Jean Paul, monstre sa­cré

Der­nière créa­tion du cé­lèbre cou­tu­rier Jean Paul Gaul­tier, le Fa­shion Freak Show cé­lèbre le droit à la dif­fé­rence avec une drô­le­rie mor­dante. Le freak, c’est chic, et po­pu­laire aus­si !

Infrarouge - - Sortir - Par Ju­dith Spi­no­za

Sa­cré Jean Paul ! Les an­nées ont pas­sé et tu n’as pas chan­gé. Ma­ri­nière ou pas, tu restes le freak de tes dé­buts, ce « jeune qui re­fuse les va­leurs de la so­cié­té bour­geoise ». Le mec­ton dé­ca­lé, le gars à l’es­prit in­dé­pen­dant et ex­tra­va­gant. Un Ma­ve­rik qui ne s’est pas confor­mé aux codes conven­tion­nels dès l’en­fance. Car non, tu n’es plus cette « fille man­quée » de la cour d’école, dans le dos de la­quelle l’ins­ti­tu­trice avait épin­glé ton jo­li des­sin de sil­houettes tout en strass et en bi­joux pour te pu­nir de ton in­at­ten­tion. La vi­laine ! Bé­nies soient ces femmes de pa­pier aux mille ver­tus qui ont pré­si­dé à ton des­tin : de­puis ce jour-là, Jean Paul est de­ve­nu un hé­ros par­mi ses ca­ma­rades de classe. Quelques dé­cen­nies plus tard, Gaul­tier est de­ve­nu le nôtre, en tout cas le mien, et ce­lui d’une gé­né­ra­tion d’amou­reux d’une mode à la fois poin­tue – qui an­nonce le gen­der fluid – et po­pu­laire – in­car­née. Tu as rayon­né à la fa­çon d’un gey­ser ter­rible, trans­cen­dant les fron­tières scan­da­leu­se­ment her­mé­tiques de ce sé­rail : up­side down les codes de la rue, la ma­ri­nière, les seins co­niques, le mas­cu­lin-fé­mi­nin. Tu es le sha­ker ré­vo­lu­tion­naire du freak à la fran­çaise. Cet an­gli­cisme a col­lé à ton exis­tence im­per­ti­nente, à tes choix au­da­cieux. C’est un freak so chic, une étran­ge­té que tu dis­tords, que tu em­bel­lis, que tu fais tienne et, pas avare, à la­quelle tu donnes vie sur la scène des Fo­lies Ber­gères, dans cette re­vue en double F : Fa­shion Freak Show. A Real

man show... Une din­gue­rie pro­téi­forme dont le fil rouge est « l’his­toire de ta vie ». Un spec­tacle to­tal avec danse, mu­sique, vi­déo et cho­ré­gra­phie, dans le­quel se suc­cèdent les ta­bleaux. 50 ans de culture pop, de Pa­ris à Londres, de pièces cultes et autres in­vi­tés sur­prise (Con­chi­ta Wurst, Ros­sy de Pal­ma, Ca­the­rine Rin­ger et Ca­the­rine De­neuve). Les filles en bas ré­sille et strass qui s’étaient coin­cées dans ta ré­tine d’en­fant, celles-là même qui te va­lurent l’op­probre de ta maî­tresse, pif paf, tu nous les offres sur un pla­teau. En­trée, plat, des­sert : « ou­la­la, it’s ca­ba­ret ! » Voi­ci un dé­fi­lé (dé)cu­lot­té et joyeux, mâ­ti­né de créa­tures ex­cen­triques, de beaux monstres, d’ex­pé­riences ra­tées et ma­gni­fiques. J’es­père seule­ment, Jean Paul, que tu as in­vi­té ta vieille ins­ti­tu­trice à cette re­vue d’en­fant ter­rible.

De­puis le 2 oc­tobre 2018 aux Fo­lies Ber­gères, 32, rue Ri­cher, 75009 Pa­ris. fo­lies­ber­gere.com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.