jours su­perbe avec ce look mi- mon­ta­gnar d, mi- grunge, un mouv ement que j’ai ado­ré. Même en gue­nilles, Kurt Co­bain était ma­gni­fique. J’aime éga­le­ment que les choses durent : pas de fast fa­shion sauf, par­fois, un T- shirt ba­sique. J’ap­pré­cie les mar ques, telle Le­maire, qui ap­por tent un réel soin au vê­te­ment.

TU T’ORIENTES DE PLUS EN PLUS VERS LA MODE. QUELLE EST L’IM­POR­TANCE DU VÊ­TE­MENT DANS UN POR­TRAIT ?

On pense sou­vent qu’un por­trait doit se concen­trer sur le vi­sage. Mais l’ex­pres­sion, la po­si­tion du corps et ce que la per­sonne porte comptent aus­si beau­coup. La cou­leur, les ma­tières, les contrastes ont un im­pact fon­da­men­tal sur l’image. L’har­mo­nie se crée lorsque le vê­te­ment ren­contre une ma­nière d’être et de vivre. Le style, pour moi, ce n’est ja­mais du dé­gui­se­ment.

WWW.ALEXGUIRK.COM

MES CHAUS­SURES « Ce sont des Hes­chung, un an­cien mo­dèle ins­pi­ré des chaus­sures de ski du dé­but du XXE siècle. Je les ai de­puis cinq ans et les use beau­coup – je les fais d’ailleurs re­ta­per chaque an­née. J’ai aus­si fait mettre une se­melle de chaus­sures de mon­tagne. »

MA BAGUE « Elle a été fa­bri­quée par Ugo Cac­cia­to­ri, un ar­ti­san joaillier ita­lien qui s’est ins­pi­ré d’une bague ot­to­mane. C’est mon seul bi­jou – je ne porte ja­mais de montre. Mes amis me l’ont of­ferte pour mon anniversaire. »

MON INS­PI­RA­TION « J’ai fait pas mal de skate quand j’étais ado­les­cent. Du coup, il y a sou­vent quelques ré­sur­gences street dans mon look. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.