IM­PÔTS : DE­VE­NIR AT­TRAC­TIF

Intérêts Privés - - NEWS - Serge Flo­ren­tin Ré­dac­teur en chef

Comme chaque an­née à pa­reille époque, vous êtes nom­breux à pes­ter sur votre feuille d’im­pôt qui de­vient trop écra­sante … D’au­tant plus que cer­tains ne paient rien ou presque et que d’autres, plus riches et puis­sants, vont faire une belle éco­no­mie l’an pro­chain après la ré­forme de l’ISF qui ne concer­ne­rait plus que l’im­mo­bi­lier. Un sen­ti­ment désa­gréable s’ins­talle : ce­lui d’être rat­tra­pé par l’im­pôt à chaque fois que vous pen­siez avoir ga­gné plus… Alors, est-ce que ce­la vaut la peine de tra­vailler au­tant, pour n’en gar­der qu’une par­tie ? Par­fois moins de la moi­tié du gain, une fois toutes les co­ti­sa­tions payées ! Car, peu à peu, la CSG et ses sa­tel­lites de­viennent un « im­pôt bis » avec un taux fixe jus­qu’à 17,2% en 2018 !

Notre fis­ca­li­té (celle des re­ve­nus, mais aus­si les taxes fon­cières : en hausse de 14% entre 2011 et 2016) conti­nue d’as­som­mer nombre de Fran­çais en­tre­pre­nants. Même si les cé­lé­bri­tés qui s’ex­pa­trient ne sont pas for­cé­ment à plaindre (Florent Pa­gny, der­nière ve­dette en date à par­tir, a an­non­cé son ins­tal­la­tion au Por­tu­gal) il faut quand même s’in­ter­ro­ger, sans idéo­lo­gie, sur les ef­fets dé­cou­ra­geants d’im­pôts qui, sans pou­voir ré­gler les pro­blèmes so­ciaux du pays, cherchent par­fois à pu­nir la ri­chesse, au nom de la ré­duc­tion des in­éga­li­tés, plu­tôt qu’à l’at­ti­rer. Ce­la ne de­vrait pas être tou­jours les mêmes « vaches-à-lait fis­cales » (cadres su­pé­rieurs, en­tre­pre­neurs, pro­fes­sions li­bé­rales, pro­prié­taires…) que l’im­pôt cible pour bou­cler les comptes pu­blics. Comme pour la pêche, il ne faut pas épui­ser la ressource ! Si­non, la mon­dia­li­sa­tion et la libre cir­cu­la­tion en Eu­rope pour­raient fi­nir par don­ner des en­vies de fuite à da­van­tage d’entre nous. Dans un autre do­maine, on en voit l’illustration avec le dé­ve­lop­pe­ment de l’as­su­rance-vie au Luxem­bourg (voir p. 43) ac­cen­tué de­puis la loi Sa­pin II et lors de l’élec­tion pré­si­den­tielle, un temps porteuse de craintes éco­no­miques.

Avec l’im­pôt sur le re­ve­nu, pour échap­per au poids d’une fis­ca­li­té qui ne s’al­lège tou­jours pas sur les mé­nages qui paient dé­jà le plus, il reste la sou­pape des in­ves­tis­se­ments de dé­fis­ca­li­sa­tion (voir dos­sier p.30). Mais ce­la ne suf­fi­ra pas tou­jours à dis­sua­der cer­tains d’al­ler vivre ailleurs pour y tra­vailler à dis­tance (via in­ter­net) ou par­tir en re­traite. Dans un monde ou­vert où la concur­rence s’am­pli­fie, les Etats doivent aus­si de­ve­nir at­trac­tifs fis­ca­le­ment pour em­pê­cher l’exil de leurs « meilleurs contri­buables », sol­li­ci­tés par des pays voi­sins plus gé­né­reux avec eux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.