Vi­rus, mal­wares, ran­som­wares : que ris­quez-vous ?

Hors-Série 01 net - - SOMMAIRE -

Apar­tir­du­mo­ment où vous uti­li­sez un pé­ri­phé­rique connec­té à un ré­seau, vous de­vez com­po­ser avec les risques liés aux vi­rus, mal­wares et autres ran­som­wares. Le constat vaut aus­si bien pour les en­tre­prises que pour les par­ti­cu­liers. Si les mo­ti­va­tions des pi­rates sont dif­fé­rentes (les don­nées et les se­crets des in­dus­triel sont une va­leur consi­dé­rable ), les mé­thodes uti­li­sées pour me­ner les at­taques res­tent les mêmes. ain­si ,en 2018, in­ter­nautes et so­cié­tés ont dû com­po­ser avec une vague der an­çon­gi ciels. aus­si ap­pe­lés ran­som­wares,c es lo­gi­ciels mal­veillants prennent en otage les don­nées en­re­gis­tré es sur les or­di­na­teurs et les ser­veurs. une fois cryp­tés, ces conte­nus de­viennent in­uti­li­sables sans la clé de chif­fre­ment que les au­teurs de ces at­taques pro posent de four­nir contre le paie­ment d’une ran­çon. De­puis 2015, les at­taques n’ont ces­sé de se mul­ti­plier (leur nombre au­rait aug­men­té de 752% sur la pé­riode) et de se per­fec­tion­ner. Il suf­fit de se re­mé­mo­rerl’ é pis ode­wann ac ry, un ran­somw are qui a af­fec­té l’ an der­nier plusieurs en­tre­prises ma­jeur es du C ac 40, pour­tant sé­rieu­se­ment ar­mées en ma­tière de sé­cu­ri­té in­for­ma­tique.

Si les géants peuvent se faire pié­ger mal­gré leurs équipes dé­diées et leurs ma­té­riel set in­fra­struc­tures haut de gamme, un in­ter­naute iso­lé au­ra bien du ma là pas­ser entre les gouttes! Se­lon une étude réa­li­sée parle ca­bi­net amé­ri­cain van son bourne pour le compte des en­ti­ne­lo ne et pu­bliée au mois de juin, les at­taques des ran­çon­gi­ciels se pro­pagent de plus en plus ra­pi­de­ment et à plus grande échelle. Si ces me­naces gagnent

Le phi­shing avec ses pièges par­fois gros­siers conti­nue de frap­per fort

en vi­ru­lence, elles semblent tou­te­fois se faire un peu moins nom­breuses. À en ju­ger les chiffres pu­bliés par le dis­po­si­tif Cy­ber­mal­veillance.gouv.fr, les ran­çon­gi­ciels re­pré­sen­taient à peine 10 % des dé­cla­ra­tions en­re­gis­trées sur la pla­te­forme gou­ver­ne­men­tale du­rant les pre­miers mois de l’an­née 2018, contre de 30 % à 50 % en 2017. Gare aux ap­plis mo­biles ! En jan­vier 2018, à l’oc­ca­sion du FIC (Fo­rum In­ter­na­tio­nal­de­la­cy­ber­sé­cu­ri­té),sy­man­te­cré­vé­lait que plus de 19 mil­lions de Fran­çais, c’est-à-dire 42 % de la po­pu­la­tion fran­çaise connec­tée, au­rait su­bi les as­sauts d’un cy­ber­cri­mi­nel sous une forme ou sou­su­neautre.sans­sur­prise,le­phi­shing conti­nue de fi­gu­rer en tête du palmarès des at­taques les plus cou­rantes. Vous re­ce­vez sans doute ré­gu­liè­re­ment ces mails­sup­po­sé­sé­ma­ner­de­vo­tre­banque, du­tré­sor­pu­bli­cou­de­vo­tre­faiet­vous en­joi­gnant­de­cor­ri­ger­vo­sin­fos­per­son­nelles pour dé­blo­quer votre compte ou ac­ti­ve­run­rem­bour­se­ment.au­dé­but­du mois de juin, un faux mes­sage de rem- bour­se­ment de l’as­su­rance Maladie a ain­si été en­voyé à des mil­liers de Fran­çais.se­lo­nu­neé­tu­de­de­gran­deam­pleur réa­li­sée par NORDVPN, si 94 % des uti­li­sa­teurs in­ter­ro­gés af­firment ne ja­mais don­ner suite à ce type de de­mandes, il s’avère qu’en pra­tique 45 % d’entre eux le font quand même.

Votre or­di­na­teur n’est plus la seule cible des vi­rus et des at­taques. Les smart­phones sont aus­si me­na­cés. 3 500 000 nouveaux pro­grammes mal­veillants vi­sant An­droid ont été iden­ti­fié­sen2017:ran­som­wares,ad­wares(qui af­fichent des pu­bli­ci­tés in­dé­si­rables), spy­wares (qui vous es­pionnent). Le plus in­quié­tant est que nombre de ces me­naces pro­viennent de la bou­tique ap­pli­ca­tive of­fi­cielle d’an­droid ! Un constat qui a pous­sé Google à mus­cler les dis­po­si­tifs de contrôle des ap­pli­ca­tions dis­tri­buées sur le Play Store.

Ça n’ar­rive pas qu’aux autres : près d’un uti­li­sa­teur sur deux au­rait dé­jà été vic­time d’une cyberattaque.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.