Android face au casse-tête des mises à jour

Android face au casse-tête des mises à jour Un mil­liard de mo­biles Android pri­vés de cor­rec­tifs de sé­cu­ri­té

Hors-Série 01 net - - SOMMAIRE -

Adieu Nou­gat, bon­jour Oreo ! Cha­quean­néeen oc­tobre, Google pré­sente la nou­velle ver­sion d’android. Un évé­ne­ment cé­lé­bré comme il se doit par une poi­gnée de geeks et de mé­dias spé­cia­li­sés, mais qui se heurte à une in­dif­fé­rence po­lie du grand pu­blic. quel contraste avec l’ ef­fer­ves­cence gé­né­rée par­la sor­tie des mises àjourd’ i os! La dif­fé­rences’ ex­plique ai­sé­ment. au-de­là du sen­ti­ment d’ at­tache ment qui lie les pos­ses­seurs d’ip­hone et d’ipad à la marque a pp le, il ap­pa­raît plus fa­cile de s’en­thou­sias­mer pour un sys­tème d’ ex­ploi­ta­tion dont on va pou­voir pro­fi­ter presque ins­tan­ta­né­ment sur son ap­pa­reil, plu­tôt que pour une mise à jour de L’OS que la plu­part des uti­li­sa­teurs de mo­biles Android ne ver­ront ja­mais sur leur té­lé­phone ou leur ta­blette !

Ins­tal­lé sur des ap­pa­reils di­vers en taille, prix et per­for­mances, L’OS de Google est en ef­fet con­fron­té à un phé- no­mène de mor­cel­le­ment unique. Les sta­tis­tiques pu­bliées en no­vembre der­nier par le géant de Moun­tain View in­diquent ain­si que treize mois après sa sor­tie, nou­gat (7.0 et 7.1) équipe à peine 21% des 2 mil­liards d’ap­pa­reils Android uti­li­sés à tra­vers le monde. Loin der­rière Marsh­mal­low (6.0) et ses 31% de parts de mar­ché et­lol­li­pop (5.0 et5.1),p résent sur 27,2% des ter­mi­naux Android. Plus éton­nant en­core, 14 % des uti­li­sa­teurs se contentent de KitKat (4.4), lan­cé en dé­cembre… 2013!

Mo­dèles ré­cents aux OS an­ciens. Une co­ha­bi­ta­tion de générations qui s’ ex­plique en par­tie par le conser­va­tisme des uti­li­sa­teurs qui re­chignent à se sé­pa­rer de leur vieux té­lé­phone. Mais pas uni­que­ment.

En consul­tant les fiches tech­niques des mo­biles ven­dus en bou­tique ou sur in­ter­net, on s’ aper­çoit que des mo­dèles neufs, et par­fois ré­cents, sont li­vrés avec une “vieille” ver­sion d’android. Pour­quoi ce drôle de choix de la part des fa­bri­cants qui privent leurs clients des der­nières fonc­tion­na­li­tés de l’ os? les ex­pli­ca­tions sont mul­tiples. Pour les pe­tits construc­teurs, il s’agit sou­vent de la vo­lon­té de ren­ta­bi­li­ser les coû­teux tra­vaux d’op­ti­mi­sa­tion et de per­son­na­li­sa­tion de la pla­te­forme Android. Adop­ter Nou­gat ou Oreo les obli­ge­rait à re­voir leur co­pie et à re­dé­ve­lop­per leur in­ter­face mai­son. L’autre ex­pli­ca­tion tient aux per­for­mances des té­lé­phones eux-mêmes. Les mo­dèles d’ en­trée de gamme ne sont pas tou­jours en me­sure de ré­pondre aux exi­gences de Nou­gat ou d’oreo.

Qu’un smart­phone bon mar­ché ou un peu an­cien reste blo­qué sur une an­cienne ver­sion d’android, cha­cun peut le com­prendre. mais que pen­ser quand le phé­no­mène touche des té­lé ph on es­pre­mium sor­tis il y a quelques se­maines à

peine? Les uti­li­sa­teurs de ces ap­pa­reils coû­teux doivent par­fois pa­tien­ter des mois, voire une an­née, avant de dis­po­ser d’une mise à jour vers la ver­sion la plus ré­cente d’android. Les mo­dèles ayant re­çu oreo se comptent sur les doigts des deux mains, trois mois après le dé­ploie­ment de la mise à jour par google(htc U11,o ne plus3/3t,goo­gl en ex us5x,6p et Pixel 1). Du cô­té d’acer, en re­vanche, la mi­gra­tion ne de­vrait pas in­ter­ve­nir avantl ami -2018, Sam­sung se con ten­tant d’ an­non­cer une mise à jour“im­mi­nente” pour les ga­laxys8/s 8+ et note 8. Deux mil­liards d’android et moi, et moi et

moi. Pour ces mo­dèles haut de gamme, le pro­blème ne pro­vient évi­dem­ment pas d’un dé­fi­cit de per­for­mance ou de ca­pa­ci­tés fi­nan­cières in­suf­fi­sant es pour dé­ve­lop­per la mise à jour. Ce re­tard est lié à la né­ces­si­té de re­voir en pro­fon­deur L’OS afin de l’adap­ter à l’in­ter­face mai­son, mais aus­si aux com­po­sants uti­li­sés, sou­vent conçus en in­terne (chez Sam­sung ou Hua­wei no­tam­ment) et né­ces­si­tant des pi­lotes op­ti­mi­sés. Car outre la co­exis­tence de di­verses ver­sions de L’OS, le monde Android doit aus­si com­po­ser avec des sur couches lo­gi­ciel les, qui viennent se gref­fer à l’en­vi­ron­ne­ment stan­dard dé fi­ni par goog le. Se­lon les construc­teurs, l’ in­ter­ven­tion se li­mite àl’ ajoutd’ a pp lis mai­son ou prend la forme d’un pro­fond re­ma­nie­ment. Pour un néo­phyte, il n’est pas tou­jours évident de re­con­naître Android der­rière les in­ter­faces de meizu, xi ao mi ou Ama­zon. Dé­pay­se­ment ga­ran­ti éga­le­ment sur cer­tains té­lé­phones im­por­tés de Chine et pro­po­sés par des dis­tri­bu­teurs spé­cia­li­sés (Aliex­press ou Gear­best par exemple), où le Play Store et les ap­plis de Google laissent place à un ma­ga­sin ap­pli­ca­tif et des ou­tils propres au fa­bri­cant !

Le mor­cel­le­ment d’android nuit gra­ve­ment à la sé­cu­ri­té. s’ il est frus­trant de ne pas pou­voir pro­fi­ter d’oreo sur son té­lé­phone, le manque d’ ho­mo­gé­néi­té du parc an droi­dimp acte en prio­ri­té la fia­bi­li­té du sys­tème. une étude me­née par un ana­lyste de Mi­cro­soft in­dique que, faute de mise à jour, un mil­liard d’ap­pa­reils Android par­mi les plus an­ciens se­raient ob­so­lètes, Google ne pu­bliant plus de cor­rec­tifs de sé­cu­ri­té pour les ver­sions Lol­li­pop et an­té­rieures !

Après Nou­gat, c’est au tour d’oreo d’équi­per les mo­biles Android. Du moins cer­tains d’entre eux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.