MON BEAU SA­PIN DE NOËL

QU’IL SOIT NA­TU­REL OU AR­TI­FI­CIEL, LE SA­PIN DE NOËL EST LA STAR DES FÊTES DE FIN D’AN­NÉE. COMME TOUS LES ANS, EN CETTE PÉ­RIODE, SE POSE LA QUES­TION DE SON ACHAT.

Intérêts Privés - - SOMMAIRE - ISA­BELLE GALLAY

En 2016, près d’un foyer sur quatre a ache­té un sa­pin pour cé­lé­brer Noël (1). Alors, quelle va­rié­té de sa­pin choi­sir ? Cou­pé ou en pot ? Et qu’en faire, une fois les fêtes pas­sées ?

AR­TI­FI­CIEL OU NA­TU­REL ?

Le sa­pin de nos fo­rêts a en­core lar­ge­ment la côte : En 2016, 85 % des foyers ont fait le choix du na­tu­rel contre 15 % pour l’ar­ti­fi­ciel. De­puis plu­sieurs an­nées, le Nord­mann a dé­trô­né l’épi­céa (2), du fait qu’il conserve ses ai­guilles beau­coup plus long­temps et qu’il pique moins les mains des en­fants. Un ar­gu­ment qui fait ou­blier son prix (en moyenne 27,60 €), un peu plus éle­vé que ce­lui de l’épi­céa (20,20 €). Les adeptes de la tra­di­tion pré­fé­re­ront plu­tôt l’épi­céa dont le par­fum em­baume la pièce d’une bonne odeur de sève.

Afin de vous as­su­rer de la fraî­cheur de l’arbre, de­man­dez quand il a été cou­pé (jus­qu’à un mois avant, il reste frais) et (sur­tout pour un épi­céa) se­couez le lé­gè­re­ment pour voir si les ai­guilles tombent fa­ci­le­ment. Une fois chez vous, afin de le conser­ver au mieux de sa forme plus long­temps, évi­tez de le pla­cer trop près des sources de cha­leur (ra­dia­teurs, che­mi­née, …).

Pour ceux qui craignent que leur achat ne contri­bue au dé­boi­se­ment des fo­rêts, l’As­so­cia­tion fran­çaise du sa­pin de Noël na­tu­rel (www.af­snn.fr) rap­pelle que « con­trai­re­ment à cer­taines idées re­çues, les sa­pins de Noël sont is­sus de plan­ta­tions spé­ci­fiques et ne sont donc pas cou­pés en fo­rêt ». Bien qu’il soit réuti­li­sable, le sa­pin ar­ti­fi­ciel n’est pas idéal car il est fa­bri­qué à par­tir de dé­ri­vés du pé­trole. En outre, non bio­dé­gra­dable, il reste dif­fi­cile à re­cy­cler. D’après l’Af­snn, « il fau­drait le conser­ver 20 ans pour que son im­pact sur la pla­nète soit plus fa­vo­rable que le [sa­pin] na­tu­rel »; ce qui est loin d’être le cas, un sa­pin ar­ti­fi­ciel ayant une du­rée de vie moyenne de 3 ans.

COU­PÉ OU EN POT ?

La plu­part des sa­pins na­tu­rels sont ache­tés cou­pés, fixés sur des bûches, des croi­sillons, des ron­delles ; plus pra­tique (et moins cher), sur­tout quand on ha­bite dans un ap­par­te­ment.

En pot, l’arbre gar­de­ra ses ai­guilles plus long­temps (par­ti­cu­liè­re­ment in­té­res­sant pour les épi­céas) et pour­ra être re­plan­té après les fêtes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.