Les smart­phones vont-ils rem­pla­cer nos or­di­na­teurs ?

Les smart­phones vont-ils rem­pla­cer nos or­di­na­teurs ?

Hors-Série 01 net - - SOMMAIRE -

Il ne manque aux mo­biles qu’un cla­vier et une sou­ris !

L’heure est à la conver­gence. Puisque nous pen­sons, consom­mons, échan­geons, par­ta­geons et vi­vons mo­bile, que nos in­ter­ac­tions (y com­pris au sein du cercle fa­mi­lial) passent lar­ge­ment par In­ter­net, nous avons be­soin d’ avoir sous la main nos don­nées et nos ou­tils. Et pour ce­la, quoi de mieux que le smart­phone que nous em­por­tons par­tout avec nous? si ce com­pa­gnon du quo­ti­dien rem­place dé­jà pour les jeunes générations la té­lé­vi­sion, le lec­teurdvd et la chaîne hi-fi, il pèche en­core dans un do­maine : le tra­vail. Il est bien sûr pos­sible d’ or­ga­ni­ser son em­ploi du temps ou d’ écrire des mails à par­tir d’un té­lé­phone. pour ce qui est der édi­ger­desr ap­ports, d’ édi­ter des fac­tures, de gé­rer un pro­jet ou un bud­get, l’ or­di­na­teur conserve un net avan­tage grâce à son grand écran et à la pré­sence d’un vrai cla­vier.

Des PC rin­gar­di­sés. Mais pour com­bien de temps ? Car les ap­pli­ca­tions existent dé­jà. la ver­sion mo­bile de la suite of­fice est ain­si gra­tuite et do­tée d’une er­go­no­mie pen­sée pour les écrans tac­tiles, bien moins aus­tère que celle del’ é dit ion­win­dows­deW or detd’ ex cel. De la même fa­çon, les ou­tils bu­reau­tiques dé­ve­lop­pés par Google ont droit à des dé­cli­nai­sons Android tout à fait convain­cantes. Il manque fi­na­le­ment peu de choses aux té­lé­phones pour de­ve­nir une arme de pro­duc­ti­vi­té mas­sive et rin­gar­di­ser pour de bon les PC.

Même si les tech­no­lo­gies tac­tiles ont bou­le­ver­sé nos usages, force est de l’ ad­mettre: sans cla­vier et sans sou­ris, il reste as­sez dif­fi­cile d’ être pro­duc­tif. as­su­rer la sai­sie d’ im­por­tants vo­lumes de texte à l’ aide du cla­vier vir­tuel d’ un smart phone ou d’ une ta­blette, quelles que soient ses qua­li­tés,

sa flui­di­té, et son efficacité, de­meure un vrai dé­fi. Quant aux tech­no­lo­gies de re­con­nais­sance et de dic­tée vo­cale s in­té­grées à An droid,el les manquent en­core de fia­bi­li­té pour se sub­sti­tuer à la frappe dac­ty­lo­gra­phique et faire ou­blier l’ab­sence de cla­vier et de pé­ri­phé­rique de poin­tage (sou­ris ou track­pad).

Des mo­biles aug­men­tés. Forts­de­ce­cons­tat, les cons­truc­teur sont ima­gi­né dif­fé­rentes so­lu­tions. Sam­sung a do­té par exemple sa pha­blette Ga­laxy Note 8 (un géant équi­pé d’ un écran de 6,3 pouces) d’ un st ylet. ce­lui-ci sert à des­si­ner à l’ écran, mais éga­le­ment à sai­sir des textes ma­nus­crits, dé­chif­frés puis trans­for­més en don­nées nu­mé­riques par une sé­rie d’ al­go­rithmes. Les a ms ung­ga­laxy­note8s’ ac­com­pagne du dock DEX, dé­voi­lé avec les Ga­laxy S8 et S8+, les deux autres smart­phones XL du cons­truc­teur co­réen. Une fois po­sés sur ce socle in­tel­li­gent et ce der­nier re­lié à un té­lé­vi­seur ou à un mo­ni­teur in­for­ma­tique à l’aide d’un câble HDMI, les mo­biles se trans­forment en or­di­na­teurs à part en­tière, ou presque.

La sta­tion d’ac­cueil fait of­fice de char­geur et in­tègre toute la con­nec­tique in­dis­pen­sable à un usage bu­reau­tique: Ether­net,hd mi et usb. mieux en­core, l’écran d’ac­cueil d’android laisse place à un bu­reau digne dew in dows et à des ap­pli­ca­tions spé­cia­le­ment adap­té es pour ce nou­vel en­vi­ron­ne­ment. Connec­tez un cla­vier et une sou­ris et vous ob­te­nez un or­di­na­teur d’ap­point.

La so­lu­tion DEX s’ins­pire du dis­po­si­tif Dis­play Dock, dé­ve­lop­pé par Mi cr osoftp ourles mo­dèles lu mi a 950 et 950 XL sous Windows Mo­bile. Un autre fa­bri­cant s’est en­ga­gé sur la voie de la conver­gence m obi le-pc, sous une forme quelque peu dif­fé­rente, puisque le mode bu­reau du hua­wei mate 10 pro se passe de sta­tion d’ac­cueil. Le bas­cu­le­ment vers l’in­ter­face de pro­duc­ti­vi­té s’opère dès que le mo­bile est re­lié à un écran ex­terne.

Re­pen­ser l’ex­pé­rience uti­li­sa­teur. Les écrans ont beau gran­dir, les pro­ces­seurs mo­biles de­ve­nir aus­si puis­sants que les puces In­tel de nos PC, il reste un obs­tacle à fran­chir pour que les té­lé­phones s’im­posent comme les or­di­na­teurs de de­main. Ce­lui-ci tient à Android lui-même, peu adap­té à ce type d’usage. Google en est d’ailleurs conscient, sans quoi il n’ au­rait pas dé­ve­lop­pé ch rome os pour at­ta­quer le mar­ché des ul­tra por­tables! Pour re­trou­ver une ex­pé­rience proche dew in dows ou de mac os, il faut s’ ap­puyer sur des ap pli­ca­tions tierces telles que Sent io Desk

top( bit.do/dt­flm) ou Le en aD esk top ( bit.do/dt­fls). Toutes deux pro posent un mode mul­ti­fe­nêtre bien plus pro­pice à la pro­duc­ti­vi­té que le dis­po­si­tif na­tif d’android. Si Apple a consen­ti des ef­forts pour in­té­grer le mul­ti­tâche au sein d’ios 11, Google a en­core un long che­min à par­cou­rir dans ce do­maine. les avan­cé es vien­dront très pro­ba­ble­ment des construc­teurs de smart phones et de pé­ri­phé­riques. La so­lu­tion la plus évi­dente passe en ef­fet par la con­cep­tion de sta­tions d’ac­cueil uni­ver­selles qui ser­vi­ront de pas­se­relles entre le té­lé­phone ou la ta­blette, l’écran, les dis­po­si­tifs de poin­tage et les pé­ri­phé­riques de sto­ckage. Dans un monde idéal, il n’y au­rait même pas be­soin de câbles, ce pe­tit monde dia­lo­guant sans fil, en Wi­fi ou en Blue­tooth.

Les smart­phones haut de gamme sont aus­si puis­sants que cer­tains or­di­na­teurs por­tables.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.