“ON EST TRÈS ÉLOI­GNÉ DES CLI­CHÉS DU BOR­DEAUX... ”

Grand Seigneur - - Grand Reportage - COR­BEY­RAN (la BD Châ­teaux Bor­deaux)

En une belle di­zaine d'an­nées, ce bi­ker du Mé­doc et scé­na­riste lé­gen­daire de BD fan­tas­tiques a réus­si à faire des vins de Bor­deaux un man­ga po­pu­laire (Châ­teau Bor­deaux, Glé­nat) qui bous­cule pas mal d'idées re­çues sur la ré­gion...

Grand Sei­gneur l'a ren­con­tré à l'heure de l'apé­ro !

Cor­bey­ran, après plus de 360 al­bums dans l'uni­vers du po­lar et la science-fic­tion (Le Chant des Stryges, Uchro­nie(s), etc), comment êtes-vous ve­nu à écrire une BD sur les vins de Bor­deaux ?

C.— C’était il y a dé­jà onze ans. Comme il sa­vait que je vi­vais à Bor­deaux, l’édi­teur Jacques Glé­nat - qui pu­blie le cé­lèbre Man­ga sur le vin Les gouttes de Dieu – m’avait pro­po­sé de tra­vailler sur Châ­teaux Bor­deaux. Le pro­blème, c’est que je n’y connais­sais ab­so­lu­ment rien, je ne sa­vais même pas qui était Ro­bert Par­ker ! J’ai dû en­quê­ter pen­dant deux ans et de­mi dans le vi­gnoble Bor­de­lais pour trou­ver mon his­toire... En vous ap­puyant sur les per­son­na­li­tés du coin ?

C.— Oui, cer­tains pro­ta­go­nistes sont d’ailleurs ins­pi­rés de per­son­nages réels. En pre­mier lieu Mi­chel Rol­land, une star mon­diale de l’oe­no­lo­gie et de la ré­gion (on lui doit, entre autres, le suc­cès des « Vins de ga­rage » : des mi­cro-cu­vées de com­pètes pour col­lec­tion­neurs). C’est lui qui m’a don­né toutes les bases. J’ai aus­si ren­con­tré, en ap­pel­la­tion Mar­gaux, Alain Si­chel (Châ­teau An­glu­det, Châ­teau Pal­mer), Flo­rence Ca­thiard (Châ­teau Smith Haut-Laf­fite), So­phie Schÿ­ler (Châ­teau Kir­wan). Ega­le­ment, en Saint-Emi­lion, Jean Tro­card (Châ­teau Franc Larose, Le Clos Du­breuil). Ca se passe comme ça dans les vins à Bor­deaux. Un type va vous don­ner qua­torze adresses qui vont vous me­ner à vingt-huit adresses, et ain­si de suite. C’est beau­coup moins fer­mé qu’on ne le croit.

Vous en par­lez presque comme d'un ter­roir...

C.— C’est exac­te­ment ça ! Il y a par­fois un cô­té très noble et en même temps très pay­san dans le vi­gnoble Bor­de­lais. La plu­part des vi­gne­rons sont des gens très simples qui tra­vaillent dur et font des vins re­mar­quables, sou­vent par­mi les moins chers du mar­ché. On est très éloi­gné des cli­chés du Bor­deaux hors de prix. Par exemple, vous sa­vez ce que re­pré­sente réel­le­ment le Parc Im­mo­bi­lier des Châ­teaux dans la pro­duc­tion de Bor­deaux ? A peine 2%...

Alexan­dra Bau­dri­court, l'hé­ri­tière du Châ­teau Le Chêne Courbe (l'hé­roïne de la BD), c'est vous ?

C.— Di­sons que c’est mon double, mais avec de plus jo­lies formes (rires)... Avec le des­si­na­teur Es­pé, on avait en­vie que ce soit une belle femme, sen­suelle et gla­mour comme les vins de Bor­deaux. Mais au départ, comme moi, elle n’y connait rien. C’est pour ça que je dis­tille au fil des pages les frag­ments de mé­moires ré­di­gés par son père, qui lui per­mettent d’ap­pré­hen­der l’his­toire du do­maine et celle du bor­de­lais.

A quand une deuxième sai­son de

Châ­teau Bor­deaux ?

C.— Pro­ba­ble­ment en 2020. J’évo­que­rai d’avan­tage le bio et no­tam­ment pas mal de pe­tits do­maines en Graves, Fron­sac, Saint-Emi­lion et Sau­ternes, qui par­viennent à ti­rer leur épingle du jeu aux cô­tés des grands châ­teaux. Je trouve que le vi­gnoble bor­de­lais de cesse d’évo­luer, la sa­ga n’est pas prête de se bou­chon­ner ! Et comme Alexan­dra est de­ve­nue riche, elle de­vrait faire comme Ber­nard Ma­grez (Châ­teau Pape Clé­ment, Châ­teau La Tour Car­net, etc) : s’ache­ter plein de pe­tits châ­teaux dans d’autres ap­pel­la­tions...

En­tre­tien : Tho­mas Le­gour­rie­rec

Le scé­na­riste Cor­bey­ran chez lui, aux portes du Mé­doc, avec sa bou­teille géante et des murs re­cou­vertsde planches.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.