FE­NÊTRE SUR COUR : NO­TAIRE : UN DE­VOIR DE CONSEIL ÉTEN­DU

CONSEILLER SON CLIENT, MÊME SUR DES ÉVI­DENCES, TELLE EST L’OBLI­GA­TION DU NO­TAIRE.

Intérêts Privés - - SOMMAIRE - (1) 1ère civ. 3 mai 2018 - n° 16-20.419

Au­dé­part­la­vo­lon­téd’AlainX était­la­bonne.At­tei­gnan­tu­nâge cer­tain,il­sou­hai­tait­met­tre­del’or­dre­dans­se­saf­faires.N’ayant qu’un­pa­tri­moi­ne­mo­deste,il­se­dé­ci­da­pou­ru­ne­ven­teen­via­ger de­son­lo­ge­men­tet­trou­vau­nac­qué­reu­rin­té­res­sé.Les­né­go­cia­tions­ne­traî­nè­rent­pa­se­tun­no­tai­re­fut­char­gé­de­ré­di­gerl’acte. Unac­te­re­la­ti­ve­ment­clas­sique,Alain,ès­qua­li­tés­de­ven­deur de­ve­nait­cré­di­ren­tie­ret­se­ré­ser­vai­tun­droitd’usa­geetd’ha­bi­ta­tion­sur­le­lo­ge­ment jus­qu’j la fin de sa vie ou du moins tant qu’il se­rait en ca­pa­ci­té d’\ ha­bi­ter.Tout­sem­blait­bie­netA­lains’ap­prê­tai­tà­vi­vre­de­ses­rentes. Jus­qu’au­jou­roù(peut-êtreen­li­sant nté­rê ts pri­vés ?)ilap­prits­tu­pé­fait­quele mé­ca­nis­me­ha­bi­tueld’une­ven­teen­via­ger­pré­voi­tun­bou­quet,c’est-à-di­reune som­me­ver­séeen­ca­pi­ta­lau­jour­de­la­vente,en­plus­donc­des­ren­tes­fu­tures. Le no­taire contac­té j nou­veau confir­ma bien qu’un bou­quet était ha­bi­tuel le­ment­pré­vu­dan­su­ne­ven­teen­via­ger,mais­qu’enl’es­pè­cei­la­vait­pen­sé qu’Alai­net­so­na­che­teu­re­na­vaient­dis­cu­tée­na­mon­tet­qu’il­sa­vaient­dé­ci­dé de­ne­pa­sa­voir­re­coursà­cet­te­pra­tique,qui,enef­fet,n’ariend’obli­ga­toire.

LE NO­TAIRE DOIT SUPPLÉER AUX ÉVEN­TUELLES LA­CUNES DE SES CLIENTS. À DÉ­FAUT, IL MANQUE À SON DE­VOIR DE CONSEIL

Frus­tré,Alains’es­tré­si­gnéà­pour­sui­vre­son­no­tai­reen­jus­ti­ceen­lui­re­pro­chant­de­ne­pasl’avoi­rin­for­mé­de­tous­ses­droit­setd’avoir­dès­lors­man­qué àson­de­voir­de­con­seil.La­courd’ap­pel­deBor­deaux­va­re­je­ter­ce­re­cour­sen es­ti­mantque« la pos­si­bi­li­té de sti­pu­ler un bouq uet est connue de tous et ue le no­taire avait pu lég itim em ent consi­dé­rer ue les par­ties en avaient dis­cu­té et avaient dé­ci­dé de ne pas en pré­voir, les oda­li­tés de la vente étant leur af­faire » .En­clair,cha­cu­nest­sup­po­sé­con­naî­tre­tou­tes­les­com­po­san­tesd’une­ven­teen­via­ger.Pas­si­sûr…

Cdearc­caess­cah­tieom­nin­qeu­mi reen­ti­teinntt,el­blieecn­tuàell’nin’av­pe­rasse,,duun­teou­fat,uét­teép­druof­geo­sûs­tiod­nen­leallCeo­duur no­tai­re­par­man­que­men­tà­son­de­voir­de­con­seil(1).Cer­tesA­lainn’a pa­sé­té­bien­fu­té,mai­sun­no­tai­reest­jus­te­ment­là­pour­sup­plée­raux éven­tuel­les­la­cu­nes­de­ses­clients.La­pos­si­bi­li­téd’un­bou­quet­peut sem­ble­ru­neé­vi­den­ce­mais… tou­tes­le­sé­vi­den­ces­sont­bon­nesà­dire!

LE NO­TAIRE DOIT ÉCLAI­RER SON CLIENT, MÊME SUR CE QUI SEMBLE ÉVIDENT

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.