Piraterie ma­ri­time et en­jeux géos­tra­té­giques

Ma­ri­time piracy and geos­tra­te­gic stakes (1)

Investir en Europe - - Sommaire | Contents - Vi­viane du Cas­tel, ISEG­ISERAM, ISMEA, Pa­ris, avril 2015.

La piraterie ma­ri­time a connu, ces der­nières an­nées, une évo­lu­tion qui la place par­mi les fac­teurs de ten­sions pré­oc­cu­pants sur la scène in­ter­na­tio­nale et de l’in­ca­pa­ci­té éta­tique à as­su­rer le contrôle des eaux ter­ri­to­riales (les dé­troits et les golfes)(2). Les tac­tiques et stra­té­gies des pi­rates en mer ont évo­luées, au gré des mu­ta­tions géos­tra­té­giques s’orientent vers une plus grande vio­lence dans leurs ap­proches(3), alors même que pa­ral­lè­le­ment, le tra­fic ma­ri­time connaît une crois­sance sans pré­cé­dent, re­con­nu comme le moyen de trans­port le plus éco­lo­gique(4) . Les ar­ma­teurs se trouvent confron­tés à de nou­veaux risques, si la piraterie ma­ri­time s’ac­croît. L’ag­gra­va­tion de la pau­vre­té ac­croît la dé­lin­quance ma­ri­time pro­fes­sion­na­li­sée, même si les grands bé­né­fi­ciaires sont les com­man­di­taires. De plus, la dé­mo­gra­phie ga­lo­pante et non gé­rée par les Etats am­pli­fie ce phé­no­mène. Les re­paires de pi­rates sont des lieux cou­pés des pôles ad­mi­nis­tra­tifs et éco­no­miques au point de de­ve­nir des zones de non­droit( 5). La piraterie ma­ri­time s’est dé­lo­ca­li­sée du Golfe d’Aden vers le Golfe de Gui­née et l’océan in­dien, en rai­son de la conjonc­tion de quatre phé­no­mènes dis­tincts : l’ef­fi­ca­ci­té des dé­ploie­ments na­vals et l’en­ga­ge­ment de ma­rines na­tio­nales ; la ca­pa­ci­té ju­di­ciaire dis­sua­sive d’Ata­lante(6); la mise en ap­pli­ca­tion des règles de bonne conduite de l’in­dus­trie ma­ri­time ; le contrôle na­val vo­lon­taire. Dans ce contexte, les forces Mar­sic, Eu­cap Nes­tor, Ami­som de­vront prendre le re­lais de la force Ata­lante. Ma­ri­time piracy has grown in recent years, a de­ve­lop­ment that places it among the fac­tors wor­rying ten­sions on the in­ter­na­tio­nal scene and state fai­lure to en­sure control of the ter­ri­to­rial wa­ters (straits and gulfs)(2). Tac­tics and sea pi­rates stra­te­gies have evol­ved, ac­cor­ding to the geos­tra­te­gic changes are mo­ving to­wards grea­ter vio­lence in their ap­proaches(3), even though at the same time, sea­borne trade is ex­pe­rien­cing un­pre­ce­den­ted growth, re­co­gni­zed as the most means of trans­port eco­lo­gi­cal(4). Shi­pow­ners are fa­cing new risks, if piracy is gro­wing. The wor­se­ning po­ver­ty in­creases pro­fes­sio­na­li­zed ma­ri­time crime, even if the main be­ne­fi­cia­ries are the spon­sors. In ad­di­tion, ra­pid po­pu­la­tion growth and not ma­na­ged by the go­vern­ments am­pli­fies this phe­no­me­non. Pirate nests are iso­la­ted from ad­mi­nis­tra­tive and eco­no­mic cen­ters as to be­come zones of law­less­ness(5). Ma­ri­time piracy has re­lo­ca­ted the Gulf of Aden to the Gulf of Gui­nea and the In­dian Ocean, due to a com­bi­na­tion of four dis­tinct phe­no­me­na: the ef­fec­ti­ve­ness of na­val de­ploy­ments and com­mit­ment of na­tio­nal ma­rine; the de­terrent ju­di­cial ca­pa­ci­ty Ata­lante(6); the im­ple­men­ta­tion of the rules of conduct of the ma­ri­time in­dus­try; vo­lun­ta­ry na­val control. In this context, Mar­sic forces EU­CAP Nes­tor, Ami­som will take over the Ata­lante force.

