Da­vid Mal­lett

Pour des che­veux res­plen­dis­sants, Da­vid Mal­lett est l’homme qu’il vous faut, ce­lui qui em­bel­lit les filles, les connecte d’un coup de ci­seaux à leur sexy fluid. De Pa­ris à New York, au­cun coif­feur n’éveille au­tant la fé­mi­ni­té.

Infrarouge - - Édito - Par Ca­the­rine Jazd­zews­ki

Un Aus­tra­lien à Pa­ris

Da­vid Mal­lett a conser­vé de ses ori­gines aus­tra­liennes un ac­cent aus­si chan­tant que char­mant. Il de­vient pa­ri­sien à 27 ans quand il ren­contre Jean-Bap­tiste Mon­di­no, le pho­to­graphe de Ma­don­na et Björk, qui lui ouvre les portes des shoo­tings et des backs­tages de mode. Son coup de ci­seaux, qui mixe na­tu­rel et gla­mour, ex­plose im­mé­dia­te­ment et, de­puis 20 ans, le monde en­tier lui confie sa tête, de Diane Kru­ger à Eva Green, de Ju­lianne Moore à Liv Ty­ler, en pas­sant par vous et moi…

La Mal­lett Con­nec­tion

Il a été le pre­mier à ima­gi­ner un sa­lon dans un ap­par­te­ment et, quand il l’a ou­vert, beau­coup n’y ont pas cru. Ré­sul­tat ? Tous le co­pient au­jourd’hui. Au deuxième étage d’un im­meuble du IIe ar­ron­dis­se­ment, cet im­mense ap­par­te­ment est un vrai sa­lon de coif­fure où l’on peut se faire cou­per, coif­fer, co­lo­rer les che­veux. Ici, tout le monde se croise, se parle. « Une jour­na­liste amé­ri­caine m’a dit qu’elle y re­trou­vait l’es­prit du Stu­dio 54. » Pas de coif­feurs stars, mais un es­prit d’équipe, une « fa­mille » jeune, bran­chée et cos­mo­po­lite. Étienne, Louis, Gior­gio et les autres… on les aime tous et on les ren­contre aus­si bien rue Notre-Dame-des Vic­toires qu’au Ritz, où Da­vid et son équipe a dé­po­sé une par­tie de ses ba­gages l’an der­nier. Quelques élé­ments de sa fi­dèle troupe viennent éga­le­ment de tra­ver­ser l’At­lan­tique. Le troi­sième sa­lon Da­vid Mal­lett a en ef­fet ou­vert ses portes dans le quar­tier de SoHo, à New York, au cin­quième étage de The Webs­ter, le nou­veau et chic concept store créé par Maud Hé­riard Du­breuil. Un sa­lon 100 % fren­chie, pour le­quel il a choi­si un mo­bi­lier en par­tie chi­né aux puces et en par­tie créé sur me­sure par des ar­ti­sans d’art tels que Fran­çois Poue­nat.

Ren­dez-vous

Qui vient chez lui ? Toutes celles qui savent po­ser un re­gard juste sur elles-mêmes, car, pour Da­vid Mal­lett, les che­veux sont le pro­lon­ge­ment de la per­son­na­li­té. « Mes clientes ne gobent pas les ten­dances. Elles at­tendent de leur coif­feur de la bien­veillance, avec un bon coup de ci­seaux. » Son style ? Le na­tu­rel twis­té de gla­mour. « Ce­la ne sert à rien d’avoir un style ex­tra­or­di­naire s’il ne dure que le temps d’une pho­to. Il faut que les filles qui viennent chez moi res­plen­dissent dans la rue, avec leur amou­reux. Elles doivent avoir de beaux che­veux même si je ne suis pas à cô­té d’elles. » D’où la gamme de sham­poings et de soins vé­gans qu’il a lan­cée rien que pour nous.

14, rue Notre-Dame-des Vic­toires, 75002 Pa­ris. Tél. : 01 40 20 00 23.

Ritz Pa­ris, 15, place Ven­dôme, 75001 Pa­ris. Tél. : 01 43 16 30 60.

À l’au­tomne 2018, Da­vid Mal­lett a ou­vert son troi­sième sa­lon au cin­quième étage du concept store new-yor­kais The Webs­ter à SoHo.

da­vid-mal­lett.com

Je prends très au sé­rieux la confiance que mes clients placent dans mes mains.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.