UNE PO­LI­TIQUE AU SER­VICE D’UNE FI­LIÈRE D’AVE­NIR

Green Innovation - - Green | Politique & Territoires - En­tre­tien avec Élisabeth BORNE S. E. Mi­nistre au­près du mi­nistre d’État, mi­nistre de la Tran­si­tion éco­lo­gique et so­li­daire, char­gée des Tran­sports

Green Innovation. La fi­lière du GNV est mar­quée par un très fort dé­ve­lop­pe­ment de­puis ces cinq der­nières an­nées, grâce no­tam­ment au sec­teur du trans­port rou­tier de mar­chan­dises et du trans­port col­lec­tif de voya­geurs. À ce titre, les dif­fé­rents dis­po­si­tifs fis­caux in­ci­ta­tifs mis en place par l’État vous pa­raissent-ils suf­fi­sants ? Pré­voyez­vous d’autres ac­tions d’ac­com­pa­gne­ment en ce do­maine ? Élisabeth Borne. Nous de­vons en­ga­ger ré­so­lu­ment la tran­si­tion éco­lo­gique de nos tran­sports : il s’agit d’une at­tente forte des Fran­çais, et les construc­teurs l’ont bien com­pris. L’État doit d’abord don­ner un cap clair. Le Plan Cli­mat fixe l’ob­jec­tif de la neu­tra­li­té car­bone à l’ho­ri­zon 2050, la loi d’orien­ta­tion des mo­bi­li­tés de­vra en dé­fi­nir les ja­lons, car la tran­si­tion éco­lo­gique du trans­port se joue main­te­nant ! L’État ac­com­pagne les com­por­te­ments ver­tueux : gel jus­qu’en 2022 du taux de la TICPE du GNV, et re­con­duc­tion jus­qu’à fin 2019 du sur­amor­tis­se­ment pour les achats de vé­hi­cules GNV su­pé­rieurs ou égaux à 3,5 tonnes. Nous sou­te­nons éga­le­ment le dé­ve­lop­pe­ment si­mul­ta­né de sta­tions GNV et de flottes de vé­hi­cules : ce sont plus de 381 mil­lions d’eu­ros d’in­ves­tis­se­ments et 100 nou­velles sta­tions.

Le GNV est dé­sor­mais com­pé­ti­tif en coût to­tal d’uti­li­sa­tion pour de nom­breux trans­por­teurs de longue dis­tance. De plus en plus, les villes vont exi­ger que les ca­mions soient propres : c’est une né­ces­si­té qu’il faut an­ti­ci­per dès au­jourd’hui. Je re­mer­cie l’AFGNV, la FNTR et la FNTV pour le rôle es­sen­tiel qu’elles jouent au­près de la pro­fes­sion. Se­lon l’ADEME, le GNV consti­tue à ce jour la plus éco­no­mique des so­lu­tions de car­bu­ra­tion propre pour des vé­hi­cules lourds ur­bains (hors tram­way et trol­ley­bus dans le cas des tran­sports). Pen­sez-vous que les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales in­ves­tissent suf­fi­sam­ment en la ma­tière ?

Les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales se sont pour la plu­part mo­bi­li­sées dans la tran­si­tion éner­gé­tique, avec des ef­forts qui se struc­turent sur les mo­bi­li­tés ac­tives et par­ta­gées, les in­fra­struc­tures de re­charge et aus­si, bien sûr, leurs flottes de ser­vice et de trans­port pu­blics. Dans la loi d’orien­ta­tion des mo­bi­li­tés, nous fa­vo­ri­se­rons l’en­semble des le­viers qui per­met­tront aux col­lec­ti­vi­tés de re­cou­rir aux mo­to­ri­sa­tions propres sur leur ter­ri­toire.

L’Union eu­ro­péenne a-t-elle un rôle à jouer dans le dé­ve­lop­pe­ment de cette fi­lière ? Si oui, pen­sez-vous que les po­li­tiques com­mu­nau­taires sont suf­fi­sam­ment am­bi­tieuses ?

Le rôle de l’Union eu­ro­péenne est ma­jeur, car elle struc­ture la po­li­tique éner­gé­tique. Ce­la se tra­duit no­tam­ment par le sou­tien à la pro­duc­tion de bio­gaz et aux in­fra­struc­tures de re­charge. Ce­la passe aus­si par la dé­fi­ni­tion des ob­jec­tifs en termes de ré­duc­tion des émis­sions de CO2 pour les vé­hi­cules. La po­si­tion de la France dans les dé­bats eu­ro­péens vise à pro­mou­voir un cadre eu­ro­péen en lien avec nos propres ob­jec­tifs du Plan Cli­mat. Le bio­gaz consti­tue un en­jeu à part, car si le GNV per­met de fortes ré­duc­tions d’émis­sions de par­ti­cules fines et de NOx, il ne per­met­tra pas, sans bio­gaz, d’at­teindre les ob­jec­tifs cli­ma­tiques fixés par la COP21. Se­lon vous, la fi­lière bio­gaz est-elle au­jourd’hui suf­fi­sam­ment va­lo­ri­sée ? La fi­lière GNV offre des avan­tages in­dé­niables en termes de qua­li­té de l’air. Et le gou­ver­ne­ment sou­tient la fi­lière bio­gaz, afin que les vé­hi­cules puissent uti­li­ser du bioGNV. Au­jourd’hui, il y en a moins de 1 %. L’ob­jec­tif de la France est de 10 % de gaz vert en 2030, ce qui re­pré­sente un énorme pro­grès. Le bio­gaz est clai­re­ment un élé­ment in­dis­pen­sable sur le che­min de la neu­tra­li­té car­bone en 2050.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.