YAEL MER ET SHAY AL­KA­LAY RAW EDGES N° 160

Intramuros - - LA PAROLE AUX DESIGNERS - Yaël Mer

Pe­tite, j’ai­mais beau­coup jouer avec les com­pas. J’étais in­tri­guée par leur forme gra­cieuse telle une dan­seuse ain­si que par leurs mou­ve­ments. Avant de com­men­cer ma li­cence à Jérusalem, j’ai ache­té un com­pas Staedt­ler “comme il faut”. À ma grande sur­prise, j’ai dé­cou­vert que le com­pas me pro­cu­rait la même sen­sa­tion que j’avais eue, en­fant, mais cette fois, je pou­vais l’uti­li­ser pour des­si­ner mes idées, réa­li­ser des ma­quettes et créer des fi­gures géo­mé­triques. Plus tard, lorsque j’ai dé­ve­lop­pé un grand in­té­rêt pour les courbes pliables, j’ai rem­pla­cé la mine en gra­phite par un bout acé­ré pour la sca­ri­fi­ca­tion. J’ai dû aus­si bri­co­ler mon propre com­pas géant quand j’avais be­soin de tra­cer un grand rayon. Ces com­pas de for­tune n’étaient pas aus­si élé­gants que mon Staedt­ler mais ils avaient du charme. Mal­heu­reu­se­ment, ces der­nières an­nées, le Staedt­ler est res­té dans l’obs­cu­ri­té du ti­roir de mon bu­reau car je n’uti­lise que des pro­grammes in­for­ma­tiques pour créer des des­sins pré­cis. Mer­ci de m’avoir in­ci­té à le res­sor­tir. Je suis sûr qu’il est très ho­no­ré d’avoir été pho­to­gra­phié…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.