EX­POS L’his­toire des re­la­tions entre Pa­ris et l’état, les 150 ans du mu­sée d’ar­chéo­lo­gie na­tio­nale, l’ar­chi­tecte Charles Per­cier ; les tré­sors de Na­varre…

À l’oc­ca­sion de ses 40 ans, la mai­rie re­vient sur neuf siècles d’his­toire d’une ci­té vo­lon­tiers fron­deuse à tra­vers ses re­la­tions avec le pou­voir cen­tral.

Historia - - Sommaire N° 846 - Joëlle Che­vé

HÔ­TEL DE VILLE DE PA­RIS, jus­qu’au 22 juillet

Le gou­ver­ne­ment des Pa­ri­siens » : un titre à plu­sieurs en­trées pour une ex­po­si­tion am­bi­tieuse, dans le temps (du XIIE au XXE siècle), dans le for­mat (plus de 300 pièces) et dans la thé­ma­tique. Pa­ris, c’est d’abord une com­mune mé­dié­vale gé­rée par des sei­gneurs ec­clé­sias­tiques, nobles et bour­geois, et par le pou­voir royal, et dont les ins­ti­tu­tions et les pou­voirs s’en­che­vêtrent, col­la­borent ou s’af­frontent, mais laissent peu de place au peuple. C’est aus­si, dès le mi­lieu du XIVE siècle, une ville qui se ré­volte contre le roi sous l’égide d’étienne Mar­cel, puis­sant pré­vôt des mar­chands, puis de nou­veau pen­dant la Ligue et la Fronde. Puis c’est la mise au pas sous Louis XIV et le règne du lieu­te­nant de po­lice.

Mor­ceau de bra­voure

C’est en­suite le sur­gis­se­ment du peuple en 1789, 1830, 1848, 1871. Pa­ris de la Bas­tille, des bar­ri­cades et de la Com­mune, qu’il faut en­fer­mer, contrô­ler, sur­veiller, pu­nir. De la mo­nar­chie à la ré­pu­blique, Pa­ris est sous tu­telle et, hor­mis le court in­ter­mède de 1789 à 1795, elle n’a pas de maire avant la ré­forme de 1977. Mais que Pa­ris gronde ou ron­ronne, la ville gran­dit sans cesse, et il faut as­su­rer son ap­pro­vi­sion­ne­ment, sa pro­pre­té, sa sé­cu­ri­té, sou­la­ger la mi­sère, amé­lio­rer sa cir­cu­la­tion, em­bel­lir ses places, re­struc­tu­rer son ur­ba­nisme, ho­no­rer ses sou­ve­rains et ses édiles, af­fir­mer son iden­ti­té, com­mé­mo­rer son pas­sé, des­si­ner son ave­nir. Le su­jet est très vaste, trop peut-être, mais il convient de s’y pro­me­ner et de l’ar­pen­ter à tra­vers un choix de ma­nus­crits, de ta­bleaux, de gra­vures, d’af­fiches, de ca­ri­ca­tures, de pho­to­gra­phies, qui res­ti­tuent son his­toire en lettres ca­pi­tales et en cou­leurs flam­boyantes, à l’image du ma­gni­fique ta­bleau de Fé­lix Phi­lip­po­teaux qui a été choi­si pour l’af­fiche : La­mar­tine re­pous­sant le dra­peau rouge à l’hô­tel de Ville le 25 fé­vrier 1848 .

L’oc­ca­sion aus­si de voir ou re­voir quelques-uns des chef­sd’oeuvre du mu­sée Car­na­va­let, fer­mé pour tra­vaux jus­qu’en 2020, tel ce ta­bleau pit­to­resque de John James Cha­lon mon­trant la place de Grève – au­jourd’hui place de l’hô­telde-ville –, haut lieu du Pa­ris de l’an­cien Ré­gime, de ses mar­chés, de ses ré­jouis­sances et de ses exé­cu­tions, le tout do­mi­né par la fon­taine des In­no­cents. Autre mor­ceau de bra­voure, pro­ve­nant du mu­sée d’or­say, le somp­tueux ta­bleau de Lu­cien Mé­lingue, pré­sen­té au Sa­lon de 1879, dans le­quel Étienne Mar­cel échange son cha­peau avec ce­lui du dau­phin, sym­bole d’une IIIE Ré­pu­blique triom­phante qui s’en­ra­cine dans la bour­geoi­sie mé­dié­vale. De­puis le Moyen Âge, le bla­son de Pa­ris s’orne d’une nef, sym­bole de la puis­sance de ses mar­chands, mais aus­si du bon gou­ver­ne­ment de l’état et de sa ca­pi­tale à tra­vers les tem­pêtes. Elles n’ont pas ces­sé avec l’élec­tion de son pre­mier maire au suf­frage uni­ver­sel, en 1977. Tou­te­fois, les en­jeux de Pa­ris ne sont plus dans la re­cherche d’un équi­libre avec le pou­voir cen­tral, mais avec les col­lec­ti­vi­tés dé­par­te­men­tales et ré­gio­nales ain­si que les ini­tia­tives ci­toyennes pour la ges­tion d’une mé­tro­pole qui ne concentre plus la ri­chesse na­tio­nale, qui cherche ses li­mites, et dont les pro­blèmes sont les mêmes qu’au Moyen Âge : pol­lu­tion, in­sé­cu­ri­té, em­bou­teillages, in­ci­visme, ter­ro­risme… JOËLLE CHE­VÉ u

LE FEU AUX POUDRES. Après son in­cen­die pen­dant la « se­maine san­glante » (21-27 mai 1871), l’hô­tel de Ville est re­cons­truit.

Le gou­ver­ne­ment des Pa­ri­siens. Pa­ris, ses ha­bi­tants, l’état, une his­toire par­ta­gée

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.