Le golfe de Gui­née et l’océan in­dien sont très « pri­sés » par les pi­rates ma­ri­times, en rai­son des gi­se­ments off­shore d’hy­dro­car­bures (et la pêche), mais aus­si des in­té­rêts des ac­teurs pri­vés étran­gers et les in­ves­tis­se­ments lo­caux et sur­tout en rai­son de l’in­té­rêt géos­tra­té­gique des pays com­po­sants cette ré­gion. Les modes opé­ra­toires, entre terre et mer, sont à la fois di­rects de­puis les côtes sans sta­tion­ne­ment en mer, et sous forme d’at­taque en haute mer et dans les eaux ter­ri­to­riales. La piraterie ma­ri­time peut être com­pa­rée au ter­ro­risme sans pour au­tant y être sys­té­ma­ti­que­ment as­si­mi­lée. Ces liens avec les ré­seaux ter­ro­ristes sont dan­ge­reux pour les pi­rates eux­mêmes car ils at­tirent l’at­ten­tion et une ré­pres­sion forte. A terme, ces ac­tions peuvent ré­pondre à des am­bi­tions de puis­sance de cer­tains Etats leur per­met­tant de s’im­po­ser sur la scène in­ter­na­tio­nale comme ac­teur in­con­tour­nable. Des com­pa­gnies pri­vées sont in­ter­ve­nues dans le sec­teur de la pro­tec­tion en plus ou à cô­té des es­cortes in­ter­na­tio­nales(7). Le pro­blème est qu’il s’agit d’as­sis­tance pri­vée, à la de­mande des na­vires, sans un en­ca­dre­ment ju­ri­dique ni contrôle éta­tique ou in­ter­na­tio­nal. Les Etats ont un rôle clef à jouer dans la lutte contre la piraterie ma­ri­time. Par leur co­opé­ra­tion, ils peuvent mo­bi­li­ser les moyens né­ces­saires pour com­battre ef­fi­ca­ce­ment ce fléau. The Gulf of Gui­nea and the In­dian Ocean are ve­ry "po­pu­lar" by ma­ri­time pi­rates, be­cause of off­shore hy­dro­car­bon de­po­sits (and fi­shing), but al­so the in­ter­ests of fo­rei­gn and lo­cal pri­vate players and in­vest­ment main­ly be­cause of the geos­tra­te­gic in­ter­ests of the coun­try this re­gion com­po­nents. The pro­ce­dures, bet­ween land and sea, are both from the coast wi­thout har­bor sta­tion, and in the form of at­tacks at sea and in ter­ri­to­rial wa­ters. Ma­ri­time piracy can be com­pa­red to terrorism wi­thout be sys­te­ma­ti­cal­ly as­si­mi­la­ted. These links to ter­ro­rist net­works are ha­zar­dous to ha­ckers them­selves be­cause they at­tract at­ten­tion and strong re­pres­sion. Ul­ti­ma­te­ly, these ac­tions can re­spond to po­wer am­bi­tions of some states al­lo­wing them to im­pose on the in­ter­na­tio­nal stage as a key player. Pri­vate com­pa­nies were in­vol­ved in the pro­tec­tion sec­tor and more or be­side in­ter­na­tio­nal es­corts(7). The pro­blem is that it is pri­vate as­sis­tance, at the re­quest of ves­sels wi­thout a le­gal fra­me­work or state or in­ter­na­tio­nal control. States have a key role to play in the fight against ma­ri­time piracy. Th­rough their co­ope­ra­tion, they can mo­bi­lize the re­sources nee­ded to ef­fec­ti­ve­ly fight this scourge.

(1)Vi­viane du Cas­tel, Piraterie ma­ri­time : en­jeux de dé­sta­bi­li­sa­tion géos­tra­té­giques­Golfe de Gui­née et Océan in­dien, RDNS, Pa­ris, 2015/ Ma­ri­time piracy: des­ta­bi­li­za­tion geos­tra­te­gic stakes ­Gulf of Gui­nea and In­dian Ocean. (2)www.di­plo­ma­tie.gouv.fr (3)Des armes de guerre ont même été, dans cer­tains cas, uti­li­sées. Cer­tains spé­cia­listes as­si­milent la piraterie ma­ri­time à du ter­ro­risme. War­fare wea­pons were even, in some cases used. Some ex­perts li­ken ma­ri­time piracy to terrorism. (4)www.imo.org (5)Eric Fré­con, « La di­men­sion ter­restre des pi­ra­te­ries so­ma­liennes et in­do­né­siennes », Hé­ro­dote, n°134, 2009/3. (6)Ata­lante : mis­sion mi­li­taire et di­plo­ma­tique de l’Union eu­ro­péenne qui re­pose sur une force na­vale eu­ro­péenne (Eu­nav­for) et sur la PSDC (po­li­tique de sé­cu­ri­té et de dé­fense com­mune). Bi­lan : glo­ba­le­ment po­si­tif. Mi­li­ta­ry and di­plo­ma­tic mis­sion of the Eu­ro­pean Union ba­sed on a Eu­ro­pean na­val force ( EU­NAV­FOR ) and the CSDP ( com­mon se­cu­ri­ty and de­fense po­li­cy). Re­sult: po­si­tive. www.eu­nav­for.eu (7)L’an­glo­ma­rine Risk, Ma­ri­time risk ma­na­ge­ment, Bars, Glenn Ma­rine de­fence, Bla­ck­wa­ter, etc. Ed­ward Per­not­to, « How to deal with piracy off of So­ma­lia : on in­su­rance com­pa­ny, a pri­vate mi­li­ta­ry com­pa­ny and a few good ope­ra­tions », Ex­ca­li­bur Fo­rums, oc­tobre 2008.

Newspapers in English

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.