L'os­téo­pa­thie et la so­phro­lo­gie, autres pistes de pré­ven­tion des ma­la­dies pro­fes­sion­nelles

Informations Entreprise - - STRATÉGIE -

Le 28 avril der­nier, à l’oc­ca­sion de sa dixième édi­tion, la Jour­née mon­diale de la san­té et de la sé­cu­ri­té au tra­vail a fait de « La pré­ven­tion des ma­la­dies pro­fes­sion­nelles » sa thé­ma­tique cen­trale. L’oc­ca­sion pour cer­taines or­ga­ni­sa­tions de la sphère pa­ra­mé­di­cale de mettre en lu­mière la contri­bu­tion de leurs spé­cia­li­tés dans le do­maine. L’Union Fé­dé­rale des Os­téo­pathes de France s’est ain­si mo­bi­li­sée pour rap­pe­ler com­bien l’Os­téo­pa­thie s’avère une pra­tique per­met­tant de pré­ve­nir et soi­gner les pa­tho­lo­gies liées aux condi­tions de tra­vail et au stress. Et l’as­so­cia­tion (re­con­nue re­pré­sen­ta­tive par le Mi­nis­tère de la San­té en juillet 2003) de sou­li­gner le ca­rac­tère pré­ven­tif et cu­ra­tif de cette ap­proche thé­ra­peu­tique ma­nuelle qui s’em­ploie à dé­ter­mi­ner et à trai­ter les res­tric­tions de mobilité pou­vant af­fec­ter l’en­semble des struc­tures com­po­sant le corps hu­main. Une mé­thode axée sur la consi­dé­ra­tion de l’en­semble du corps et non uni­que­ment le symp­tôme, dont les tests pal­pa­toires spé­ci­fiques lui per­mettent de lo­ca­li­ser pré­ci­sé­ment les zones pré­sen­tant des res­tric­tions de mou­ve­ments sus­cep­tibles d’al­té­rer l’état de san­té. Dans la même veine, la Chambre Syn­di­cale de la So­phro­lo­gie a mis l’ac­cent sur l’ef­fi­ca­ci­té des tech­niques et des exer­cices de cette mé­thode de dé­ve­lop­pe­ment per­son­nel éla­bo­rée en 1960 par le mé­de­cin neu­ro­psy­chiatre co­lom­bien Al­fon­so Cay­ce­do sur le plan de la pré­ven­tion du stress et, plus glo­ba­le­ment des RPS. Une mé­thode qui ap­prend à se dé­tendre tant phy­si­que­ment que mo­ra­le­ment, à re­pé­rer les ten­sions phy­siques et psy­cho­lo­giques ré­sul­tant du stress afin de s’en li­bé­rer, à éva­cuer les élé­ments né­ga­tifs, à dé­ve­lop­per la confiance et l’af­fir­ma­tion de soi, à être à l’écoute de soi mais aus­si des autres et de son en­vi­ron­ne­ment, à op­ti­mi­ser sa com­mu­ni­ca­tion en fa­vo­ri­sant l’har­mo­nie et l’équi­libre. Aux dires de Ca­the­rine Aliot­ta, la Pré­si­dente de cette Chambre Syn­di­cale, la so­phro­lo­gie semble ral­lier les suf­frages des en­tre­prises « puisque un nombre crois­sant d’entre elles pro­posent des cours de so­phro­lo­gie en groupe à l’heure de la pause dé­jeu­ner. Une fa­çon pour le groupe de ren­for­cer la co­hé­sion et le sen­ti­ment d’ap­par­te­nance à une équipe ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.